François Thurot (1727-1760)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :22-07-1727
Mort :28-02-1760
Note :
Chirurgien, puis corsaire, commandant d'escadre pour le roi de France
Domaines :Art et science militaires
Autre forme du nom :Capitaine Thurot (1727-1760)
ISNI :ISNI 0000 0000 3397 5462

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Contenu dans : Les "frères de la coste", flibustiers et corsaires, d'après les textes et les estampes de l'époque

    Mémoire sur un chirurgien corsaire, le capitaine François Thurot (1726-1760). - [2]

    Description matérielle : 1 vol. (XII-328 p.)
    Édition : Bruxelles : Impr. Van Buggenhoudt ; Paris : éditions Duchartre et Van Buggenhoudt , 1928 (8 juillet)

    [catalogue]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur François Thurot (1727-1760)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Genuine and curious memoirs of the famous captain Thurot / written by the Reverend John Francis Durand, with some of Monsieur Thurot's original letters. Contenu dans : Popular songs, illustrative of the French invasions of Ireland. Part I, 1845
  • GDEL
    WBIS (2008-03-31)

Autre forme du nom

  • Capitaine Thurot (1727-1760)

Biographie Wikipedia

  • François Thurot, né à Nuits-Saint-Georges le 21 juillet 1727 et mort au large de l'île de Man le 28 février 1760, est un corsaire français. Fils de maître de poste, il fait de brèves études de chirurgie, puis s'embarque comme chirurgien sur un corsaire. Fait prisonnier par les Anglais, il réussit à s'échapper. Il devient pilote, puis s'illustre comme capitaine d'un navire de commerce dunkerquois. Corsaire, il inflige de lourdes pertes au commerce maritime des Anglais et le roi lui confie le commandement d'une flottille destinée à créer une diversion lors d'une descente prévue en Angleterre par le maréchal de Conflans. Six navires appareillent donc de Dunkerque en octobre 1759 avec à bord : 4 compagnies de grenadiers, 5 piquets des gardes-françaises, 4 piquets des gardes-suisses, 5 piquets du régiment d’Artois, 4 piquets du régiment de Bourgogne, 3 piquets du régiment de Cambis, 4 piquets du régiment des volontaires étrangers.Le ravitaillement est difficile, la mésentente est totale entre les officiers. Finalement la petite expédition débarque en Irlande à Carrickfergus sous les ordres du marquis de Bragelongne et prend la garnison.Mais cette victoire est de courte durée car une flotte anglaise les surprend près des îles Copelands. Tandis que la Blonde (36 canons) et la Terpsichore (24 canons) se rendent rapidement, François Thurot qui commande le Maréchal de Belle Isle oppose une belle mais vaine résistance. Il meurt au combat à 33 ans le 28 février 1760 et son corps repose au cimetière écossais de Kirkmaiden, Galloway.

Pages équivalentes