Tarsila do Amaral (1897-1973)

Pays :Brésil
Langue :portugais
Sexe :féminin
Naissance :1897
Mort :1973
Note :
Artiste peintre
Autres formes du nom :Tarsila do Amaral (1896-1973)
Tarsila (1897-1973)
Tarsila do Amaral (1897-1973)
ISNI :ISNI 0000 0000 5123 7316

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Correspondência Mario de Andrade e Tarsila do Amaral

    Description matérielle : 237 p.
    Description : Note : Bibliogr. p. 31. Index
    Édition : São Paulo : Ed. de Universidade de São Paulo : Instituto de estudos brasileiros , 2001
    Auteur du texte : Mário de Andrade (1893-1945)
    Éditeur scientifique : Aracy Abreu Amaral

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38804478v]

Peintre de l'œuvre reproduite1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Tarsila do Amaral (1897-1973)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Correspondência Mário de Andrade & Tarsila do Amaral / organização, introd. e notas Aracy Amaral, 2001
  • GDEL

Autres formes du nom

  • Tarsila do Amaral (1896-1973)
  • Tarsila (1897-1973)
  • Tarsila do Amaral (1897-1973)

Biographie Wikipedia

  • Tarsila do Amaral est une peintre brésilienne de l'école moderniste (1er septembre 1886 - 17 janvier 1973).Elle est née en 1886 dans une famille aisée de la région de São Paulo – son père était un riche planteur de café – et suit l'enseignement de Pedro Alexandrino Borges (pt), avant de partir en 1920 à Paris pour y approfondir sa formation. Elle va y suivre les cours des artistes modernistes comme Fernand Léger, Albert Gleizes et André Lhote.Elle développe peu à peu un style particulier et coloré, mêlant sa culture brésilienne avec les techniques apprises à Paris comme les dessins préparatoires et la mise en valeur des compositions. Elle va présenter des toiles invitant à l'imagination et à la rêverie.Avec ses amis Oswald de Andrade – qui deviendra son mari – et Blaise Cendrars elle accède au monde des arts parisiens, mais retourne souvent dans son pays natal où avec ses amis Anita Malfatti, Mario de Andrade et Menotti del Picchia (pt), elle va être initiatrice de l'art moderniste au Brésil. Sa production est la plus féconde entre 1923 à 1929, mais son succès fut limité, car les débuts du surréalisme attiraient toutes les attentions du public. Puis elle se tourne vers le Parti communiste et l'art réaliste et ce n'est que beaucoup plus tard, vers sa vieillesse, qu'elle reviendra à l'imagination et aux fantasmes. Deux expositions ont été réalisées à Paris pour cette artiste, une en 1926 et la dernière début 2006, à la Maison de l'Amérique latine. Selon Paulo Herkenhoff, directeur du Musée des beaux-arts de Rio de Janeiro, elle est le « baromètre de la société brésilienne des premières décennies du XXe siècle. »

Pages équivalentes