Jean Brune (1912-1973)

Illustration de la page Jean Brune (1912-1973) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Naissance :12-03-1912
Mort :23-09-1973
Note :
Journaliste
ISNI :ISNI 0000 0000 5303 6630

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Contenu dans : Jean Brune, Français d'Algérie

    [Lettres]. - [1]

    Description matérielle : 259 p.
    Description : Note : Contient un choix de lettres de J. Brune
    Édition : Paris : F. Dessaigne , 1983

    [catalogue]
  • Contenu dans : Jean Brune, Français d'Algérie

    [Lettres]. - [1]

    [Nouv. éd.]
    Description matérielle : 261 p.-[8] p. de pl.
    Description : Note : Contient un choix de lettres de J. Brune
    Édition : Ivry-sur-Seine : Éd. Confrérie Castille , 1998

    [catalogue]
  • Les Miroirs de sable

    Description matérielle : 508 p.
    Édition : Paris : B. Grasset , 1977

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34601241b]

Préfacier1 document1 document numérisé

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean Brune (1912-1973)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les Miroirs de sable / Jean Brune, 1977
  • Jean Brune, Français d'Algérie / Francine Dessaigne, 1983
    Mémoire écrite de l'Algérie depuis 1950 / Jeanine de La Hogue, Simone Nerbonne, 1992

Biographie Wikipedia

  • Jean Brune né en 1912 à Aïn Bessem (Algérie) , mort en 1973 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), est un écrivain et journaliste français. Vétéran de la première Armée française, Jean Brune combat les Allemands dans les blindés et reçoit une citation pour une victoire dans un combat de chars en Forêt Noire (1945).Plus tard durant les années 1950, il collabore à La Nation française de Pierre Boutang et Michel Vivier. Il fut un ardent partisan de l'Algérie française.Nationaliste français, cet athée se conçoit comme un Européen de civilisation, ayant la Grèce et la Rome antiques pour références.Après l'indépendance de l'Algérie, terriblement déçu, il rejoint Aginter Press à Lisbonne dont il devient rédacteur en chef avec le projet de créer un centre d'information indépendant à la fois des monopoles ou oligopoles d'information de l'Est et de l'Ouest qu'il considère comme incapables de laisser l'information factuelle se répandre. Au contraire, croit-il, seuls des instruments de propagande arrivent à la presse et sont répétés ad nauseam.Il quittera cet organisme et rejoindra la Nouvelle-Calédonie où il mourra en 1973.

Pages équivalentes