Moriae encomium

Illustration de la page Moriae encomium provenant de Wikipedia
Langue :latin
Date :1511
Note :
Traité philosophique
Domaines :Philosophie
Autres formes du titre :Encomium moriae (latin)
Moriae encomium sive Stultitiae laus (latin)
Stultitiae laus (latin)
Voir plus

Table des matières

  • Voir la table des matières dans Gallica Neuchâtel : S. Fauche , 1777

    Table des matières

    • Voir la table des matières dans Gallica Amsterdam : F. L. Honoré , 1728

      Table des matières

      • Voir la table des matières dans Gallica Paris : Arnaud et Labat , 1877

        Table des matières

        • AVANT-PROPOS
        • INTRODUCTION HISTORIQUE
        • PRÉFACE. - Erasme de Rotterdam à Thomas Morus
        • L'ÉLOGE DE LA FOLIE
        • NOTES. - Avant-propos & introduction
        • NOTES. Traduction
        • BIBLIOGRAPHIE
      • Voir la table des matières dans Gallica Paris : librairie des bibliophiles , 1876

        Table des matières

        • I. - La Folie parle
        • II. - Pour éviter le nom déshonorant de sages.
        • III. - Ne porté-je pas mon nom écrit sur mon front et dans toute ma personne?
        • IV. - Le bout de l'oreille qui perce trahit Midas
        • V. - Je n'envie point au puissant fils de Saturne la chèvre qui l'allaita
        • VI. - Il fera des extravagances, et s'oubliera quelque peu
        • VII. - C'est un présent que la nature prévoyante a fait à dessein aux nouveau-nés
        • VIII. - Mes fous, au contraire, gros et gras, brillants de santé
        • IX. - Bacchus
        • X. - Polyphème bat la terre lourdement. Les Satyres à moitié boucs jouent des atellanes
        • XI. - Si l'on songe à toutes les extravagances qu'il commet chaque fois qu'il veut goûter les plaisirs de l'amour
        • XII. - On se moque du mari; on l'appelle cocu, cornard
        • XIII. - Tant il est nécessaire que l'on se flatte soi-même
        • XIV. - Les enfants du sage Socrate ressemblèrent plus à leur mère qu'à leur père
        • XV. - La plaisante fiction du même Sertorius sur la manière d'arracher les crins de la queue d'un cheval
        • XVI. - C'est à l'aide de ces niaiseries que l'on mène cette énorme et puissante bête qui s'appelle le peuple
        • XVII. - Cet être que tout le monde révère comme un dieu et comme un souverain n'est pas même un homme
        • XVIII. - Ils font tout pour se rajeunir
        • XIX. - Ce qu'il y a de plus joli, c'est de voir des vieilles, si décrépites et si cadavéreuses qu'on les dirait revenues des enfers, être encore en chaleur
        • XX. - Le médecin
        • XXI. - Les hommes les plus heureux sont ceux qui rompent tout commerce avec la science pour se laisser guider par la nature
        • XXII. - Les plus grands rois les affectionnent
        • XXIII. - Voilà pourquoi cette espèce d'hommes inspire un si grand attrait aux femmes
        • XXIV. - La chasse
        • XXV. - Les joueurs
        • XXVI. - Ceux qui nourrissent la folle mais douce conviction qu'en apercevant par hasard saint Christophe sculpté, ou peint en Polyphème, ils ne mourront pas dans la journée
        • XXVII. - Ces versets magiques furent indiqués, dit-on, à saint Bernard par un démon
        • XXVIII. - Ces gens qui, aussi vils que le dernier des goujats, s'enorgueillissent d'un vain titre de noblesse
        • XXIX. - Celui-ci, plus laid qu'un singe, se trouve aussi beau que Nirée
        • XXX. - Les Turcs, ce vil ramas de barbares, se piquent de posséder la meilleure religion
        • XXXI. - Les Juifs... se cramponnent à leur Moïse
        • XXXII. - Deux mulets qui se grattent mutuellement
        • XXXIII. - Un méchant tableau, barbouillé de rouge et de jaune
        • XXXIV. - Je ne parle pas des Plutons, des Véjoves, des Discordes
        • XXXV. - Combien n'en voit-on pas offrir à la Vierge mère de Dieu un petit cierge, en plein midi, dont elle n'a que faire?
        • XXXVI. - Celui-là met tout son bonheur à dormir et à ne rien faire
        • XXXVII. - Cet autre, pour voir Jérusalem, Rome ou Saint-Jacques, où il n'a que faire, campe là maison, femme et enfants
        • XXXVIII. - Ils déchirent ces malheureux à coups de verges
        • XXXIX. - Le poëte
        • XL. - Le jurisconsulte
        • XLI. - Le philosophe
        • XLII. - A l'aide de triangles, de carrés, de cercles et autres figures géométriques... ils jettent de la poudre aux yeux des ignorants
        • XLIII. - Le théologien
        • XLIV. - Les filets de Vulcain
        • XLV. - Le Christ
        • XLVI. - La toile de Pénélope
        • XLVII. - Atlas
        • XLVIII. - Le cerveau de Jupiter était moins gros lorsque, pour accoucher de Pallas, il implora la hache de Vulcain
        • XLIX. - Le moine
        • L. - Plusieurs d'entre eux trafiquent avantageusement de leur crasse et de leur mendicité
        • LI. - D'autres fuient comme un poison le contact de l'argent, mais ils ne redoutent pas le vin ni le contact des femmes
        • LII. - L'un étalera sa bedaine, farcie de toutes sortes de poissons
        • LIII. - Ils ne cessent d'aboyer que quand on leur a jeté dans la gueule de la pâtée
        • LIV. - Niobé
        • LV. - La Chimère
        • LVI. - L'âne devant la lyre
        • LVII. - Donnez-lui un collier d'or, etc
        • LVIII. - Des amants de Pénélope
        • LIX. - L'évêque
        • LX. - Le cardinal
        • LXI. - Le souverain pontife
        • LXII. - Les effigies
        • LXIII. - Ils combattent, pour la défense de leurs dîmes, avec des épées, des javelots, des pierres et toutes sortes d'armes
        • LXIV. - La déesse de Rhamnonte
        • LXV. - Érasme
        • LXVI. - Si vous faites consister le bonheur à devenir le favori des grands et à hanter ces dieux couverts de pierreries
        • LXVII. - Horace, ce gras et brillant pourceau du troupeau d'Épicure
        • LXVIII. - L'âme de Scot
        • LXIX. - L'Ecclésiaste
        • LXX. - Salomon
        • LXXI. - Je m'en rapporte à ces théologiens, grands, gros et gras, très-goûtés du public
        • LXXII. - Nicolas de Lyra
        • LXXIII. - Cet interprète de la pensée divine envoie les apôtres armés de lances, de balistes, de frondes et de bombardes, pour prêcher un Dieu crucifié
        • LXXIV. - Un vieillard à la mine sévère, et dont la morgue annonçait bien un théologien, répondit avec véhémence
        • LXXV. - Témoin Jules César, qui ne pouvait souffrir ni Brutus ni Cassius, et auquel l'ivrogne Antoine n'inspirait aucune crainte
        • LXXVI. - Voici l'agneau de Dieu
        • LXXVII. - Dieu défendit, sous peine de châtiment, de goûter à l'arbre de la science
        • LXXVIII. - David apaise ainsi le Seigneur
        • LXXIX. - Ils prodiguent leurs biens
        • LXXX. - Ils négligent le soin du corps, méprisent souverainement l'argent comme des immondices, et le fuient
        • LXXXI. - Il est arrivé, dit-on, à de saints personnages, de boire de l'huile pour du vin
        • LXXXII. - Il leur arrive parfois d'éprouver un avant-goût de cette récompense
        • LXXXIII. - La Folie prend congé de ses auditeurs

      Éditions de l'œuvre

      Livres129 documents12 documents numérisés

      Enregistrements2 documents

      • Éloge de la folie

        Description matérielle : 3 cass. audio : Dolby
        Édition : Loubejac : Le Livre qui parle ; Loubejac : distrib. Le Livre qui parle , 1995 (Dl)
        Distributeur : Le Livre qui parle
        Voix parlée : Vanina Michel
        Éditeur commercial : Le Livre qui parle
        Auteur du texte : Érasme (1469-1536)

        [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb383109689]
      • Éloge de la folie

        texte intégral

        Description matérielle : 1 CD MP3 (3 h 15 min)
        Édition : Houilles : le Livre qui parle , [DL 2009
        Auteur du texte : Érasme (1469-1536)
        Voix parlée : Vanina Michel

        [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb420943728]

      Images1 document

      • L'Eloge de la folie, composé en forme de déclamation par Erasme, et traduit par Monsieur Gueudeville, Avec les Notes de Gérard Listre, et les belles Figures de Holbein... Nouvelle édition...

        Description matérielle : 74 XXXXXXXXXX : gravure sur bois
        Description : Technique de l'image : gravure sur bois. - bois
        Édition : A Amsterdam, chez François l'Honoré, 1745
        Graveur : Érasme (1469-1536)
        Illustrateur : Hans Holbein (1497?-1543)
        Traducteur : Nicolas Gueudeville (1652-1721?)

        [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40278468x]

      Spectacles1 document

      Documents à propos de cette Œuvre

      Documents à propos de l'oeuvre Moriae encomium (1511) / Érasme (1469-1536)

      Pages dans data.bnf.fr

      Auteurs reliés

      Cette page dans l'atelier

      Sources et références

      Voir dans le catalogue général de la BnF

      Sources de la notice

      • Bibliotheca Erasmiana / Ferdinand Vander Haegen, 1990, p. 122 : forme retenue
      • Enciclopedia cattolica (sous : Erasmo da Rotterdam) : Moriae encomium ; Elogio della piazza
        Encycl. universalis, 1985, vol. VII, p. 100a : Éloge de la folie
        New Cathol. Encycl. (sous : Erasmus, Desiderius) : Praise of folly
      • BN Cat. gén. (sous : Érasme, Désirée) : Moriae encomium

      Autres formes du titre

      • Encomium moriae (latin)
      • Moriae encomium sive Stultitiae laus (latin)
      • Stultitiae laus (latin)
      • Praise of folly (anglais)
      • Éloge de la folie (français)
      • Elogio della piazza (italien)