Giuseppe Aureliano Carlo Bossi (1758-1823)

Illustration de la page Giuseppe Aureliano Carlo Bossi (1758-1823) provenant de Wikipedia
Pays :Italie
Langue :italien
Sexe :masculin
Naissance :15-11-1758
Mort :20-01-1823
Note :
A aussi écrit en français
Préfet, député et ambassadeur
Autres formes du nom :Charles Bossi (1758-1823)
Carlo Bossi (1758-1823)
Carlo Aurelio Bossi (1758-1823)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 9247 0552

Ses activités

Auteur du texte6 documents2 documents numérisés

  • Les Prières du matin et du soir composées pour ma fille unique âgée de sept ans en pension en Angleterre. (Signé : Comte Charles Bossi.)

    Description matérielle : In-12, 12 p.
    Description : Note : Le titre est à la page 5. - Le faux-titre porte : "Envoi de Madame la princesse de La Tour d'Auvergne à la princesse Hélène de Beauffremont, sa petite-fille"
    Édition : Paris : A. Vaton , 1858

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30134883v]
  • Statistique générale de la France...

    département de l'Ain, publ. par ordre de S.M. l'empereur et roi...

    [Reprod.]
    Description matérielle : 13 microfiches acétate de 60 images, diazoïques
    Édition : Paris : Hachette : Bibliothèque nationale , 1975

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34554003t]
  • De l'Indépendance de la loi civile. Écrit en 1804 et 1805 par M. le comte Bossi,... (Publié par Aurélie Bossi, princesse de La Tour d'Auvergne.)

    Description matérielle : In-8° , 171 p.
    Édition : Paris : A. Guyot et Scribe , 1859

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30134882h]
  • Les Prières du matin et du soir, composées pour ma fille unique, âgée de huit ans, en pension en Angleterre. (Signé : C. B.)

    Description matérielle : In-8°. Pièce
    Édition : Paris : imp. de C.-L.-S. Panckoucke , 1823

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb335493056]
  • Statistique générale de la France, publiée par ordre de S. M. l'Empereur et Roi, sur les Mémoires adressés au ministre de l'Intérieur par MM. les préfets. Département de l'Ain. M. Bossi, préfet

    Description matérielle : In-4° , 720 p. et carte
    Édition : Paris : Testu , 1808

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301348846]

Autre1 document

  • Statistique générale de la France, publiée par ordre de Sa Majesté l'Empereur et Roi, sur les mémoires adressés au ministre de l'intérieur par MM. les préfets

    Description matérielle : In-4 °
    Édition : Paris : Testu
    Autre : Joseph de Verneilh-Puiraseau (1756-1839)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb362801594]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Giuseppe Aureliano Carlo Bossi (1758-1823)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Poesie edite ed inedite / del conte Carlo Aurelio Bossi, 1861
    Statistique générale de la France : département de l'Ain : publiée par ordre de S. M. l'empereur et roi / M. Bossi, 1995 [document électronique : reprod. de l'éd. de 1808]
    Versi / di Albo Crisso ; raccolti da alcuni suoi amici, an VII-IX
  • Ouvrages de reference : Biogr., Italie, 1971
    Arch. biogr. italiano
    Internet, http://opac.sbn.it (Istituto centrale per il catalogo unico), 2001-01-16 : Bossi, Carlo
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Charles Bossi (1758-1823)
  • Carlo Bossi (1758-1823)
  • Carlo Aurelio Bossi (1758-1823)
  • Charles Aurèle Bossi (1758-1823)
  • Albo Crisso (1758-1823)
  • C. B. (1758-1823)
  • C. B. (1758-1823)

Biographie Wikipedia

  • Joseph Aurèle Charles de Bossi, né le 15 novembre 1758 à Turin et mort le 20 janvier 1824 à Paris, est un homme politique et poète français.Bossi étuda le droit sous le professeur Carlo Denina, dont il devint l’ami. S’occupant en même temps de littérature, il donna, dès l’âge de 18 ans deux tragédies, les Circassiens et Rhea-Sylvia, qui furent bien accueillies. Ensuite, il publia des Odes sur les réformes de Joseph II, sur la mort du jeune prince de Brunswick, sur l’indépendance américaine, la pacification de la Hollande, qui accrurent sa réputation comme poète, mais les sentiments philosophiques qui y sont contenus déplurent à la cour de Turin, et nuisirent d’abord à son avancement. Cependant il fut nommé secrétaire de légation à Gênes, puis sous-secrétaire d’état aux affaires étrangères, avant d’être chargé d’affaires auprès de la cour de Russie, où il demeura jusqu’à la signature de l’armistice de Cherasco du 28 avril 1796, entre la Sardaigne et la France, époque à laquelle le tsar Paul Ier lui intima l’ordre de quitter la Russie.Lorsque les Français envahirent l’Italie en 1796, il se montra disposé à les servir, et il participa aux négociations du traité de Campo-Formio. En 1799, le général Joubert le nomma membre du gouvernement provisoire de Piémont, comme sous-secrétaire des Affaires étrangères. Après la bataille de Marengo, il passa en Hollande pour y remplir les fonctions de résident. Lorsqu’il apprit la cession qui venait d’être faite à la France des états du Piémont, il se rendit à Turin, et détermina les chefs du parti italien en faveur de la réunion. Les Austro-Russes ayant pénétré en Italie, il se retira dans les vallées des Alpes, où il reçut l’hospitalité la plus généreuse. Ce fut pour reconnaitre cet accueil que Bossi signala sa rentrée dans le gouvernement par un acte qui rendit aux Vaudois l’entière liberté de leur culte.Il contribua beaucoup à la réunion définitive du Piémont à la France, et le premier consul lui en témoigna sa satisfaction par une lettre flatteuse ; néanmoins il se borna à le nommer son résident en Moldavie. Bossi, qui s’attendait à être employé dans l’administration, refusa et fut oublié pendant 18 mois. Au bout de ce temps il fut appelé à la préfecture de l’Ain en 1805, ensuite à celle de la Manche du 12 février 1810 jusqu’au 16 juillet 1815.Créé baron de l’Empire par Napoléon le 9 mars 1809, Louis XVIII le maintint dans ses fonctions, à la Restauration, et lui accorda des lettres de naturalisation, mais son empressement à faire reconnaitre Bonaparte, lors de son retour de l’Ile d’Elbe, le fit destituer.Après avoir voyagé quelque temps dans le nord de l’Europe, il se fixa au 14 rue Saint-Martin (ancien 5e arrondissement de Paris), où il est mort. Officier de la Légion d'honneur, il fut inhumé au Père Lachaise. D’Anne Spanzotti, qu’il avait épousée le 5 novembre 1806 à Bourg-en-Bresse, il avait eu eu une fille prénommée Héloïse, née le 14 juillet 1809 à Bourg-en-Bresse, qui s’est mariée en premières noces avec Eugène Leroux. Veuve, elle se remaria en secondes noces avec César-Maurice de la Tour d'Auvergne, et fit construire le Carmel du Pater Noster à Jérusalem.Ses poésies ont été recueillies, Turin, 1801, 3 petits vol., et réimprimées à Londres en 1814 à 50 exemplaires seulement, avec un poème intitulé Oromasia, et dont le sujet est la Révolution française. Malgré l’indépendance de l’auteur, ce poème est tout en faveur de Bonaparte. On y trouve de la force dans les idées, mais la versification en est peu brillante, et l’effet général monotone. Ces deux éditions ont été publiées sous les noms anagrammatiques d’« Albo Crisso ».

Pages équivalentes