Arcade Huang (1679-1716)

Image non encore disponible
Langue :chinois, français
Sexe :masculin
Naissance :15-11-1679
Mort :01-10-1716
Note :
Chrétien originaire de la province du Fujian. - Fut amené en France au début du XVIIIe siècle par Artus de Lyonne. - Interprète de Louis XIV. - A écrit le premier dictionnaire chinois-français et la première grammaire du chinois
Domaines :Religion
Langues
Autres formes du nom :Jia lue Huang (1679-1716)
嘉略 黄 (1679-1716)
Jialüe Huang (1979-1716)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0064 8526

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Contenu dans : Nicolas Fréret

    [Textes choisis]. - [2]

    Description matérielle : 251 p.
    Description : Note : En appendice, choix de textes de N. Fréret et de Arcade Hoang. - Notes bibliogr.
    Édition : Paris : Institut des hautes études chinoises : diffusion Presses universitaires de France , 1978

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Arcade Huang (1679-1716)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Nicolas Fréret, 1688-1749 : réflexions d'un humaniste du XVIIIe siècle sur la Chine / D. Elisseeff, 1978
    La Chine en France au XVIIIe siècle/ H. Cordier, 1910
  • BN Service chinois
    BN MSS, 2017-12-29

Autres formes du nom

  • Jia lue Huang (1679-1716)
  • 嘉略 黄 (1679-1716)
  • Jialüe Huang (1979-1716)
  • Arcade Hoang (1679-1716)
  • Arcade Hoange (1679-1716)
  • Arcade Ouange (1679-1716)

Biographie Wikipedia

  • Arcade Huang (黄嘉略, hanyu pinyin Huáng Jiālüè , né à Xinghua, aujourd'hui Putian, dans le Fujian, le 15 novembre 1679, mort le 1er octobre 1716 à Paris) est un converti chinois, amené à Paris par les Missions étrangères, il effectue un travail pionnier sur la langue chinoise dans les années 1715.Ses principaux travaux, menés avec l'aide du jeune Nicolas Fréret, étant le premier lexique chinois-français, la première grammaire du chinois et la diffusion en France du système des deux cent quatorze clefs de Kangxi, système nécessaire à l'élaboration de son lexique. Mais sa mort précoce en 1716 l'empêche de finir ses travaux, et Étienne Fourmont, qui reçoit la tâche de classer ses papiers, s'attribue tout le mérite de leur publication. Seule l'insistance de Nicolas Fréret puis la redécouverte des mémoires d'Arcade Huang ont permis d'établir la part de travail – pionnier et fondamental – qui lui était dû, et qui permit aux linguistes français d'aborder plus sérieusement l'écrit chinois.

Pages équivalentes