Helene Deutsch (1884-1982): nom d'alliance

Pays :États-Unis
Langue :anglais
Sexe :féminin
Naissance :Przemysl (Pologne), 1884
Mort :1982
Note :
Écrit aussi en allemand
Médecin et psychanalyste. - Épouse de Felix Deutsch (1884-1964), médecin psychanalyste
ISNI :ISNI 0000 0001 0862 5943

Ses activités

Auteur du texte27 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Helene Deutsch (1884-1982)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • La psychologie des femmes : étude psychanalytique / Hélène Deutsch ; trad. de l'anglais par Hubert Benoit, 1997-
  • GDEL
    LCA : Deutsch, Helene, 1884- (2004-09-1915)
    Dict. de la psychanalyse / Élisabeth Roudinesco et Michel Plon, 1997

Biographie Wikipedia

  • Helene Deutsch, née Helene Rosenbach à Przemyśl (Pologne) le 9 octobre 1884 et morte à Cambridge (Massachusetts) le 29 mars 1982, est une psychanalyste américaine d'origine polonaise. Elle fut la première psychanalyste à se spécialiser dans la psychologie féminine. Helene Rosenbach grandit à Przemyśl dans une famille juive. Son père, Wilhelm Rosenbach, était un grand avocat et sa mère, Regina Rosenbach, était connue comme une femme autoritaire et peu affectueuse. Helene a quatre grands frères.Au cours de sa jeunesse, Helene Rosenbach s’engage au côté d’Herman Liebermann, politicien polonais, dans la défense d’idéaux socialistes. Avec lui, elle se rend au Congrès socialiste international de 1910 où elle rencontre des grandes personnalités dont des femmes comme Angelica Balabanova et Rosa Luxemburg. Helene s’identifie à ces deux femmes qui vont jouer un rôle déterminant dans sa vie.Elle étudia la psychiatrie avec Emil Kraepelin.Lors de la première guerre, elle est assistante à la clinique du Professeur Julius Wagner-Jauregg à Vienne. Du fait de la mobilisation des hommes médecins, elle peut accéder à des fonctions plus importantes. Son travail lui donne une voie ouverte sur les phénomènes psychiques survenant lors de la guerre chez des femmes et dans des familles. Parmi les patientes dont elle va avoir la charge clinique, Helene Deutsch s’occupe d’une femme légionnaire . Analysée chez Sigmund Freud, elle s'imposa à Vienne comme une des grandes analystes de sa génération. Karen Horney lui reproche notamment d'avoir défendu la position freudienne orthodoxe sur la sexualité féminine et, Paul Roazen, d'avoir par soumission à Freud échoué dans le traitement de Victor TauskElle a apporté une contribution importante à la théorie des personnalités « as if (comme si) », élaborée plus tard par Donald Winnicott (« faux self »), et elle a posé une des premières pierres à l'étude des « cas-limite ». C'est en 1934 qu'elle a décrit un type de perturbation émotionnelle où la relation avec le monde extérieur et le moi apparaissent appauvrie ou absente et pouvait prendre diverses formes. Les personnalités as if, du point de vue de l'observateur, donnent l'impression que l'ensemble des relations de ces personnes manque de naturel; quoique paraissant normales, dépourvues de trouble de conduite, avec des capacités intellectuelles intactes, des expressions émotionnelles bien ordonnées et appropriées, ces personnes ont quelque chose d'intangible et d'indéfinissable qui amène toujours à se demander ce qui ne va pas chez eux. Chez eux le refoulement n'existe pas, il y a un manque d'investissement d'objet.

Pages équivalentes