Il principe

Illustration de la page Il principe provenant de Wikipedia
Langue :italien
Date :1513
Note :
Traité de philosophie politique. - Parfois appelé "De principatibus". - Éd. princeps, 1532
Domaines :Philosophie
Science politique
Autres formes du titre :De principatibus (latin)
(De) principatibus (latin)
Das Buch vom Fürsten (allemand)
Voir plus

Table des matières

  • Voir la table des matières dans Gallica Paris : Potey, Pichard , an VII

    Table des matières

    • CHAPITRE XVI. Combien les armées modernes diffèrent des anciennes.
    • CH. XVII. Comment on doit apprécier l'artillerie dans NOS armées modernes, et si l'opinion qu'on en a généralement, est généralement fondée en raison.
    • CH. XVIII. Qu'il est prouvé par l'exemple des Romains, qu'on doit faire plus de cas de l'infanterie que de la cavalerie.
    • CH. XIX. Que les acquisitions d'une république mal constituée, et qui ne prend pas pour modèle de conduite celle des Romains la mènent plutôt à sa ruine qu'à un accroissement de puissance.
    • CH. XX. A quel péril s'exposent les princes ou les républiques qui se servent de troupes auxiliaires ou mercenaires.
    • CH. XXI. Le premier Prêteur que les Romains envoyèrent hors de Rome fut pour Capoue, quatre cents ans après qu'ils avaient commencé à faire la guerre.
    • CH. XXII. Combien sont erronés souvent, lesjugemens que les hommes portent des grandes choses.
    • CH. XXIII. Combien les Romains évitaient les partis mitoyens, à l'égard de leurs sujets, quand ils croyaient avoir une décision à prendre.
    • CH. XXIV. Les forteresses sont en général plus nuisibles qu'utiles.
    • CH. XXV. Que c'est prendre un mauvais parti que de profiter de la désunion qui règne dans une ville, pour l'attaquer et s'en rendre maître.
    • CH. XXVI. Les témoignages de mépris, et les injures n'attirent que de la haine, sans profit pour qui les emploie.
    • CH. XXVII. Lesprinces et les républiques sages doivent se contenter de vaincre, car on perd par fois tout, à vouloir trop gagner.
    • CH. XXVIII. Combien il est dangereux pour une république ou pour un prince, de ne pas venger les torts faits au public ou aux particuliers.
    • CH. XXIX. La fortune aveugle l'esprit des hommes, quand elle ne veut pas qu'ils s'opposent à ses desseins.
    • CH. XXX. Les républiques et les princes vraiment puissans, n'achètent pas des alliés à prix d'argent; c'est par leur courage et la réputation de leurs forces, qu'ils s'en attirent.
    • CH. XXXI. Qu'il est dangereux de sefier à des exilés.
    • CH. XXXII. De quelle manière les Romains attaquaient les villes.
    • CH. XXXIII. Les Romains laissaient leurs généraux parfaitement maîtres de leurs opérations.
    • CH. I er . Veut-on qu'une religion ou une république durent long-temps, il faut les ramener souvent à leur principe.
    • CH. II. Combien il, a de sagesse à jouer pour un temps la folie!
    • CH. III. Qu'il est nécessaire pour maintenir une liberté nouvellement acquise comme Brutus, de massacrer ses Ensans.
    • CH. IV. Qu'un Prince ne peut vivre en sûreté dans un état, tant que vivent ceux qu'il en a dépouillés.
    • CH. V. Qu'est-ce qui fait perdre le trône à un roi qui en jouit par succession.
    • CH. VI. Des conspirations.
    • CH. VII. D'où vient que le passage de la liberté à la servitude, et de la servitude à la liberté, coûte quelquefois beaucoup de sang, et que quelquefois il nen coûte pas du tout.
    • CII. VIII. Quiconque veut opérer des changemens dans une république doit examiner dans quel état elle se trouve.
    • CH. IX. Qu'il faut changer suivant les temps, si l'on veut toujours avoir des succès.
    • CH. X. Qu'un Général ne peut éviter une bataille, lorsque l'ennemi veut la livrer à quelque prix que ce soit.
    • CH. XI. Quiconque a beaucoup d'ennemis à combattre, est sûr de les vaincre, quoiqu'il leur soit inférieur en force, s'il peut soutenir leur premier effort.
    • CH. XII. Comment un habile Général doit mettre ses soldats dans la nécessité de se battre, et procurer à ceux de l'ennemi tous les moyens de s'en dispenser.
    • CH. XIII. Qui doit inspirer plus de confiance ou d'un bon général qui a une mauvaise armée, ou d'une bonne armée commandée par un mauvais général.
    • CH. XIV. Effet que produisent au milieu d'une bataille, des stratagêmes nouveaux et des paroles imprévues.
    • CH. XV. Il ne faut à une armée qu'un seul chef. Un plus grand nombre nuit.
    • CH. XVI. Dans les temps difficiles on recherche le mérite, mais quand tout est paisible, la faveur est, non pour les hommes vertueux, mais pour ceux qui ont, ou des richesses, ou des parens puissans.
    • CH. XVII. Un état après avoir offensé un citoyen, ne doit pas lui confier un commandement ou tout autre commission importante.
    • CH. XVIII. Le plus grand talent d'un habile général est de savoir deviner les desseins de l'ennemi.
    • CH. XIX. Les voies de la douceur sont-elles préférables aux voies de rigueur pour gouverner la multitude.
    • CH. XX. Un trait d'humanité fit plus d'impression sur les Falisques que toute la puissance des Romains.
    • CH. XXI. Pourquoi Annibal avec une conduite opposée à celle de Scipion eut en Italie les mêmes succès que ce général romain en Espagne?
    • CH. XXII. Comment la sévérité de Manlius Torquatus et la douceur de Valérius Corvinus les couvrirent également de gloire.
    • CH. XXIII. Causes du bannissement de Camille.
    • CH. XXIV. La prolongation du commandement militaire, fit perdre à Rome sa liberté.
    • CH. XXV. Pauvreté de Cincinnatus et de plusieurs citoyens Romains.
    • CH. XXVI. Comment les femmes sont la cause de la ruine d'un état.
    • CH. XXVII. Moyen de rétablir l'union dans une ville. Il est faux que la désunion soit nécessaire pour, conserver son autorité.
    • CH. XXVIII. Que l'on doit surveiller les actions des citoyens, parce que souvent celle qui paraît vertueuse, recèle un principe de tyrannie.
    • CH. XXIX. Les fautes des peuples viennent de celles des Princes.
    • CH. XXX. Qu'un citoyen qui veut être utile à sa république par quelqu'action particulière doit d'abord imposer silence à l'envie. Moyen de défendre une ville à l'approche d'un ennemi qui la menace.
    • CH. XXXI. Les grands hommes et les républiques bien constituées, conservent le même courage au sein de la prospérité, et dans les revers.
    • CH. XXXII. Moyens employés pour rendre la paix impossible.
    • CH. XXXIII. Pour gagner une bataille, il faut que les troupes soient remplie s de confiance soit en elles-mêmes, soit en leur Général.
    • CH. XXXIV. Comment la réputation, la voix publique, l'opinion, concilient d'abord à un citoyen la faveur populaire. Le peuple fait-il pour les places, de meilleurs choix que les Princes?
    • CH. XXXV. Danger de conseiller une entreprise, toujours proportionné à la grandeur de cette entreprise.
    • CH. XXXVI. Pourquoi a-t-on regardé les anciens Gaulois, et regarde-t-on encore les Français, comme étant plus que des hommes au commencement d'un combat, et moins que des femmes vers la fin.
    • CH. XXXVII. De petits combats sont-ils nécessaires avant d'en venir à une action générale. Si on veut les éviter, comment faut-il s'y prendre pour connaître un ennemi auquel on a à faire pour la première fois?
    • CH. XXXVIII. Qualités nécessaires à un général pour obtenir la confiance de ses soldats.
    • CH. XXXIX. Il faut qu'un général connaisse le pays où il fait la guerre.
    • CH. XL. A la guerre, la ruse mérite des éloges.
    • CH. XLI. Il faut défendre la patrie, soit avec ignominie, soit avec gloire, tous moyens sont bons, pourvu qu'elle soit défendue.
    • CH. XLII. Les promesses arrachées par la force, ne doivent point être observées.
    • CH. XLIII. Les habitans d'un même pays conservent toujours à peu près le même caractère.
    • CH. XLIV. L'audace et la précipitation emportent souvent ce que l'on n'obtiendrait point par des moyens ordinaires.
    • CH. XLV. Est-il plus avantageux de soutenir d'abord le choc de l'ennemi, et de l'attaquer ensuite vivement, que de commencer le combat avec impétuosité?
    • CH. XLVI. Pourquoi le même caractère se conserve-t-il assez long-temps dans les familles?
    • CH. XLVII. L'amour de la patrie doit faire oublier à un bon citoyen les inimitiés particulières.
    • CH. XLVIII. Une faute trop marquée et trop grossière de la part de l'ennemi, doit faire soupçonner un piége.
    • CH. XLIX. Une république qui veut se conserver libre doit prendre chaque jour de nouvelles précautions. Services qui méritèrent à Q. Fabius le surnom de Maximus.
    • FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES.
  • Voir la table des matières dans Gallica Paris : Librairie de la Bibliothèque nationale , 1897

    Table des matières

    • Lettre
    • Machiavel et son oeuvre
    • Dédicace à Laurent de Médicis
    • CHAPITRE PREMIER. - Combien il y a de sortes de souverainetés, et par quels moyens on peut les acquérir
    • CHAP. II. - Des principautés héréditaires
    • CHAP. III. - Des principautés mixtes
    • CHAP. IV. - Pourquoi le royaume de Darius occupé par Alexandre ne se souleva point contre ses successeurs
    • CHAP. V. - Comment il faut gouverner les villes, ou les principautés qui, avant d'être occupées, se gouvernaient par leurs propres lois
    • CHAP. VI. - Des nouveaux Etats que l'on acquiert par les armes et par sa propre valeur
    • CHAP. VII. - Des principautés nouvelles, que l'on acquiert par les forces d'autrui, ou par bonheur
    • CHAP. VIII. - De ceux qui, par des crimes, sont devenus princes
    • CHAP. IX. - Du gouvernement civil
    • CHAP. X. - Comment on doit mesurer les forces des gouvernements
    • CHAP. XI. - Des principautés ecclésiastiques
    • CHAP. XII. - Des diverses espèces de milice, et des soldats mercenaires
    • CHAP. XIII. - Des troupes auxiliaires mixtes et nationales
    • CHAP. XIV. - Des devoirs d'un prince envers la milice
    • CHAP. XV. - Des choses par lesquelles les hommes et notamment les princes sont loués ou blâmés
    • CHAP. XVI. - De la libéralité et de l'avarice
    • CHAP. XVII. - De la cruauté et de la clémence, et s'il vaut mieux être aimé que craint
    • CHAP. XVIII. - Comment les princes doivent tenir leurs engagements
    • CHAP. XIX. - Il faut éviter d'être méprisé et haï
    • CHAP. XX. - Si les forteresses et plusieurs autres choses que les princes font souvent sont utiles ou nuisibles
    • CHAP. XXI. - Comment doit se conduire un prince pour se faire estimer
    • CHAP. XXII. - Des ministres des princes
    • CHAP. XXIII. - Comment on doit fuir les flatteurs
    • CHAP. XXIV. - Pourquoi les princes d'Italie ont perdu leurs Etats
    • CHAP. XXV. - Combien la fortune a de pouvoir dans les choses de ce monde, et comment on lui peut résister
    • CHAP. XXVI. - Exhortation à délivrer l'Italie des barbares
  • Table des matières

    • Lettre
    • Machiavel et son œuvre
    • Dédicace à Laurent de Médicis
    • CHAPITRE PREMIER. - Combien il y a de sortes de principautés, et par quels moyens on peut les acquérir
    • CHAP. II. - Des principautés héréditaires
    • CHAP. III. - Des principautés mixtes
    • CHAP. IV. - Pourquoi le royaume de Darius occupé par Alexandre ne se sou leva point contre ses successeurs
    • CHAP. V. - Comment il faut gouverner les villes, ou les principautés qui, avant d'être occupées, se gouvernaient par leurs propres lois.
    • CHAP. VI. - Des nouveaux Etals que l'on acquiert par les armes et par sa propre valeur
    • CHAP. VII. - Des principautés nouvelles, que l’on acquiert par les forces d’autrui, ou par bonheur
    • CHAP. VIII. - De ceux qui, par des crimes, sont devenus princes
    • CHAP. IX. - Du gouvernement civil
    • CHAP. X. - Comment on doit mesurer les forces des gouvernements
    • CHAP. XI. - Des principautés ecclésiastiques
    • CHAP. XII. - Des diverses espèces de milice, et des soldats mercenaires.
    • CHAP. XIII. - Des troupes auxiliaires mixtes et nationales
    • CHAP. XIV. - Des devoirs d’un prince envers la milice
    • CHAP. XV. - Des choses par lesquelles les hommes et notamment les princes sont loués ou blâmés
    • CHAP. XVI. - De la libéralité et de l’avarice
    • CHAP. XVII. - De la cruauté et de la clémence, et s’il vaut mieux être aimé que craint
    • CHAP. XVIII. - Comment les princes doivent tenir leurs engagements
    • CHAP. XIX. - Il faut éviter d’être méprisé et haï.
    • CHAP. XX. - Si les forteresses et plusieurs autres choses que les princes sont souvent sont utiles ou nuisibles.
    • CHAP. XXI. - Comment doit se conduire un prince pour se faire estimer
    • CHAP. XXII. - Des ministres des princes
    • CHAP. XXIII. - Comment on doit fuir les flatteurs
    • CHAP. XXIV. - Pourquoi les princes d'Italie ont perdu leurs Etats
    • CHAP. XXV. - Combien la fortune a de pouvoir dans les choses de ce monde, et comment on lui peut résister.
    • CHAP XXVI. - Exhortation à délivrer l'Italie des barbares
  • Voir la table des matières dans Gallica Amsterdam : H. Wetstein , 1684

    Table des matières

    • I. Combien il y a de sortes de Principauté, et comment on peut aquérir la Principauté.
    • II. Des Principautés Héréditaires.
    • III. Des Principautés mixtes.
    • IV. Pourquoi le Roiaume de Darius ne se souleva point aprés la mort d'Alexandre, qui l'avoit conquis.
    • V. Comment il faut gouverner les Villes, ou les Principautés, qui se gouvernoient par leurs propres Loix, avant que d'être conquises.
    • VI. Des Nouveaux Etats, que le Prince aquert par sa valeur et ses propres armes.
    • VII. Des Principautés nouvelles, que l'on aquert par les forces d'autrui, et par bonheur.
    • VIII. De ceux, qui sont devenus Princes par des crimes.
    • IX. De la Principauté Civile.
    • X. Comment il faut mesurer les forces de toutes les Principautés.
    • XI. Des Principautés Eclesiastiques.
    • XII. Combien il y a de sortes de Milice: et ce que vaut la Soldatesque Mercenaire.
    • XIII. Des troupes Auxiliaires, Mixtes, et Propres
    • XIV. Instruction pour le Prince concernant la Milice.
    • XV. Ce qui fait loüer, oû blâmer les hommes, et surtout les Princes.
    • XVI. De la Libéralité et de l'Economie.
    • XVII. De la Cruauté et de la Clémence: et s'il vaut mieux être aimé que craint.
    • XVIII. Si les Princes doivent tenir leur parole?
    • XIX. Qu'il faut éviter d'être méprisé et haï.
    • XX. Si les Forteresses, et plusieurs autres choses, que les Princes font souvent, sont utiles, ou nuisibles.
    • XXI. Comment le Prince doit se gouverner pour se métre en estime.
    • XXII. Des secrétaires des Princes.
    • XXIII. Comment il faut fuir les Flateurs.
    • XXIV. Pourquoi les Princes d'Italie ont perdu leurs Etats.
    • XXV. Combien la Fortune a de pouvoir dans les Afaires du Monde et comment on lui peut résister.
    • XXVI. Exhortation à delivrer l'Italie des Barbares,
  • Voir la table des matières dans Gallica Paris : Garnier frères , 1910

    Table des matières

    Éditions de l'œuvre

    Livres154 documents14 documents numérisés

    Enregistrements4 documents

    Spectacles2 documents

    Images1 document1 document numérisé

    • The prince

      first publication 1532

      Description matérielle : 1 impr. photoméc. : coul. ; 84,1 x 59,4 cm
      Description : Technique de l'image : impression photomécanique. - couleurs (impression)
      Note : Livre poster
      Édition : Paris : Maartin , 2015
      Auteur du texte : Machiavel (1469-1527)
      Éditeur commercial : Maartin

      [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45026270r]

    Documents à propos de cette Œuvre

    Documents à propos de l'oeuvre Il principe (1513) / Machiavel (1469-1527)

    Pages dans data.bnf.fr

    Auteurs reliés

    Cette page dans l'atelier

    Sources et références

    Voir dans le catalogue général de la BnF

    Sources de la notice

    • Letteratura italiana. Dizionario delle opere / Alberto Asor Rosa, 1999 : Il principe
    • Laffont Bompiani, Oeuvres, 1994 : Le prince

    Autres formes du titre

    • De principatibus (latin)
    • (De) principatibus (latin)
    • Das Buch vom Fürsten (allemand)
    • Der Fürst (allemand)
    • Der Fürstenspiegel (allemand)
    • El Príncipe (espagnol; castillan)
    • Le prince (français)