César Ribié (1755?-1830?)

Illustration de la page César Ribié (1755?-1830?) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :1755
Mort :1830
Activité commerciale :Producteur (autre que son ou audiovisuel)
Note :
Né Louis-François Ribié, en 1755, d'apès Hoefer et Brenner, le 15 mars 1758, d'après le "Dictionnaire des comédiens" de H. Lyonnet. Comédien, directeur de théâtre et auteur dramatique
Autres formes du nom :Louis-François Ribié (1755?-1830?)
César-François Ribié (1755?-1830?)
ISNI :ISNI 0000 0001 1440 3087

Ses activités

Auteur du texte43 documents4 documents numérisés

Directeur de salle de spectacle6 documents6 documents numérisés

Auteur adapté1 document

  • L'Homme vert, ou Les Epreuves de l'amour, pantomime en 3 actes... de Ribié, pièce d'un Prologue de Périn

    Description matérielle : 16 p.
    Description : Note : Cité-variétés, 14 Germinal an IX
    Édition : (S. l. n. d.)
    Auteur du texte : René Perin (1774-1858)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38662518p]

Auteur de lettres1 document

  • 51 lettres autographes signées adressées à la famille Nicolet par Ribié au sujet du Théâtre de la Gaîté, 1782-1807

    Description matérielle : 51 lettres et reçus (83 f.) : formats divers
    Description : Note : Comprend divers reçus, engagements pour des rôles à la foire Saint-Germain, cessions de pièces, une lettre adressée à des rédacteurs de journaux et de nombreuses lettres adressées à Monsieur et Madame Nicolet. - Papier à en-tête "Théâtre de la Gaîté" (années 1806-1807),
    Destinataire de lettres : Jean-Baptiste Nicolet (1728-1796), Madame Nicolet (1743-1817)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb417330663]

Adaptateur1 document1 document numérisé

Auteur ou responsable intellectuel1 document1 document numérisé

Autre2 documents1 document numérisé

  • Le moine

    comédie en cinq actes, mêlée de chants, danses, pantomime, imitée du roman anglais, [Paris, Théâtre de l'émulation, 7 nivôse an VI]

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Description : Note : Avec des changements et un nouveau dénouement. - Musique du citoyen Froment
    Édition : [S.l.] : Maxwell , cop. 1991
    Auteur du texte : Nicolas Cammaille-Saint-Aubin (1770-1832)
    Autre : Auguste Guingré

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372352362]
  • Samson, ou la destruction, des Philistins, melodrame héroi-comique en 5 actes, en vers...

    Édition : (Paris , 1806.)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33595865h]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur César Ribié (1755?-1830?)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La Courtisane vertueuse..., 1772

Autres formes du nom

  • Louis-François Ribié (1755?-1830?)
  • César-François Ribié (1755?-1830?)

Biographie Wikipedia

  • Louis-François Ribié (dit aussi César Ribié) est un acteur, dramaturge et directeur de théâtre français né à Paris le 15 mars 1758 et mort en Martinique en 1830.Fils d'un montreur de marionnettes aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent, il suit la carrière paternelle dès l'âge de seize ans, associé à un autre saltimbanque nommé Second, et à Jeanne-Élisabeth Nécard, qui deviendra sa femme. Ribié entre en 1776 chez Jean-Baptiste Nicolet, au Théâtre des Grands-Danseurs du Roi, où il reste jusqu'en 1787. Il y joue une grande quantité de rôles et commence à composer des pièces à grand spectacle.En quittant Nicolet en 1787, Ribié se met à la tête d'une troupe de comédiens qui s'embarque pour Saint-Domingue ; l'entreprise dure un an et Ribié revient à Paris en 1788. En 1789, il se mêle au mouvement révolutionnaire et est l'un des assaillants de la Bastille. Cet exploit lui vaut le titre de capitaine de la Garde nationale. Malgré cette distinction, Ribié quitte Paris et s'embarque à nouveau pour les Îles : après une courte escale en Martinique, il revient à Saint-Domingue, où il joue de juillet à septembre 1791.De retour en France, il ouvre à Rouen le Théâtre de la République et épouse en secondes noces Marie-Denise Forest, le 9 mai 1793. Il revient à Paris en 1795 et Nicolet lui confie la direction de son théâtre, devenu entre-temps le Théâtre de la Gaîté.Cependant son entreprise court d'échec en échec et Ribié fuit ses créanciers parisiens pour sillonner la province : à Lyon, à Marseille, à Béziers et ailleurs, toutes ses tentatives de direction sont éphémères. La seule qui dure est celle du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, que Ribié dirige de 1799 à 1801, soient deux saisons complètes.Revenu à Paris en 1805, il reprend la direction du Théâtre de la Gaîté, qu'il conserve jusqu'en 1808, perdant un procès contre la veuve Nicolet.La suite de son histoire est plus obscure : après une courte direction à Lyon et au Théâtre de la Porte-Saint-Martin (1810-1812), Ribié disparaît de la scène théâtrale. Il meurt en Martinique où il était retourné vers 1816, oublié de tous.

Pages équivalentes