Abbaye Notre-Dame de Clairvaux

Image non encore disponible
Pays :France
Création :1115
Fin d'activité :1792
Note :
Abbaye, quatrième fille de Cîteaux, fondée en 1115 par saint Bernard de Clairvaux, qui y mourut en 1153. De 1118 à 1218 l'abbaye de Clairvaux fonda 309 monastères, elle aboutit au XVIe siècle à 531 fondations. Elle comptait 700 religieux dès 1153, 350 en 1515, et 36 en 1790. Fermée en 1792, et convertie en centre de détention
Abbaye essentielle mais pas fondatrice de l'ordre cistercien ; sa désignation comme chef d'ordre est donc erronée. On trouve parfois le mot Bernardin comme synonyme de Cistercien, à tort, car saint Bernard ne fut pas fondateur de l'ordre. On peut trouver ce mot pour qualifier un Cistercien relevant de l'abbaye de Clairvaux, à considérer avec prudence, car l'abbaye ne fonda pas de branche distincte de Cîteaux qui se serait appelée ordre des Bernardins
Autres formes du nom :Abbaye de Cisterciens. Ville-sous-la-Ferté, Aube (Clairvaux. 1115-1792)
Abbaye de Clairvaux
Abbaye de Clervaux

Ses activités

Ancien possesseur1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Abbaye Notre-Dame de Clairvaux

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Abbaye de Cisterciens. Ville-sous-la-Ferté, Aube (Clairvaux. 1115-1792)
  • Abbaye de Clairvaux
  • Abbaye de Clervaux

Biographie Wikipedia

  • L'ancienne abbaye de Clairvaux située à Ville-sous-la-Ferté, dans l'Aube (région Champagne-Ardenne), à quinze kilomètres de Bar-sur-Aube, était un monastère cistercien fondé en 1115 par Bernard de Clairvaux et quelques compagnons, envoyés par Étienne Harding, abbé de Cîteaux. La personnalité de saint Bernard lui donna un rayonnement considérable. Avec La Ferté, Pontigny, et Morimond elle forme le groupe des quatre filles (premières fondations) de Cîteaux, toute première abbaye de l'ordre cistercien. C'est de loin la plus prolifique, avec quatre-vingts abbayes-filles.Elle est supprimée lors de la Révolution française (1789). En 1804, ses bâtiments sont transformés en une institution pénitentiaire française, la maison centrale de Clairvaux.

Pages équivalentes