Abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Paris

Image non encore disponible
Pays :France
Création :543
Fin d'activité :1794
Note :
Abbaye de Bénédictins fondée vers 543 par l'évêque saint Germain, saint Doctrovée qui en fut le premier abbé, et le roi Childebert 1er, avec des moines de Saint-Symphorien d'Autun. D'abord sous le vocable de la Sainte-Croix et de Saint-Vincent, puis appelée Saint-Germain-des-Prés à partir de 754. Elle adhéra à la congrégation de Chezal-Benoît en 1514, puis à Saint-Maur en 1631. - Incendiée en 1794, sauf l'abbatiale devenue église paroissiale, et le palais abbatial
Autres formes du nom :Abbaye de Saint-Germain des Prez
Abbaye Saint-Germain. Paris

Ses activités

Ancien possesseur110 documents100 documents numérisés

  • [Album de portraits aux trois crayons, dit "du gouverneur des petites maisons"]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 vol. (42 dessins) : dessin aux trois crayons ; 27,7 x 35,2 cm (f.)
    Description : Technique de l'image : dessin. - dessin aux trois crayons
    Note : Cette suite de dessins provient des collections de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés en 1732. Confisquée sous la Révolution, elle est confiée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale en 1795, avant d'être transmise au département des Estampes le 25 mai 1864
    Sur la page de garde figure la mention "Sti Germani a Pratis", assorti du numéro 168. - Présence d'un autre numéro à l'encre brune : "225". - L'ancienne cote du département des Manuscrits est également portée sur ce feuillet : "St Germain 108"
    Sources : "Les portraits dessinés du XVIe siècle au cabinet des Estampes", par Jean Adhémar et Christine Moulin, dans La Gazette des Beaux-Arts, Paris, 1973, n° 655-696

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403403192]
  • [Anciens édifices de Rome]

    [dessin]

    Description matérielle : 1 vol. (18 dessins) : encre noire, lavis ; 46,5 cm
    Description : Technique de l'image : dessin. - papier vélin. - encre de Chine noire. - lavis d'encre
    Note : Dessins numérotés à l'encre de 1 à 18, figurant temples, aqueduc et autres architectures antiques. - Il s'agit du volume de dessins que Geymüller désigne par la lettre D. - Un certain nombre de ces dessins se retrouvent dans les séries gravées des "Moyens Temples" (1550), des "Arcs et monuments antiques d'Italie et de France" et des "Monuments antiques"
    Cette suite de dessins, probablement passée dans la collection Séguier puis dans la collection Coislin, intègre les collections de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés en 1732. Confisquée sous la Révolution, elle est confiée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale en 1795, avant d'être transmise au département des Estampes le 29 avril 1864
    Sur la page de garde figurent à l'encre brune les numéros "107", correspondant probablement l'ancienne cote du département des Manuscrits, et "6989²", ancien numéro d'inventaire des Manuscrits
    Bouchot (Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur) donne le détail des vues contenues dans ce volume : "Dessins d'architecture d'après des monuments antiques : le palais de Janus, la façade des Chartreux de Pavie, un temple de Jupiter, un temple de liberté, un temple antique, le temple de Diacolis, le dedans du temple de Bacchus près Sainte-Agnès. Saint-Pierre Monteorio (sic), Consecratio clivi Antonini, portique du temple de Jupiter, puits moderne, colonnade moderne, temple, palais antique de Vérone, les arcs antiques de Langres, le pont du Gard, halles antiques de Vienne en Dauphiné, arcs à Ravenne"
    Sources : Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de défunt monseigneur le chancelier Séguier,1686, Inventaire des miniatures, p. 32. - Séguier 1686, p. 32
    Sources : Catalogue des manuscrits français, italiens, espagnols et en autres langues modernes de la Bibliothèque royale, NAF 5411, 6989²
    Dessinateur présumé : Jacques Androuet Du Cerceau (1510?-1585?)
    Ancien possesseur : Henri Du Cambout de Coislin (1664-1732), Pierre Séguier (1588-1672)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40340053d]

Auteur du texte18 documents

  • Terrier, ou état des biens et revenus de l'Abbaye Saint-Germain de Paris (Saint-Germain-des-Prés), dressé par ordre d'Irminon, abbé de Saint-Germain. - Ms : BnF, Paris, Département des Manuscrits, Latin 12832

  • De par son éminence monseigneur le Cardinal de Bissy, évêque de Meaux... - (8 Aout 1719)

    Description matérielle : In-4°. Pièce
    Description : Note : Ordonnance relative à la police de l'enclos de l'abbaye
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33804495r]
  • De par son éminence, monseigneur le Cardinal de Bissy, évêque de Meaux, abbé Commandataire de l'abbaye royale de Saint-Germain-des-Prés

    Description matérielle : In-4°. Pièce
    Description : Note : Publication des Règlements de Police dans le bailliage de l'abbaye de S. Germain
    Édition : Paris : Ve Vaugon , (s. d.)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33804494d]
  • Contenu dans : Le fisc de Maule dans le "Polyptyque" d'Irminon

    Description du fisc de Maule par l'abbé Irminon. - [1]

    Description matérielle : 1 vol. (114 p.)
    Description : Note : Contient des extraits du texte latin du "Polyptyque" de l'Abbaye Saint-Germain de Paris. - Bibliogr. p. 109
    Édition : Pont-Authou : les Éd. d'Héligoland , DL 2006
    Auteur du texte : Irminon (07..-0826)

    [catalogue]
  • Deux obituaires de Saint-Germain-des-Prés retrouvés aux Archives nationales

    Description matérielle : 48 p.
    Description : Note : Il s'agit de l'obituaire commencé par Herbert de Jouy en 1259 et de celui de Jean le Turc, 1270. Le 1er seul est publié intégralement. - Extrait de la «Bibliothèque de l'École des chartes», t. XCVII (1936)
    Édition : Paris , 1936
    Éditeur scientifique : Françoise Lehoux (1902-1991)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb330755642]

Éditeur scientifique1 document

  • Transaction entre Monseigneur l'archevêque de Paris, Monseigneur le duc de Verneuil, abbé de Saint-Germain-des-Prés et les religieux, prieur et couvent de ladite abbaye sur leurs procès et différents pour raison de la juridiction spirituelle dans l'étendue du faubourg et territoire dudit S. Germain-des-Prés. (20 septembre 1668)

    Description matérielle : In-4°. Pièce
    Édition : (S. l. n. d.)
    Éditeur scientifique : Eglise catholique. Diocèse. Paris

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33628423x]

Autre3 documents3 documents numérisés

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Paris

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • La paroisse du bourg Saint-Germain, dépendant de l'Abbaye Saint-Germain-des-Prés, fut d'abord la Paroisse Saint-Sulpice seule, mais une petite paroisse s'en est détachée, au service des habitants de l'enclos de l'Abbaye. - Cette paroisse était établie dans la chapelle Saint-Symphorien de l'église Saint-Germain des Prés. - Son existence est confirmée par une transaction passée avec l'archevêque de Paris, le 20 septembre 1668. - Depuis la suppression de l'Abbaye, la Paroisse seule dessert cette église

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Cottineau
    Hillairet, 1985
    Vie monastique dans l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés aux différentes époques de son histoire / dom A. Du Bourg, 1905
  • + CORELI

Autres formes du nom

  • Abbaye de Saint-Germain des Prez
  • Abbaye Saint-Germain. Paris

Informations sur cet auteur dans le site reliures.bnf.fr

Biographie Wikipedia

  • L’abbaye Saint-Germain-des-Prés est une ancienne abbaye bénédictine de Paris, située dans l'actuel 6e arrondissement, fondée au milieu du VIe siècle par le roi mérovingien Childebert Ier et l'évêque de Paris, saint Germain sous le vocable de Saint-Vincent et Sainte-Croix. C'est une abbaye royale, qui bénéficie donc d'une exemption et est directement soumise au pape. La première église abbatiale est consacrée le 23 avril 558 à la sainte Croix et à saint Vincent de Saragosse. Cette basilique possède des colonnes de marbre, un plafond lambrissé et des fenêtres vitrées. Elle est nécropole royale jusqu'à la création de celle de la basilique Saint-Denis, et les reliques de saint Germain y sont vénérées, mais plus aucune sépulture médiévale ne subsiste à ce jour, et les reliques se sont considérablement amoindries. L'église est rebâtie par l'abbé Morard, à partir de la fin du Xe siècle. Les quatre premiers niveaux du clocher occidental, la nef et le transept de l'église actuelle remontent à cette époque, et l'on peut notamment y voir d'intéressants chapiteaux d'autour de l'an mil. Le chœur actuel est construit au milieu du XIIe siècle dans le style gothique primitif, et consacré par le pape Alexandre III le 21 avril 1163. C'est l'un des premiers édifices gothiques, qui contribue à la diffusion de ce nouveau style et est de toute première importance sur le plan archéologique. Les bâtiments conventuels sont reconstruits successivement au cours du XIIIe siècle, et une chapelle abbatiale inspirée par la Sainte-Chapelle est édifiée par l'architecte Pierre de Montreuil et dédiée à la Vierge ; l'ensemble est malheureusement démoli au début du XIXe siècle. L'instauration de la réforme mauriste en 1630 fait de l'abbaye un centre de l'érudition d'un grand rayonnement. Mais la Révolution impose la suppression de la totalité des abbayes, et pour Saint-Germain-des-Prés, la fin survient le 13 février 1792. L'église devient bientôt une manufacture de salpêtre, et le culte n'y est rétabli que le 29 avril 1803. Depuis lors, l'église est exclusivement paroissiale. Entre 1821 et 1854, l'église, mise à rude épreuve sous la période révolutionnaire, est restaurée par les architectes Étienne-Hippolyte Godde et Victor Baltard. Elle est classée aux monuments historiques par liste de 1862, et les vestiges de l'abbaye sont inscrits par arrêté du 26 octobre 1953. L'église Saint-Germain-des-Prés est la plus ancienne des grandes églises parisiennes, et au centre de la vie d'une paroisse vivante et dynamique.

Pages équivalentes