Louis Riel (1844-1885)

Pays :Canada
Langue :français
Naissance :1844
Mort :1885
Note :
Métis canadien qui fut le chef de la résistance des métis de la région de la Rivière Rouge
Autre forme du nom :Louis-David Riel (1844-1885)
ISNI :ISNI 0000 0001 2277 8508

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • The collected writings of Louis Riel

    Description matérielle : 5 vol.
    Description : Note : Texte en français ou en anglais. - Index dans le vol. 5
    Édition : Edmonton (Alta.) : University of Alberta press , 1985
    Éditeur scientifique : George Francis Gilman Stanley

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38835130w]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Louis Riel (1844-1885)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • The Collected writings of Louis Riel = Les Écrits complets de Louis Riel, 1985
  • GDEL

Autre forme du nom

  • Louis-David Riel (1844-1885)

Biographie Wikipedia

  • Louis « David » Riel (22 octobre 1844 – 16 novembre 1885) était un homme politique canadien, chef du peuple métis dans les Prairies canadiennes et fondateur de la province du Manitoba. Il a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement canadien dans le but de protéger les droits et la culture des Métis, alors que l'influence canadienne se faisait de plus en plus sentir dans les Territoires du Nord-Ouest.La première révolte est la rébellion de la rivière Rouge, de 1869 à 1870. Le gouvernement provisoire, établi par Louis Riel, négocie finalement l'entrée de la province du Manitoba dans la Confédération canadienne. Riel doit cependant s'exiler aux États-Unis en raison de l'exécution de Thomas Scott pendant ces événements. Malgré cet exil, il est largement considéré comme le « Père du Manitoba ». Durant cette période, il est élu à trois reprises à la Chambre des communes du Canada, bien qu'il n'ait jamais pu occuper son siège. C'est là qu'il commence à souffrir de troubles mentaux par intermittence, notamment d'illusions mystiques lui dictant qu'il était prophète de son peuple et le fondateur d'une nouvelle chrétienté. Cette conviction réapparaît plus tard dans sa vie et influence très probablement son action.Louis Riel revient en 1884 dans l'actuelle Saskatchewan pour présenter les doléances du peuple métis au gouvernement du Canada. Cette résistance dégénère en confrontation armée connue sous le nom de rébellion du Nord-Ouest. Celle-ci est écrasée et se conclut par l'arrestation, le procès puis la pendaison de Riel pour trahison. Jouissant d'un certain capital de sympathie dans les régions francophones du Canada, sa mort a des répercussions durables sur les relations entre la province du Québec et le Canada anglophone.

Pages équivalentes