L'esprit des lois

Illustration de la page L'esprit des lois provenant de Wikipedia
Langue :français
Date :1748
Note :
Traité de philosophie politique
Domaines :Philosophie
Autres formes du titre :De l'esprit des lois (français)
De l'esprit des loix (français)
(De l')esprit des loix (français)

Table des matières

  • Table des matières

    • NOTICE SUR MONTESQUIEU.
    • AVERTISSEMENT DE L’AUTEUR.
    • PRÉFACE.
    • CHAP. I. Des lois dans le rapport qu'elles ont avec les divers êtres.
    • CHAP. II. De la nature des lois.
    • CHAP. III. Des lois positives.
    • CHAP. I. De la nature des trois divers gouvernemens.
    • CHAP. II. Du gouvernement républicain et des lois relatives à la démocratie
    • CHAP III. Des lois relatives à la nature de l'aristocratie.
    • CHAP. IV. Des lois dans leur rapport avec la nature du gouvernement monarchique.
    • CHAP. V. Des lois relatives à la nature de l'état despotique.
    • CHAP. I. Différence de la nature du gouvernement et de son principe.
    • CHAP. II. DU principe des divers gouvernemens.
    • CHAP. III. Du principe de la démocratie.
    • CHAP. IV. Du principe de l'aristocratie.
    • CHAP. V. Que la vertu n'est point le principe du gouvernement monarchique.
    • CHAP. VI. Comment on supplée à la vertu dans le gouvernement monarchique.
    • CHAP. VII. Du principe de la monarchie.
    • CHAP. VIII. Que l'honneur n'est point le principe des états despotiques.
    • CHAP. IX. Du principe du gouvernement despotique.
    • CHAP. X. Différence de l'obéissance dans les gouvernemens modérés et dans les gouvernemens despotiques.
    • CHAP. XI. Réflexion sur tout ceci.
    • CHAP. I. Des lois de l'éducation.
    • CHAP. II. De l'éducation dans les monarchies.
    • CHAP. III. De l'éducation dans le gouvernement despotique. Â
    • CHAP. IV. Différence de l'effet de l'éducation chez les anciens et parmi nous.
    • CHAP. V. De l'éducation dans le gouvernement républicain.
    • CHAP. VI. De quelques institutions des Grecs.
    • CHAP. VII. En quel cas ces institutions singulières peuvent être bonnes.
    •   CHAP. VIII. Explication d'un paradoxe des anciens par rapport aux mœurs.
    • CHAP. I. Idée de ce livre.
    • CHAP. II. Ce que c'est que la vertu dans l'état politique.
    • CHAP. III. Ce que c'est que l'amour de la république dans la démocratie.
    • CHAP. IV. Comment on inspire l'amour de l'égalité et de la frugalité.
    • CHAP. V. Comment les lois établissent l'égalité dans la démocratie.
    • CHAP. VI. Comment les lois doivent entretenir la frugalité dans la démocratie.
    • CHAP. VII. Autres moyens de favoriser le principe de la démocratie.
    • CHAP. VIII. Comment les lois doivent se rapporter au principe du gouvernement dans l'aristocratie.
    • CHAP. IX. Comment les lois sont relatives à leur principe dans la monarchie.
    • CHAP. X. De la promptitude de l'exécution dans la monarchie.
    • CHAP. XI. De l'excellence du gouvernement monarchique.
    • CHAP. XII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XIII. Idée du despotisme.
    • CHAP. XIV. Comment les lois sont relatives au principe du gouvernement despotique.
    • CHAP. XV. Continuation du même trajet.
    • CHAP. XVI. De la communication du pouvoir.
    • CHAP. XVII. Des présens.
    • CHAP. XVIII. Des récompenses que le souverain donne.
    • CHAP. XIX. Nouvelles conséquences des principes des trois gouvernemens.
    • CHAP. I. De la simplicité des lois civiles dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. II De la simplicité des lois criminelles dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. III. Dans quels gouvernemens et dans quels cas on doit juger selon un texte précis de la loi.
    • CHAP. IV. De la manière de former les jugemens.
    • CHAP. V. Dans quel gouvernement le souverain peut être juge.
    • CHAP. VI. Que, dans la monarchie, les ministres ne doivent pas juger.
    • CHAP. VII. Du magistrat unique.
    • CHAP. VII. Des accusations dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. IX. De la sévérité des peines dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. X. Des anciennes lois françaises.
    • CHAP. XI. Que, lorsqu'un peuple est vertueux, il faut peu de peines.
    • CHAP. XII. De la puissance des peines.
    • CHAP. XIII. Impuissance des lois japonaises.
    • CHAP. XIV. De l'esprit du sénat de Rome.
    • CHAP. XV. Des lois des Romains à l'égard des peines.
    • CHAP. XVI. De la juste proportion des peines avec le crime.
    • CHAP. XVII. De la question ou torture contre les criminels.
    • CHAP. XVIII. Des peines pécuniaires, et des peines corporelles.
    • CHAP. XIX. De la loi du talion.
    • CHAP. XX. De la punition des pères pour leurs enfans.
    • CHAP. XXI. De la clémence du prince.
    • CHAP. I. Du luxe.
    • CHAP. II. Des lois somptuaires dans la démocratie.
    • CHAP. III. Des lois somptuaires dans l'aristocratie.
    • CHAP. IV. Des lois somptuaires dans les monarchies.
    • CHAP. V. Dans quels cas les lois somptuaires sont utiles dans une monarchie.
    • CHAP. VI. Du luxe de la Chine.
    • CHAP. VII. Fatale conséquence du luxe à la Chine.
    • CHAP. VIII. De la continence publique.
    • CHAP. IX. De la condition des femmes dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. X. Du tribunal domestique chez les Romains.
    • CHAP. XI. Comment les institutions changèrent à Rome avec le gouvernement.
    • CHAP. XII. De la tutelle des femmes chez les Romains.
    • CHAP. XIII. Des peines établies par des empereurs contre les débauches des femmes.
    • CHAP. XIV. Lois somptuaires chez les Romains.
    • CHAP. XV. Des dots et des avantages nuptiaux dans les diverses constitutions.
    • CHAP. XVI. Belle coutume des Samnites.
    • CHAP.'XVII. De l'administration des femmes.
    • CHAP. I. Idée générale de ce livre.
    • CHAP. II. De la corruption du principe de la démocratie.
    • CHAP. III. De l'esprit d'égalité extrême.
    • CHAP. IV. Cause particulière de la corruption du peuple.
    • CHAP. V. De la corruption du principe de l'aristocratie.
    • CHAP. VI. De la corruption du principe de la monarchie.
    • CHAP. VII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. VIII. Danger de la corruption du principe du gouvernement monarchique.
    • CHAP. IX. Combien la noblesse est portée à défendre le trône.
    • CHAP. X. De la corruption du principe du gouvernement despotique.
    • CHAP. XI. Effets naturels de la bonté et de la corruption des principes.
    • CHAP. XII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XIII. Effet du serment chez un peuple vertueux.
    • CHAP. XIV. Comment le plus petit changement dans la constitution entraîne la ruine des principes.
    • CHAP. XV. Moyens très-efficaces pour la conservation des trois principes.
    • CHAP. XVI. Propriétés distinctives de la république.
    • CHAP. XVII. Propriétés distinctives de la monarchie.
    • CHAP. XVIII. Que la monarchie d'Espagne était dans un cas particulier.
    • CHAP. XIX. Propriétés distinctives du gouvernement despotique.
    • CHAP. XX. Conséquences des chapitres précédens.
    • CHAP. XXI. De l'empire de la Chine.
    • FIN DE LA TABLE.
  • Table des matières

    • CHAP. XIII. Différence de la loi salique ou des Francs saliens d'avec celle des Francs ripuaires et des autres peuples barbares.
    • CHAP. XIV. Autre différence.
    • CHAP. XV. Réflexion.
    • CHAP. XVI. De la preuve par l'eau bouillante, établie par la loi salique.
    • CHAP. XVII. Manière de penser de nos pères.
    • CHAP. XVIII. Comment la preuve par le combat s'étendit.
    • CHAP. XIX. Nouvelle raison de l'oubli des lois saliques, des lois romaines et des capitulaires.
    • CHAP. XX. Origine du point d'honneur.
    • CHAP. XXI. Nouvelle réflexion sur le point d'honneur chez les Germains.
    • CHAP. XXII. Des mœurs relatives aux combats.
    • CHAP. XXIII. De la jurisprudence du combat judiciaire.
    • CHAP. XXIV. Règles établies dans le combat judiciaire.
    • CHAP. XXV. Des bornes que l'on mettait à l'usage du combat judiciaire.
    • CHAP. XXVI. Du combat judiciaire entre une des parties et un des témoins.
    • CHAP. XXVII. Du combat judiciaire entre une partie et un des pairs du seigneur. Appel de faux jugemens.
    • CHAP. XXVIII. De l'appel de défaute de droit.
    • CHAP. XXIX. Époque du règne de saint Louis.
    • CHAP. XXX. Observations sur les appels.
    • CHAP. XXXI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXXII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXXIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXXIV. Comment la procédure devint secrète.
    • CHAP. XXXV. Des dépens.
    • CHAP. XXXVII. Comment les Établissemens de saint Louis tombèrent dans l'oubli.
    • CHAP. XXXVIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXXIX. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XL. Comment on prit les formes judiciaires des décrétales.
    • CHAP. XLI. Flux et reflux de la jurisdiction ecclésiastique et de la jurisdiction laie.
    • CHAP. XLII. Renaissance du droit romain, et ce qui en résulta. Changemens dans les tribunaux
    • CHAP. XLIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XLIV. De la preuve par témoins.
    • CHAP. XLV. Des coutumes de France.
    • CHAP. I. De l'esprit du législateur.
    • CHAP. II. Continuation du même sujet.
    • CHAP. III. Que les lois qui paraissent s'éloigner des vues du législateur y sont souvent conformes.
    • CHAP. IV. Des lois qui choquent les vues du législateur.
    • CHAP. V. Continuation du même sujet.
    • CHAP. VI. Que les lois qui paraissent les mêmes n'ont pas toujours le même effet.
    • CHAP. VII. Continuation du même sujet. Nécessité de bien compenser les lois.
    • CHAP. VIII. Que les lois qui paraissent les mêmes n'ont pas toujours eu le même motif.
    • CHAP. IX. Que les lois grecques et romaines ont puni l'homicide de soi-même, sans avoir le même motif.
    • CHAP. X. Que les lois qui paraissent contraires dérivent quelquefois du même esprit.
    • CHAP. XI. De quelle manière deux lois diverses peuvent être comparées.
    • CHAP. XII. Que les lois qui paraissent les mêmes sont réellement quelquefois différentes.
    • CHAP. XIII. Qu'il ne faut point séparer les lois de l'objet pour lequel elles sont faites. Des lois romaines sur le vol.
    • CHAP. XIV. Qu'il ne faut point séparer les lois des circonstances dans lesquelles elles ont été faites.
    • CHAP. XV. Qu'il est bon quelquefois qu'une loi se corrige elle-même.
    • CHAP. XVI. Choses à observer dans la composition des lois.
    • CHAP. XVII. Mauvaise manière de donner des lois.
    • CHAP. XVIII. Des idées d'uniformité.
    • CHAP. XIX. Des législateurs.
    • CHAP. I. Des lois féodales
    • CHAP. II. Des sources des lois féodales.
    • CHAP. III. Origine du vasselage.
    • CHAP. IV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. V. De la conquête des Francs.
    • CHAP. VI. Des Goths, des Bourguignons et des Francs.
    • CHAP. VII. Différentes manières de partager les terres.
    • CHAP. VIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. IX. Juste application de la loi des Bourguignons et de celle des Visigoths sur le partage des terres.
    • CHAP. X. Des servitudes.
    • CHAP. XI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XII. Que les terres du partage des Barbares ne payaient point de tributs.
    • CHAP. XIII. Quelles étaient les charges des Romains et des Gaulois dans la monarchie des Francs.
    • CHAP. XIV. De ce qu'on appelait CENSUS.
    • CHAP. XV. Que ce qu'on appelait CENSUS ne se levait que sur les serfs, et non pas sur les hommes libres.
    • CHAP. XVI. Des leudes ou vassaux.
    • CHAP. XVII. Du service militaire des hommes libres.
    • CHAP. XVIII. Du double service.
    • CHAP. XIX. Des compositions chez les peuples barbares.
    • CHAP. XX. De ce qu'on a appelé depuis la justice des seigneurs.
    • CHAP. XXI. De la justice territoriale des églises.
    • CHAP. XXII. Que les justices étaient établies avant la fin de la seconde race.
    • CHAP. XXIII. Idée générale du livre de l'établissement de la monarchie française dans les Gaules, par M. l'abbé Dubos.
    • CHAP. XXIV. Continuation du même sujet. Réflexion sur le fond du système.
    • CHAP. XXV. De la noblesse française.
    • CHAP. I. Changemens dans les offices et les fiefs.
    • CHAP. II. Comment le gouvernement civil fut réformé.
    • CHAP. III. Autorité des maires du palais.
    • CHAP. IV. Quel était à l'égard des maires le génie de la nation.
    • CHAP. V. Comment les maires obtinrent le commandement des armées.
    • CHAP. VI. Seconde époque de l'abaissement des rois de la première race.
    • FIN DE LA TABLE.
  • Table des matières

    • CHAP. XI. Des opérations que les Romains firent sur les monnaies.
    • CHAP. XII. Circonstances dans lesquelles les Romains firent leurs opérations sur la monnaie.
    • CHAP. XIII. Opérations sur les monnaies du temps des empereurs.
    • CHAP. XIV. Comment le change gêne les états despotiques.
    • CHAP. XV. Usage de quelques pays de l’Italie.
    • CHAP. XVI. Du secours que l’état peut tirer des banquiers.
    • CHAP. XVII. Des dettes publiques.
    • CHAP. XVIII. Du paiement des dettes publiques.
    • CHAP. XIX. Des prêts à intérêt.
    • CHAP. XX. Des usures maritimes.
    • CHAP. XXI. Du prêt par contrat, et de l’usure chez les Romains.
    • CHAP. XXII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. I. Des hommes et des animaux, par rapport à la multiplication de leur espèce.
    • CHAP. II. Des mariages.
    • CHAP. III. De la condition des enfans.
    • CHAP. IV. Des familles.
    • CHAP. V. Des divers ordres de femmes légitimes.
    • CHAP. VI. Des bâtards dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. VII. Du consentement des pères au mariage.
    • CHAP. VIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. IX. Des filles.
    • CHAP. X. Ce qui détermine au mariage.
    • CHAP. XI. De la dureté du gouvernement.
    • CHAP. XII. Du nombre de filles et de garçons dans différens pays.
    • CHAP. XIII. Des ports de mer.
    • CHAP. XIV. Des productions de la terre qui demandent plus ou moins d’hommes.
    • CHAP. XV. Du nombre des habitans par rapport aux arts.
    • CHAP. XVI. Des vues du législateur sur la propagation de l’espèce.
    • CHAP. XVII. De la Grèce et du nombre de ses habitans.
    • CHAP. XVIII. De l’état des peuples avant les Romains.
    • CHAP. XIX. Dépopulation de l’univers.
    • CHAP. XX. Que les Romains furent dans la nécessité de faire des lois pour la propagation de l’espèce.
    • CHAP. XXI. Des lois des Romains sur la propagation de l’espèce.
    • CHAP. XXII. De l’exposition des enfans.
    • CHAP. XXIII. De l’état de l’univers après la destruction des Romains.
    • CHAP. XXIV. Changemens arrivés en Europe par rapport au nombre des habitans.
    • CHAP. XXV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXVI. Conséquences.
    • CHAP. XXVII. De la loi faite en France pour encourager la propagation de l’espèce.
    • CHAP. XXVIII. Comment on peut remédier à la dépopulation.
    • CHAP. XXIX. Des hôpitaux.
    • CHAP. I. Des religions en général.
    • CHAP. II. Paradoxe de Bayle.
    • CHAP. III. Que le gouvernement modéré convient mieux à la religion chrétienne, et le gouvernement despotique à la mahométane.
    • CHAP. IV. Conséquences du caractère de la religion chrétienne et de celui de la religion mahométane.
    • CHAP. V. Que la religion catholique convient mieux à une monarchie, et que la protestante s’accommode mieux d’une république.
    • CHAP. VI. Autre paradoxe de Bayle.
    • CHAP. VII. Des lois de perfection dans la religion.
    • CHAP. VIII. De l’accord des lois de la morale avec celles de la religion.
    • CHAP. IX. Des Esséens.
    • CHAP. X. De la secte stoïque.
    • CHAP. XI. De la contemplation.
    • CHAP. XII. Des pénitences.
    • CHAP. XIII. Des crimes inexpiables.
    • CHAP. XIV. Comment la force de la religion s'applique à celle des lois civiles.
    • CHAP. XV. Comment les lois civiles corrigent quelquefois les fausses religions.
    • CHAP. XVI. Comment les lois de la religion corrigent les inconvéniens de la constitution politique.
    • CHAP. XVII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XVIII. Comment les lois de la religion ont l’effet des lois civiles.
    • CHAP. XIX. Que c’est moins la vérité ou la fausseté d’un dogme qui le rend utile ou pernicieux aux hommes dans l’état civil, que l’usage ou l’abus que l’on en fait.
    • CHAP. XX. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXI. De la métempsycose.
    • CHAP. XXII. Combien il est dangereux que la religion inspire de l'horreur pour des choses indifférentes.
    • CHAP. XXIII. Des fêtes.
    • CHAP. XXIV. Des lois de religion locales.
    • CHAP. XXV. Inconvénient du transport d’une religion d’un pays à un autre.
    • CHAP. XXVI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. I. Du sentiment pour la religion.
    • CHAP. II. Du motif d’attachement pour les diverses religions.
    • CHAP. III. Des temples.
    • CHAP. IV. Des ministres de la religion.
    • CHAP. V. Des bornes que les lois doivent mettre aux richesses du clergé.
    • CHAP. VI. Des monastères.
    • CHAP. VII. Du luxe de la superstition.
    • CHAP. VIII. Du pontificat.
    • CHAP. IX. De la tolérance en fait de religion.
    • CHAP. X. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XI. Du changement de religion.
    • CHAP. XII. De lois pénales.
    • CHAP. XIII. Très-humble remontrance aux inquisiteurs d’Espagne et de Portugal.
    • CHAP. XIV. Pourquoi la religion chrétienne est si odieuse au Japon.
    • CHAP. XV. De la propagation de la religion.
    • CHAP. I. Idée de ce livre.
    • CHAP. II. Des lois divines et des lois humaines.
    • CHAP. III. Des lois civiles qui sont contraires à la loi naturelle.
    • CHAP. IV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. V. Cas où l'on peut juger par les principes du droit civil, en modifiant les principes du droit naturel.
    • CHAP. VI. Que l’ordre des successions dépend des principes du droit politique ou civil, et non pas des principes du droit naturel.
    • CHAP. VII. Qu’il ne faut point décider par les préceptes de la religion lorsqu’il s’agit de ceux de la loi naturelle.
    • CHAP. VIII. Qu’il ne faut pas régler par les principes du droit qu’on appelle canonique les choses réglées par les principes du droit civil.
    • CHAP. IX. Que les choses qui doivent être réglées par les principes du droit civil peuvent rarement l’être par les principes des lois de la religion.
    • CHAP. X. Dans quel cas il faut suivre la loi civile qui permet, et non pas la loi de la religion qui défend.
    • CHAP. XI. Qu’il ne faut point régler les tribunaux humains par les maximes des tribunaux qui regardent l’autre vie.
    • CHAP. XII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XIII. Dans quel cas il faut suivre, à l’égard des mariages, les lois de la religion; et dans quel cas il faut suivre les lois civiles.
    • CHAP. XIV. Dans quels cas, dans les mariages entre parens, on doit se régler par les lois de la nature; dans quels cas on doit se régler par les lois civiles.
    • CHAP. XV. Qu’il ne faut point régler par les principes du droit politique les choses qui dépendent des principes du droit civil.
    • CHAP. XVI. Qu’il ne faut point décider par les règles du droit civil quand il s’agit de décider par celles du droit politique.
    • CHAP. XVII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XVIII. Qu’il faut examiner si les lois qui paraissent se contredire sont du même ordre.
    • CHAP. XIX. Qu’il ne faut point décider par les lois civiles les choses qui doivent l’être par les lois domestiques
    • CHAP. XX. Qu’il ne faut pas décider par les principes des lois civiles les choses qui appartiennent aux droit des gens.
    • CHAP. XXI. Qu’il ne faut pas décider par les lois politiques des choses qui appartiennent au droit des gens.
    • CHAP. XXII. Malheureux sort de l’inca Athualpa.
    • CHAP. XXIII. Que lorsque, par quelque circonstance, la loi politique détruit l’état, il faut décider par la loi politique qui le conserve, qui devient quelquefois un droit des gens.
    • CHAP. XXIV. Que les réglemens de police sont d’un autre ordre que les autres lois civiles,
    • CHAP. XXV. Qu’il ne faut pas suivre les dispositions générales du droit civil lorsqu’il s’agit de choses qui doivent être soumises à des règles particulières tirées de leur propre nature.
    • CHAP. UNIQUE. De l’origine et des révolutions des lois Romaines sur les successions.
    • CHAP. I. Du différent caractère des lois des peuples germains.
    • CHAP. II. Que les lois des Barbares furent toutes personnelles.
    • CHAP. III. Diffrence capitale entre les lois saliques et les lois des Visigoths et des Bourguignons.
    • CHAP. IV. Comment le droit romain se perdit dans le pays du domaine des Francs, et se conserva dans le pays du domaine des Goths et des Bourguignons.
    • CHAP. V. Continuation du même sujet.
    • CHAP. VI. Comment le droit romain se conserva dans le domaine des Lombards.
    • CHAP. VII. Comment le droit romain se perdit en Espagne.
    • CHAP. VIII. Faux capitulaires.
    • CHAP. IX. Comment les codes des lois des Barbares et les capitulaires se perdirent.
    • CHAP. X. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XI. Autres causes de la chute des codes des lois des barbares, du droit romain et des capitulaires.
    • CHAP. XII. Des coutumes locales: révolution des lois des peuples barbares et du droit romain.
    • FIN DE LA TABLE.
  • Table des matières

    • CHAP. VII. Des grands offices et des fiefs sous les maires du palais.
    • CHAP. VIII. Comment les aleux furent changés en fiefs.
    • CHAP. IX. Comment les biens ecclésiastiques furent convertis en fiefs.
    • CHAP. X. Richesses du clergé.
    • CHAP. XI. État de l'Europe du temps de Charles Martel.
    • CHAP. XII. Établissement des dîmes.
    • CHAP. XIII. Des élections aux évêchés et abbayes.
    • CHAP. XIV. Des fiefs de Charles Martel.
    • CHAP. XV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XVI. Comfusion de la royauté et de la mairie. Seconde race.
    • CHAP. XVII. Chose particulière dans l'élection des rois de la seconde race.
    • CHAP. XVIII. Charlemagne.
    • CHAP. XIX. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XX. Louis-le-Débonnaire.
    • CHAP. XXI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXIV. Que les hommes libres furent rendus capables de posséder des fiefs.
    • CHAP. XXV. Cause principale de l'affaiblissement de la seconde race. Changement dans les aleux.
    • CHAP. XXVI. Changement dans les fiefs.
    • CHAP. XXVII. Autre changement arrivé dans les fiefs.
    • CHAP. XXVIII. Changemens arrivés dans les grands offices et dans les fiefs.
    • CHAP. XIX. De la nature des fiefs depuis le règne de Charles-le-Chauve.
    • CHAP. XXX. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXXI. Comment l’empire sortit de la maison de Charlemagne.
    • CHAP. XXXII. Comment lacouronne de France passa dans la maison de Hugues-Capet.
    • CHAP. XXXIII. Quelques conséquences de la perpétuité des fiefs.
    • CHAP. XXXIV. Continuation du même sujet.
    • PREMIÈRE PARTIE.
    • SECONDE PARTIE.
    • Idée générale.
    • Des Conseils de religion.
    • De la Polygamie.
    • Climat.
    • Tolérance.
    • Célibat.
    • Erreurs particulières du critique.
    • Mariage.
    • Usure.
    • Des usures maritimes.
    • TROISIÈME PARTIE.
    • ÉCLAIRCISSEMENS sur l’Esprit des Lois.
    • ANALYSE de l’Esprit des Lois.
    • LETTRE d'Helvétius à Montesquieu.
    • LETTRE d'Helvétius à Saurin.
    • DISCOURS prononcé par M. de Montesquieu à la rentrée du parlement de Bordeaux.
    • FIN DE LA TABLE.
  • Table des matières

    • CHAP. XVI. De la répudiation et du divorce chez les Romains.
    • CHAP. I. De la servitude politique.
    • CHAP. II. Différence des peuples par rapport au courage.
    • CHAP. III. Du climat de l'Asie.
    • CHAP. IV. Conséquence de ceci.
    • CHAP. V. Que, quand les peuples du nord de l'Asie et ceux du nord de l'Europe ont conquis, les effets de la conquête n'étaient pas les mêmes.
    • CHAP. VI. Nouvelle cause physique de la servitude de l'Asie et de la liberté de l'Europe.
    • CHAP. VII. De l'Afrique et de l'Amérique
    • CHAP. VIII. De la capitale de l'empire.
    • CHAP. I. Comment la nature du terrain influe sur les lois.
    • CHAP. II. Continuation du même sujet.
    • CHAP. III. Quels sont les pays les plus cultivés.
    • CHAP. IV. Nouveaux effets de la fertilité et de la stérilité du pays.
    • CHAP. V. Des peuples des îles.
    • CHAP. VI. Despays formés par l'industrie des hommes.
    • CHAP. VII. Des ouvrages des hommes.
    • CHAP. VIII. Rapport général des lois.
    • CHAP. IX. Du terrain de l'Amérique.
    • CHAP. X. Du nombre des hommes, dans le rapport avec la manière dont ils se procurent la subsistance.
    • CHAP. XI. Des peuples sauvages et des peuples barbares.
    • CHAP. XII. Du droit des gens chez les peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CHAP. XIII. Des lois civiles chez les peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CHAP. XIV. De l'état politique des peuples qui ne cultivent point les terres.
    • CHAP. XV. Des peuples qui connaissent l'usage de la monnaie.
    • CHAP. XVI. Des lois civiles chez les peuples qui ne connaissent point l'usage de la monnaie.
    • CHAP. XVII. Des lois politiques chez les peuples qui n'ont point l'usage de la monnaie.
    • CHAP. XVIII. Force de la superstition.
    • CHAP. XIX. De la liberté des Arabes, et de la servitude des Tartares.
    • CHAP. XX. Du droit des gens des Tartares.
    • CHAP. XXI. Loi civile des Tartares.
    • CHAP. XXII. D'une loi civile des peuples germains.
    • CHAP. XXIII. De la longue chevelure des rois francs.
    • CHAP. XXIV. Des mariages des rois francs.
    • CHAP. XXV. Childéric.
    • CHAP. XXVI. De la majorité des rois francs.
    • CHAP. XXVII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXVIII. De l'adoption chez les Germains.
    • CHAP. XXIX. Esprit sanguinaire des rois francs.
    • CHAP. XXX. Des assemblées de la nation chez les Francs.
    • CHAP. XXXI. De l'autorité du clergé dans la première race.
    • CHAP. I. Du sujet de ce livre.
    • CHAP. II. Combien, pour les meilleurs lois, il est nécessaire que les esprits soient préparés.
    • CHAP. III. De la tyrannie.
    • CHAP. IV. Ce que c'est que l'esprit en général.
    • CHAP. V. Combien il faut être attentif à ne point changer l'esprit général d'une nation.
    • CHAP. VI. Qu'il ne faut pas tout corriger.
    • CHAP. VII. Des Athéniens et des Lacédémoniens.
    • CHAP. VIII. Effets de l'humeur sociale.
    • CHAP. IX. De la vanité et de l'orgueil des nations.
    • CHAP. X. Du caractère des Espagnols, et de celui des Chinois.
    • CHAP. XI. Réflexions.
    • CHAP. XII. Des manières et des mœurs dans l'état despotique.
    • CHAP. XIII. Des manières chez les Chinois.
    • CHAP. XIV. Quels sont les moyens naturels de changer les mœurs et les manières d'une nation.
    • CHAP. XV. Influence du gouvernement domestique sur le politique.
    • CHAP. XVI. Comment quelques législateurs ont confondu les principes qui gouvernent les hommes.
    • CHAP. XVII. Propriété particulière au gouvernement de la Chine.
    • CHAP. XVIII. Conséquence du chapitre précédent.
    • CHAP. XIX. Comment s'est faite cette union de la religion, des lois, des mœurs et des manières, chez les Chinois.
    • CHAP. XX. Explication d'un paradoxe sur les Chinois.
    • CHAP. XXI. Commentles lois doivent être relatives aux mœurs et aux manières.
    • CHAP. XXII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXIII. Comment les lois suivent les mœurs.
    • CHAP. XXIV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXV. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXVI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXVII. Comment les lois peuvent contribuer à former les mœurs, les manières et le caractère d'une nation.
    • CHAP. I. Du commerce.
    • CHAP. II. De l'esprit de commerce.
    • CHAP. III. De la pauvreté des peuples.
    • CHAP. IV. Du commerce dans les divers gouvernemens.
    • CHAP. V. Des peuples qui ont fait le commerce d'économie.
    • CHAP. VI. Quelques effets d'une grande navigation.
    • CHAP. VII. Esprit de l'Angleterre sur le commerce.
    • CHAP. VIII. Comment on a gêné quelquefois le commerce d'économie.
    • CHAP. IX. De l'exclusion en fait de commerce.
    • CHAP. X. Établissement propre au commerce d'économie.
    • CHAP. XI. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XII. De la liberté du commerce.
    • CHAP. XIII. Ce qui détruit cette liberté.
    • CHAP. XIV. Des lois de commerce qui emportent la confiscation des marchandises.
    • CHAP. XV. De la contrainte par corps.
    • CHAP. XVI. Belle loi.
    • CHAP. XVII. Loi de Rhodes.
    • CHAP. XVIII. Des juges pour le commerce.
    • CHAP. XIX. Que le prince ne doit point faire le commerce.
    • CHAP. XX. Continuation du même sujet.
    • CHAP. XXI. Du commerce de la noblesse dans la monarchie.
    • CHAP. XXII. Réflexion particulière.
    • CHAP. XXIII. A quelle nation il est désavantageux de faire le commerce.
    • CHAP. I. Quelques considérations générales.
    • CHAP. II. Despeuples d'Afrique.
    • CHAP. III. Que les besoins des peuples du Midi sont différens des peuples du Nord.
    • CHAP. IV. Principale différence du commerce des anciens d'avec celui d'aujourd'hui.
    • CHAP. V. Autres différences.
    • CHAP. VI. Du commerce des anciens.
    • CHAP. VII. Du commerce des Grecs.
    • CHAP. VIII. D'Alexandre. Sa conquête.
    • CHAP. IX. Du commerce des rois grecs après Alexandre.
    • CHAP. X. Du tour de l'Afrique.
    • CHAP. XI. Carthage et Marseille.
    • CHAP. XII. Ile de Délos. Mithridate.
    • CHAP. XIII. Du génie des Romains pour la marine.
    • CHAP. XIV. Du génie des Romains pour le commerce.
    • CHAP. XV. Commerce des Romains avec les Barbares.
    • CHAP. XVI. Du commerce des Romains avec l'Arabie et les Indes.
    • CHAP. XVII. Du commerce après la destruction des Romains en Occident.
    • CHAP. XVIII. Réglement particulier.
    • CHAP. XIX. Du commerce depuis l'affaiblissement des Romains en Orient.
    • CHAP. XX. Comment le commerce se fit jour en Europe à travers la Barbarie.
    • CHAP. XXI. Découverte de deux nouveaux mondes; état de l'Europe à cet égard.
    • CHAP. XXII. Des richesses que l'Espagne tira de l'Amérique.
    • CHAP. XXIII. Problème.
    • CHAP. I. Raison de l'usage de la monnaie.
    • CHAP. II. De la nature de la monnaie.
    • CHAP. III. Des monnaies idéales.
    • CHAP. IV. De la quantité de l'or et de l'argent.
    • CHAP. V. Continuation du même sujet.
    • CHAP. VI. Par quelle raison le prix de l'usure diminua de la moitié lors de la découverte des Indes.
    • CHAP. VII. Comment le prix des choses se fixe dans la variation des richesses des signes.
    • CHAP. VIII. Continuation du même sujet.
    • CHAP. IX. De la rareté relative de l'or et de l'argent.
    • CHAP. X. Du change.
    • FIN DE LA TABLE.

Éditions de l'œuvre

Livres120 documents24 documents numérisés

Documents d'archives et manuscrits1 document1 document numérisé

Documents à propos de cette Œuvre

Documents à propos de l'oeuvre L'esprit des lois (1748) / Charles-Louis de Secondat Montesquieu (baron de La Brède et de; 1689-1755)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • DLL, 1985 (sous : Montesquieu, Charles Louis de Secondat, baron de) : forme retenue
  • Encyl. universalis : De l'esprit des lois (2006-04-04) (Site archivé par la BnF depuis le 10/05/2000)
  • BN Cat. gén. (sous : Montesquieu, Charles-Louis de Secondat, Baron de la Brède et de) : De l'esprit des loix
    BN Cat. gén. 1960-1969 (sous : Montesquieu, Charles-Louis de Secondat, Baron de la Brède et de) : De l'esprit des lois

Autres formes du titre

  • De l'esprit des lois (français)
  • De l'esprit des loix (français)
  • (De l')esprit des loix (français)

Expositions virtuelles et ressources multimedia

  • Notes manuscrites de Montesquieu : Sur L'Esprit des lois et sur la Défense de L'Esprit des lois
    [Voir la ressource]
  • De l'esclavage des nègres : De l'Esprit des lois , Livre XV, ch. V
    [Voir la ressource]
  • De l’Esprit des lois : Livre XII, chap. XVII : « Combien il est dangereux dans les républiques de trop punir le crime de lèse-majesté »
    [Voir la ressource]
  • Notes de Montesquieu sur la Défense de L'Esprit des lois : « Les objections que l’on m’a fait sur les climats sont si puériles que je n’ai pas le courage d’en parler. »
    [Voir la ressource]
  • De l'Esprit des Loix : Ou du rapport que les Loix doivent avoir avec la Constitution de chaque Gouvernement, les M&oeligurs, le Climat, la Religion, le Commerce, etc. à quoi l'Auteur a ajouté : Des recherches nouvelles sur les Loix Romaines touchant les Successions, sur les Loix Françoises, et sur les Loix Féodales. Nouvelle édition, revue et corrigée.
    [Voir la ressource]