Jean Baptiste Troppmann (1849-1870)

Illustration de la page Jean Baptiste Troppmann (1849-1870) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Branstatt, Haut-Rhin, 05-10-1849
Mort :Paris, 19-01-1870
Note :
Criminel, auteur de l'assassinat de la famille Kinck à Pantin en 1869
ISNI :ISNI 0000 0001 1607 9938

Ses activités

Auteur du texte1 document1 document numérisé

  • Mémoires secrets de Troppmann

    autographe et portrait

    Description matérielle : 173 p.
    Description : Note : Les pl. sont comprises dans la pagination. - Prospectus en tête de l'ouvrage
    Édition : Paris : A. Duquesne , 1870
    Préfacier : Charles Virmaître (1835-1903)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31499282z]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean Baptiste Troppmann (1849-1870)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Larousse 19e s.
    Quid 1991
    LCNA 1977-1986

Biographie Wikipedia

  • Jean-Baptiste Troppmann, né à Brunstatt (Haut-Rhin) le 5 octobre 1849 et guillotiné à Paris, le 19 janvier 1870, est un mécanicien, jugé coupable du meurtre des huit membres d’une même famille, crime également connu sous le nom de « massacre de Pantin ».Plusieurs ouvrages ont, à quelques détails près, relaté plus ou moins précisément toute l’histoire, pleine de rebondissements et de suspense, qui reste l’une des affaires les plus sensationnelles du Second Empire dont les difficultés de fin de règne auront un temps été mises en retrait de l'actualité. Elle fit la fortune du Petit Journal qui, flairant le bon coup et tenant en haleine ses nombreux lecteurs, tripla régulièrement son tirage, ce qui développa la couverture de presse des faits divers et des exécutions par les journaux populaires.Les détails curieux de ce meurtre multiple, les rebondissements qui précédent l'arrestation de l'assassin, sa personnalité ambiguë, trouvent également un large écho auprès des romanciers de l'époque assistant notamment au procès (Flaubert, Alexandre Dumas, Barbey d'Aurevilly, Lautréamont, Rimbaud, … pour n'en citer que quelques-uns).

Pages équivalentes