Ribeiro Sanches (1699-1783)

Pays :Portugal
Langue :portugais
Sexe :masculin
Naissance :07-03-1699
Mort :Paris (France), 14-10-1783
Note :
A aussi écrit en français
Médecin. - Élève de Boerhave à l'université de Leyde. - Médecin militaire en Russie puis médecin de l'impératrice de Russie. - Médecin à Paris. - Collaborateur de l'"Encyclopédie"
Domaines :Médecine
Autres formes du nom :António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0844 3787

Ses activités

Auteur du texte15 documents

  • Christãos novos e christãos velhos em Portugal

    2a edição
    Description matérielle : 81 p.
    Édition : Porto : Paisagem , 1973
    Préfacier : Raúl Rêgo (1913-2002)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb351806147]
  • Dissertation sur l'origine de la maladie vénérienne, pour prouver que ce mal n'est pas venu d'Amérique... Suivie de l'Examen historique sur l'apparition de la maladie vénérienne en Europe... Par M. A. R. Sanches,... Nouvelle édition, revue et corrigée

    Description matérielle : XII-156 p.
    Description : Note : Édité par H. D. Gaub
    Édition : Leide : A. Koster , 1777
    Éditeur scientifique : Hieronymus David Gaubius (1705-1780)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31292798p]
  • Dissertation sur l'origine de la maladie vénérienne, pour prouver que le mal n'est pas venu d'Amérique, mais qu'il a commencé en Europe, par une épidémie. [Par Antonio Nunes Ribeiro Sanches.]

    Description matérielle : In-8° , VII-112 p.
    Édition : Paris : Durand , 1752

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312927960]
  • Dissertation sur l'origine de la maladie vénérienne, pour prouver que le mal n'est pas venu d'Amérique, mais qu'il a commencé en Europe, par une épidémie. [Par Antonio Nunes Ribeiro Sanches.]

    Description matérielle : In-8° , VIII-112 p.
    Description : Note : Avec des notes et un supplément mss.
    Édition : Paris : P.-F. Didot le jeune , 1765

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31292797b]
  • Examen historique sur l'apparition de la maladie vénérienne en Europe... [Par Antonio Nunes Ribeiro Sanches.]

    Description matérielle : In-8° , VIII-87 p.
    Description : Note : L'adresse : "Lisbonne" est cachée par une bande collée qui porte : "Chez Théophile Barrois le jeune". - Corrections mss.
    Édition : Lisbonne , 1774

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312927991]

Autre1 document

  • Dissertation sur l'origine de la maladie vénérienne...

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb333520642]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Ribeiro Sanches (1699-1783)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Observations sur les maladies vénériennes, par feu M. Antoine Nunes Ribeiro Sanches, publiées par M. Andry, 1785
    Christãos novos e christãos velhos em Portugal / A. N. Ribeiro Sanches ; prefácio de Raul Rêgo, 1973
  • Ouvrages de reference : VIAF - Bibliothèque nationale du Portugal (2016-01-18)
    Encyclopedia Judaica. 14, 1971 : Sanchez, António Nuñes Ribeiro
    Encicl. luso-brasileira
    Encicl. Espasa-Calpe
    Larousse 19e s.
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • António Nuñes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • Antoine Nunes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • Antoine Nunes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • Antoine Nunes Ribeiro Sanches (1699-1783)
  • António Nuñes Ribeiro Sanchez (1699-1783)
  • António Nuñes Ribeiro Sanchez (1699-1783)
  • António Nuñes Ribeiro Sanchez (1699-1783)
  • Sanchez (1699-1783)

Biographie Wikipedia

  • António Nunes Ribeiro Sanches, né en 1699 à Penna-Macor (Portugal) et mort en 1783 à Paris, est un médecin et érudit portugais.Après avoir étudié à Coimbra et Salamanque, Sanches passa ensuite à Londres. Il se rendit ensuite à Leyde où il compléta sa formation sous la direction de Boerhaave. Il fut du nombre des trois médecins que l’impératrice Anne de Russie demanda à ce dernier de lui recommander en 1731.Nommé médecin de l’armée russe, il s’y distingua avant de devenir premier médecin de la cour lorsque la révolution de 1742 ayant placé Elizabeth Petrowna sur le trône le priva de son poste. Ayant eu la chance, au milieu des proscriptions quotidiennes dont il était le témoin, d’être autorisé à quitter le pays, il prit, en 1747 le chemin de Paris où il acheva sa vie. Lors de son ascension au trône, la grande Catherine le récompensa de ses services avec une pension de 1 000 roubles, qui fut ponctuellement payée jusqu’à sa mort.Il a donné l’article « vérole » à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

Pages équivalentes