Wilhelm Canaris (1887-1945)

Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Naissance :01-01-1887
Mort :09-04-1945
Note :
Amiral allemand, chef de l'Abwehr (1935-1944)

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Wilhelm Canaris (1887-1945)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Mourre, 1986

Biographie Wikipedia

  • Wilhelm Canaris, né le 1er janvier 1887 à Dortmund en Allemagne, mort le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg en Allemagne, est un amiral allemand, responsable de l'Abwehr, le service de renseignements de l'armée allemande, de janvier 1935 à février 1944. Il s'est clandestinement opposé aux menées nazies et notamment de Reinhard Heydrich alors qu'il était en poste.Jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, c'est un brillant officier de marine doublé d'un polyglotte (il parlait couramment cinq langues). Ayant produit de bons rapports politiques et militaires lors de différentes missions, il devient informateur pour le compte du ministère des Affaires étrangères allemand. Par la force des choses, il devient agent secret. En 1924, il fonde et devient responsable de l'« Organisation », précurseur de l'Abwehr. En tant que responsable de celle-ci, il voyage et noue plusieurs amitiés dans différents pays, lesquelles servent à créer la « cinquième colonne » allemande.Pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale, en tant que chef de l'Abwehr, il mène différentes opérations de renseignements essentielles à la victoire de l'Allemagne nazie. Dans les pays occupés, ses services participent activement à la répression des mouvements clandestins de la Résistance, notamment en France. Par contre, tout en étant loyal à l'Allemagne, il rejette le nazisme et aurait réprouvé toutes les persécutions menées contre les différentes populations, sauvant notamment des Juifs en les envoyant en Espagne. D'après certaines sources, toutefois, il estime que les nécessités du contre-espionnage exigent le marquage des Juifs, et c'est lui qui serait à l'origine de l'obligation du port de l'étoile jaune. Éric Kerjean, lui, considère que Canaris ne se rapproche de la résistance allemande à Hitler que pour mieux la contrôler. Il appuie différentes tentatives de tuer Adolf Hitler, qui toutes échouent. Pendant toutes ces années à la tête de l'Abwehr, il se fait deux puissants ennemis : Reinhard Heydrich et Heinrich Himmler, ce qui lui vaut de terminer sa carrière pendu.

Pages équivalentes