Carmes déchaux

Image non encore disponible
Création :24-08-1562
Adresse :Corso d'Italia, 38, Maison généralice, 00198, Roma, Italia.
5 villa de la Réunion, Maison provinciale, 75016, Paris.
Note :
Ordre religieux mendiant issu de l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, après la réforme de sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix (24 août 1562-28 novembre 1568). La réforme se heurta à l'opposition, parfois violente, des Carmes mitigés, mais en 1580 un bref de Grégoire XIII permit la constitution d'une province séparée pour les Déchaussés, puis en 1593 Clément VIII permit la séparation totale et la formation d'un ordre indépendant
Autres formes du nom :CARMD
Carmelins de la réforme de sainte Thérèse
Carmelitani scalzi
Voir plus

Ses activités

Auteur du texte35 documents

  • Périodique : Avenir du Carmel

    Trimestriel

    [N° 1] ([1989]) -

  • Dizionario carmelitano

    Description matérielle : 1 vol. (XXVIII-1031 p.)
    Édition : Roma : Città nuova , cop. 2008
    Auteur du texte : Carmes
    Éditeur scientifique : Emanuele Boaga, Luigi Borriello (1947-....)

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41277545f]
  • Acta capituli generalis O. C. D. Volumen IV

    1801-1895

    Congregationis s. Eliae et totius Ordinis

    Description matérielle : XLII-548
    Description : Note : Introd. en espagnol. - Bibliogr. p. [XI]-XIII. Index
    Édition : Romae : Teresianum , 1993
    Auteur du texte : Carmes déchaux de la congrégation d'Italie
    Éditeur scientifique : Antonio Fortes

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36684038j]
  • Analecta Ordinis Carmelitarum

    Description matérielle : In-8°, paginé 193-332, front.
    Édition : Roma (Borghi), Via Sforza Pallavicini, 10

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33869999z]
  • Bibliothèque du Carmel

    Description : Note : Notice réd. d'après un vol. publ. en 1947
    Édition : Paris : Desclée, de Brouwer ; Rochefort (Belgique) : Carmel de Rochefort , [19--]-

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb342886266]

Éditeur scientifique7 documents1 document numérisé

Contributeur1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Carmes déchaux

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Sainte Thérèse entreprit la réforme des Carmélites en ouvrant le 24 août 1562 à Avila le monastère Saint-Joseph, pour retourner à la règle primitive de saint Albert. A sa mort en 1582, 200 moniales étaient déjà réformées ; les Carmélites déchaussées entrèrent en France en 1604, à Paris, grâce à Pierre de Bérulle et Mme Acarie. En 2000, elles y possèdent 102 couvents ; l'ordre du Carmel non réformé n'existant plus en France

    Le Carmel réformé par sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix réunit les Carmes déchaux (1er ordre), les Carmélites déchaussées (moniales, 2e ordre) et un tiers ordre

  • Ordre mendiant fondé au XIIe siècle à partir de communautés d'ermites situées sur le Mont Carmel en Palestine, dont la règle fut édictée entre 1206 et 1214 par saint Albert Avogadro, patriarche de Jérusalem. L'ordre commence à émigrer en Occident dès l'origine, approuvé par Honorius III en 1226, et cesse d'exister en Orient après la reconquête musulmane du royaume latin de Jérusalem en 1291. En 1432 le pape Eugène IV adoucit la règle de saint Albert, les Carmes l'acceptant s'appelant Carmes mitigés, ou conventuels, devenus Grands Carmes après une réforme née à Rennes en 1604. Depuis la Révolution cet ordre n'existe plus qu'hors de France

  • Province érigée en 1617, restaurée en 1853. Elle est aujourd'hui une des deux provinces françaises de l'ordre, avec la province de Paris. Elle compte 7 couvents : Rions (Gironde, fondé en 1841), Montpellier (1663), Roquebrune-sur-Argens (Var, 1948), Toulouse (deux couvents, 1986 et 1988), Montréal (Québec, 1993), Fribourg (Suisse, 1988)

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Constitutions des Frères déchaux de l'Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel..., 1986
  • Ouvrages de reference : Annu. pontificio 2001, p. 1243
    Dizionario degli istituti di perfezione, 2, 1975, col. 523-602
    Annu. catho., 2000, p. 560
    DHGE, t. 11, col. 1088-1093
  • Catalogues de la BnF : + CORELI

Autres formes du nom

  • CARMD
  • Carmelins de la réforme de sainte Thérèse
  • Carmelitani scalzi
  • Carmelitas descalzos
  • Carmes déchaussés
  • Carmes réformés
  • Discalced Carmelites
  • Frères déchaussés de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Frères déchaux de l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel
  • Frères mineurs de l'ordre de la Vierge du Mont-Carmel
  • OCarmDisc
  • OCD
  • Ordo Carmelitarum Dicalceatorum
  • Ordo Fratrum Discalceatorum Beatissimae Virginis Mariae de Monte Carmelo
  • Ordo Fratrum Discalceatorum B. Mariae V. de Monte Carmelo (latin)
  • Ordre des Carmes déchaussés
  • Ordre des Carmes déchaux
  • Ordre des frères déchaussés de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel
  • Petits-Carmes
  • Religieux mendiants réformés de l'ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Unbeschuht karmeliten

Biographie Wikipedia

  • L'Ordre des Carmes déchaux ou Ordre des Frères déchaux et les Moniales déchaussées de la bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel, abrégé en O.C.D., est un ordre religieux catholique contemplatif et apostolique, appartenant à la catégorie des ordres mendiants. Les frères Carmes déchaux partagent avec les sœurs Carmélites déchaussées, moniales cloîtrées, le même rythme de prière. S’ils consacrent ainsi deux heures chaque jour à la prière silencieuse, leur mission est plus particulièrement d’annoncer l’Évangile par la prédication à la lumière de la riche tradition spirituelle du Carmel.Cette congrégation religieuse établie à la fin du XVIe siècle, est née d'une réforme de l'Ordre du Carmel. Cette réforme fut d'abord appliquée à des couvents de femmes par sainte Thérèse d'Ávila en 1562. Ensuite la réformatrice, secondée par saint Jean de la Croix, l'introduisit dans les couvents d'hommes. Un des signes de la Réforme de sainte Thérèse d’Avila était que les Carmes allaient pieds nus dans des sandales (d'où leur nom).Aujourd'hui, les Carmes déchaux et les Carmélites déchaussées, issus de la réforme de Thérèse d'Avila et Jean de la Croix, sont au nombre d'environ 4 000 frères et 12 000 sœurs sur les cinq continents. En 2011, on dénombre en France 89 monastères de Carmélites déchaussées.Des laïcs, célibataires ou mariés, prêtres ou diacres séculiers, vivent aussi de la spiritualité du Carmel et se réunissent régulièrement au sein de communautés carmélitaines. Ils forment l'Ordre des Carmes Déchaussés Séculiers (O.C.D.S.), anciennement nommé le Tiers-Ordre.

Pages équivalentes