Christian Fürchtegott Gellert (1715-1769)

Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :Bainichen (Allemagne), 04-07-1715
Mort :Leipzig (Allemagne), 13-12-1769
Note :
Littérateur, poète. - Professeur de lettres
ISNI :ISNI 0000 0001 0868 6332

Ses activités

Auteur du texte mis en musique : 5 documents

Auteur du texte187 documents10 documents numérisés

  • Contenu dans : Aus der Ramler's Lyrischen Blumenlese // in der Music gesetzt // von Jos: Haydn [paraphe] 796 // Geschenkt dem Herrn Grafen // Von Browne den 16ten May 805 // von Jos: Haydn [paraphe]

    10. Wider den Übermut v. Gellert. - [10]

    Description matérielle : 1 partition (43 f.) : 22,5 x 31,5 cm
    Description : Note : Contient 13 trios et quatuors vocaux (Hob XXVb 1-4, c 1-9) avec basse chiffrée ou piano. - Mentions de diverses mains sur la p. de t. : au haut (Ch. Malherbe) : "Manuscrit original de haydn" ; au milieu : "Offert à Monsieur ----- [nom effacé : Bigot ?] par son sincère Admirateur et Ami. J. J. Imbault" ; au bas : "Souvenir de Browne ce Juin, 1805" ; en-dessous : une phrase entièrement rayée exceptée la date notée encore en-dessous : "Le 23, 8bre 1808". - Contient aussi : une traduction en français de l'hymne de l'Empereur (Hob XXVIa 43) signée au v° : "Mr. Bigot // 9bre 1840" ; la carte de visite imprimée du compositeur avec l'incipit du Lied (Hob XXVc 5) : "Hin ist alle meine Kraft // alt und schwach bin ich". - Daté d'après Henle. - F. 17 r°, 26, 27, 35, 38, 39 blancs. - Foliotation ajoutée
    Filigranes : AC
    Filigranes : MA
    Filigranes : GFA
    Sources : Hoboken, Haydn. - J. Haydn Werke. Reihe 30 : Mehrstimmige Gesänge. G. Henle, 1958
    Compositeur : Joseph Haydn (1732-1809)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]
  • Contenu dans : Aus der Ramler's Lyrischen Blumenlese // in der Music gesetzt // von Jos: Haydn [paraphe] 796 // Geschenkt dem Herrn Grafen // Von Browne den 16ten May 805 // von Jos: Haydn [paraphe]

    12. Aus dem Danklied zu Gott v. Gellert. - [12]

    Description matérielle : 1 partition (43 f.) : 22,5 x 31,5 cm
    Description : Note : Contient 13 trios et quatuors vocaux (Hob XXVb 1-4, c 1-9) avec basse chiffrée ou piano. - Mentions de diverses mains sur la p. de t. : au haut (Ch. Malherbe) : "Manuscrit original de haydn" ; au milieu : "Offert à Monsieur ----- [nom effacé : Bigot ?] par son sincère Admirateur et Ami. J. J. Imbault" ; au bas : "Souvenir de Browne ce Juin, 1805" ; en-dessous : une phrase entièrement rayée exceptée la date notée encore en-dessous : "Le 23, 8bre 1808". - Contient aussi : une traduction en français de l'hymne de l'Empereur (Hob XXVIa 43) signée au v° : "Mr. Bigot // 9bre 1840" ; la carte de visite imprimée du compositeur avec l'incipit du Lied (Hob XXVc 5) : "Hin ist alle meine Kraft // alt und schwach bin ich". - Daté d'après Henle. - F. 17 r°, 26, 27, 35, 38, 39 blancs. - Foliotation ajoutée
    Filigranes : AC
    Filigranes : MA
    Filigranes : GFA
    Sources : Hoboken, Haydn. - J. Haydn Werke. Reihe 30 : Mehrstimmige Gesänge. G. Henle, 1958
    Compositeur : Joseph Haydn (1732-1809)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]
  • Contenu dans : Aus der Ramler's Lyrischen Blumenlese // in der Music gesetzt // von Jos: Haydn [paraphe] 796 // Geschenkt dem Herrn Grafen // Von Browne den 16ten May 805 // von Jos: Haydn [paraphe]

    13. Abendlied zu Gott v. Gellert. - [13]

    Description matérielle : 1 partition (43 f.) : 22,5 x 31,5 cm
    Description : Note : Contient 13 trios et quatuors vocaux (Hob XXVb 1-4, c 1-9) avec basse chiffrée ou piano. - Mentions de diverses mains sur la p. de t. : au haut (Ch. Malherbe) : "Manuscrit original de haydn" ; au milieu : "Offert à Monsieur ----- [nom effacé : Bigot ?] par son sincère Admirateur et Ami. J. J. Imbault" ; au bas : "Souvenir de Browne ce Juin, 1805" ; en-dessous : une phrase entièrement rayée exceptée la date notée encore en-dessous : "Le 23, 8bre 1808". - Contient aussi : une traduction en français de l'hymne de l'Empereur (Hob XXVIa 43) signée au v° : "Mr. Bigot // 9bre 1840" ; la carte de visite imprimée du compositeur avec l'incipit du Lied (Hob XXVc 5) : "Hin ist alle meine Kraft // alt und schwach bin ich". - Daté d'après Henle. - F. 17 r°, 26, 27, 35, 38, 39 blancs. - Foliotation ajoutée
    Filigranes : AC
    Filigranes : MA
    Filigranes : GFA
    Sources : Hoboken, Haydn. - J. Haydn Werke. Reihe 30 : Mehrstimmige Gesänge. G. Henle, 1958
    Compositeur : Joseph Haydn (1732-1809)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]
  • Contenu dans : Aus der Ramler's Lyrischen Blumenlese // in der Music gesetzt // von Jos: Haydn [paraphe] 796 // Geschenkt dem Herrn Grafen // Von Browne den 16ten May 805 // von Jos: Haydn [paraphe]

    9. v. Gellert : Betrachtung des Todes. - [9]

    Description matérielle : 1 partition (43 f.) : 22,5 x 31,5 cm
    Description : Note : Contient 13 trios et quatuors vocaux (Hob XXVb 1-4, c 1-9) avec basse chiffrée ou piano. - Mentions de diverses mains sur la p. de t. : au haut (Ch. Malherbe) : "Manuscrit original de haydn" ; au milieu : "Offert à Monsieur ----- [nom effacé : Bigot ?] par son sincère Admirateur et Ami. J. J. Imbault" ; au bas : "Souvenir de Browne ce Juin, 1805" ; en-dessous : une phrase entièrement rayée exceptée la date notée encore en-dessous : "Le 23, 8bre 1808". - Contient aussi : une traduction en français de l'hymne de l'Empereur (Hob XXVIa 43) signée au v° : "Mr. Bigot // 9bre 1840" ; la carte de visite imprimée du compositeur avec l'incipit du Lied (Hob XXVc 5) : "Hin ist alle meine Kraft // alt und schwach bin ich". - Daté d'après Henle. - F. 17 r°, 26, 27, 35, 38, 39 blancs. - Foliotation ajoutée
    Filigranes : AC
    Filigranes : MA
    Filigranes : GFA
    Sources : Hoboken, Haydn. - J. Haydn Werke. Reihe 30 : Mehrstimmige Gesänge. G. Henle, 1958
    Compositeur : Joseph Haydn (1732-1809)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]
  • Contenu dans : Théatre allemand, ou Recueil des meilleures pieces dramatiques, tant anciennes que modernes, qui ont paru en langue allemande

    Le billet de loterie, comédie en 5 actes. - [6]

    Description matérielle : 4 vol.
    Description : Note : I. Lessing : Miss Sara Sampson ; les Juifs. Gärtner : la Fidélité éprouvée ; II. Lessing : l'Esprit fort, comédie, le Trésor. Gellert : le Billet de loterie ; III. Lessing : L'Esprit fort, tragédie bourgeoise ; Minna de Barnhelm, ou le Bonheur militaire ; le Misogyne, ou l'Ennemi des femmes ; IV. Gebler : Thamos, roi d'Égypte, drame héroïque. Weiss : Roméo et Julie, tragédie bourgeoise. Cronegk : Codrus, tragédie
    Édition : Paris : Junker, Durand neveu et Couturier , 1785

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]

Parolier6 documents2 documents numérisés

Auteur adapté3 documents

Traducteur1 document

  • Rabnernek [sic pour Rabenernek] Szatirái [Satiren], vagyis gúnyoló beszédei. Gellertnek egy vigjátékával egyetemben [Felelő bálvány, das Orakel, l'Oracle]. Fordította Sz. [Szlav] S.J.

    Description : Note : La traduction hongroise a été faite pour le 1er auteur d'après l'édition allemande des "Rabeners Satiren", 2. und 4. Theil, donnée à Carlsruhe en 1775 et 1781 par C. G. Schmieder, dans la "Sammlung der besten deutschen prosaischen Schriftsteller und Dichter", 12. und 14. Theil. Pour le 2-e auteur d'après l'édition suisse des Oeuvres complètes donnée à Berne en 1772 par B. L. Walthard, 3. Theil, Lustspiele 1. Theil, pp. 151-190. En réalité, ainsi qu'il ressort du sous-titre allemand, Gellert n'est que l'adaptateur poétique de la Comédie en prose de Germain-François Poullain de Saint-Foix, intitulée "l'Oracle", et publiée d'abord en anonyme à Paris, chez Prault fils en 1740, l'auteur étant révelé dès l'année suivante. Le traducteur a été identifié d'après l'Encyclopédie Pallas à l'article "Gellert". - Rabenernek Szatirái : A Testtől el-vált lelkeknek foglalatosságairól való álom [Ein Traum von den Beschäfftigungen der abgeschiedenen Seelen]. Kit az Isten tiszttel meg-áld, annak elég eszet is ád [Wem Gott ein Amt giebt, dem giebt [...]er auch den Verstand]. Madarat tolláról, embert ruhájáról [Kleider machen Leute]. A Házasságok a mennyekből rendeltetnek [Ehen werden im Himmel geschlossen]. Némelly balgatag házassagoknak egybe-hordása, mellyek az egek számadásra kötöttek össze. [Liste einiger thörichten Ehen die auf Rechnung des Himmels geschlossen worden sind]. Mese az 1. áprilisról, Szárdoni Bentzelárnak ajánló levele... dajkájához. 1-3. könyv [Das Mährchen vom ersten Aprile, aus dem Holländischen übersetzt, Art Benzelaars von Saerdamm Zueignungsschrift zu seine Amme Aaf je Praatmoer von Sloten]. - A Házasságok a mennyekből rendeltetnek [Ehen werden im Himmel geschlossen]. Némelly balgatag házassagoknak egybe-hordása, mellyek az egek számadásra kötöttek össze. [Liste einiger thörichten Ehen die auf Rechnung des Himmels geschlossen worden sind]. Mese az 1. áprilisról, Szárdoni Bentzelárnak ajánló levele... dajkájához. 1-3. könyv [Das Mährchen vom ersten Aprile, aus dem Holländischen übersetzt, Art Benzelaars von Saerdamm Zueignungsschrift zu seine Amme Aaf je Praatmoer von Sloten]
    Édition : Posonyban, Füskuti Landerer M. , 1786. In-16°, 407 p., fig. [Acq. 3505-57]
    Auteur du texte : Germain-François Poullain de Saint-Foix (1698-1776)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32597656b]

Auteur de lettres1 document

Auteur ou responsable intellectuel5 documents

  • Contenu dans : Carl Loewe.... Das Loewesche Lied [pour chant et piano. Edité par Maximilian Runze]

    Busslied. - [4]

    Description matérielle : In-4°, XLVII-212 p.
    Description : Note : Leipzig, Breitkopf und Härtel (1904). - Republished in offset. - Un grand nombre des chants contenus dans ce vol. sont harmonisés, revus ou complétés par Fritz H. Schneider. - A 1 v. et p., sauf indic. contraire. - I. - Geistlich A. Opus 22, Heft I und II. - B.. - Choräle. - C. - Geistliche Lieder und geistliche Volkslieder. - D. - Psalmen. - E. - Geistliche Idylle. - II. - Weltlich. - A. - Kinderlieder. - B.. - Volkslieder. - C. - Trinklieder. - D. - Heitere Gesänge. - E. - Nachtgesänge. - F.. - Gesänge der Sehnsucht. - G. - Grösserer Liedform sich nähernd. - H. Oden. - I. Rachegesänge
    Édition : Farnborough, Hants : Gregg , 1970

    [catalogue]
  • Contenu dans : Carl Loewe.... Das Loewesche Lied [pour chant et piano. Edité par Maximilian Runze]

    (Frühere Tonschöpfung). - [8]

    Description matérielle : In-4°, XLVII-212 p.
    Description : Note : Leipzig, Breitkopf und Härtel (1904). - Republished in offset. - Un grand nombre des chants contenus dans ce vol. sont harmonisés, revus ou complétés par Fritz H. Schneider. - A 1 v. et p., sauf indic. contraire. - I. - Geistlich A. Opus 22, Heft I und II. - B.. - Choräle. - C. - Geistliche Lieder und geistliche Volkslieder. - D. - Psalmen. - E. - Geistliche Idylle. - II. - Weltlich. - A. - Kinderlieder. - B.. - Volkslieder. - C. - Trinklieder. - D. - Heitere Gesänge. - E. - Nachtgesänge. - F.. - Gesänge der Sehnsucht. - G. - Grösserer Liedform sich nähernd. - H. Oden. - I. Rachegesänge
    Édition : Farnborough, Hants : Gregg , 1970

    [catalogue]
  • Contenu dans : Carl Loewe.... Das Loewesche Lied [pour chant et piano. Edité par Maximilian Runze]

    Gott ist mein Lied. - [30]

    Description matérielle : In-4°, XLVII-212 p.
    Description : Note : Leipzig, Breitkopf und Härtel (1904). - Republished in offset. - Un grand nombre des chants contenus dans ce vol. sont harmonisés, revus ou complétés par Fritz H. Schneider. - A 1 v. et p., sauf indic. contraire. - I. - Geistlich A. Opus 22, Heft I und II. - B.. - Choräle. - C. - Geistliche Lieder und geistliche Volkslieder. - D. - Psalmen. - E. - Geistliche Idylle. - II. - Weltlich. - A. - Kinderlieder. - B.. - Volkslieder. - C. - Trinklieder. - D. - Heitere Gesänge. - E. - Nachtgesänge. - F.. - Gesänge der Sehnsucht. - G. - Grösserer Liedform sich nähernd. - H. Oden. - I. Rachegesänge
    Édition : Farnborough, Hants : Gregg , 1970

    [catalogue]
  • Contenu dans : Carl Loewe.... Das Loewesche Lied [pour chant et piano. Edité par Maximilian Runze]

    (Spätere Tonschöpfung). - [26]

    Description matérielle : In-4°, XLVII-212 p.
    Description : Note : Leipzig, Breitkopf und Härtel (1904). - Republished in offset. - Un grand nombre des chants contenus dans ce vol. sont harmonisés, revus ou complétés par Fritz H. Schneider. - A 1 v. et p., sauf indic. contraire. - I. - Geistlich A. Opus 22, Heft I und II. - B.. - Choräle. - C. - Geistliche Lieder und geistliche Volkslieder. - D. - Psalmen. - E. - Geistliche Idylle. - II. - Weltlich. - A. - Kinderlieder. - B.. - Volkslieder. - C. - Trinklieder. - D. - Heitere Gesänge. - E. - Nachtgesänge. - F.. - Gesänge der Sehnsucht. - G. - Grösserer Liedform sich nähernd. - H. Oden. - I. Rachegesänge
    Édition : Farnborough, Hants : Gregg , 1970

    [catalogue]
  • Contenu dans : Carl Loewe.... Lieder aus der Jugendzeit und Kinderlieder. [Pour chant et piano. Edité par Maximilian Runze]

    Wenn ich, o Schöpfer, deine Macht. - [27]

    Description matérielle : In-4°, XIV-104 p., portrait, fac-sim.
    Description : Note : Republished in offset. - Leipzig, Breitkopf und Härtel (1899). - Portrait de Loewe et fac-sim. de sa sign.
    Édition : Farnborough, Hants : Gregg , 1970
    Compositeur : Carl Loewe (1796-1869)

    [catalogue]

Autre4 documents

  • Geistliche Oden und Lieder von C. F. Gellert

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : Leipzig , 1766

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334372d]
  • Grammaire triglotte, ou Nouvelle méthode pour faciliter l'intelligence des langues françoise, latine et allemande, avec la lettre d'un père à son fils... par M. Gellert & traduite en françois par M. Huber

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : Mayence : chez Jean Benjamin Wailandt , 1777
    Autre : Michael Huber (1727-1804)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39326588m]
  • Grammaire triglotte, ou nouvelle méthode pour faciliter l'intelligence des langues françoise, latine et allemande... On y a joint des dialogues sur différents sujets, en françois, en latin et en allemand, avec la lettre d'un père à son fils en l'envoyant à l'Université, écrite en allemande par M. Gellert, et traduite en françois par M. Hubert

    Description matérielle : In-8°
    Édition : Mayence : J.-B. Wailandt , 1777
    Autre : Marie Huber (1695-1753)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33406787r]
  • Lehrgedichte und Erzählungen von C. F. Gellert

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : Leipzig , 1763

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334373r]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Christian Fürchtegott Gellert (1715-1769)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Gesammelte Schriften / Christian Fürchtegott Gellert ; hrsg. von Bernd Witte, 1988-
  • Ouvrages de reference : PND (CD), 2005-01
    Brockhaus, 17. Aufl.
    German biogr. Index
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Christian Fürchtegott Gellert, né le 4 juillet 1715 à Hainichen (Saxe) et mort le 13 décembre 1769 à Leipzig, est un fabuliste et moraliste allemand.Gellert reçut dans la maison de son père, qui était pasteur, une éducation très chrétienne. D’une famille nombreuse et pauvre, il dut travailler de bonne heure à copier des actes de commerce. Cependant sa vocation politique se manifesta des l’âge de treize ans par quelques pièces dont on loue encore la grâce.À quinze ans, il fut envoyé à l’école de Meissen, ou il se lia avec Rabener et Gärtner. Cinq ans plus tard, il alla étudier la théologie à Leipzig, où il s’abandonna à son goût pour la littérature. Il s’y familiarisa avec les auteurs latins et les écrivains français ; il embrassa les principes de Gottsched et fut un des meilleurs collaborateurs des Récréations de Schwabe et ensuite du Recueil de Brême. Plus tard il se sépara de l’école saxonne et se repentit d’avoir sacrifié, sous ses inspirations, à l’imitation française.En raison de sa timidité et de sa faible santé, Gellert renonça à son idée d’entrer dans le ministère et, s'établit en 1745 comme privat-docent en philosophie à l’université de Leipzig, où il enseigna la poésie, la rhétorique et la littérature avec beaucoup de succès. En 1751, il fut nommé professeur extraordinaire de philosophie morale, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort.Gellert a joui, comme porte national, d’une popularité extrême et qui s’est maintenue. Il est un des rares auteurs de son temps « qu’on lit encore, a dit un critique allemand, dans la cabane comme dans le palais ». Les princes et les rois, Frédéric le Grand entre autres, allèrent lui rendre visite à Leipzig.Des tributs d’hommages lui étaient adressés de toutes les parties de l’Allemagne, et sa mort fut un deuil public. Sa tombe devint un but de pèlerinage et l’objet de démonstrations si vives que l’autorité dut les interdire.Ce que l’on goûtait dans Gellert, c’était un talent pur, gracieux, inspiré par une aine honnête, assombri par la mélancolie, et répondant chaque jour davantage au caractère national. Interprète des sentiments intimes, il enseigne la vertu, la religion ; il purifie l’art pour l’introduire dans la famille.Klopstock lui adresse ces vers : « La fille la plus belle et la plus aimée de la plus belle des mères devra te lire, devenir plus belle en te lisant, et, te voyant endormi, t’embrasser avec candeur. »Il faut citer aussi ce jugement enthousiaste du philosophe Garve : « Aussi longtemps que les Allemands comprendront leur langue, ils liront les écrits de Gellert, et les hommes honoreront son caractère tant qu’ils respecteront la vertu. »Son œuvres - en particulier ses Fables - ont compté en Allemagne dans la période transitoire entre l’Aufklärung, l’Empfindsamkeit et le Sturm und Drang. Son extraordinaire popularité a décliné après sa mort lorsque les disciples du Sturm und Drang l’ont qualifié de poète moralisateur « pour filles de pasteurs de campagne ».Gellert a composé des ouvrages de genres fort divers, des poésies lyriques et didactiques, des contes, des fables, des comédies, des dissertations littéraires, des ouvrages moraux, des poésies religieuses et des cantiques, mais il est surtout célèbre par ses Fabeln und Erzählungen (Fables et Contes), dont un premier recueil parut en 1746 et un second en 1748, et qui obtinrent une vogue populaire. La langue en est pure, facile, élégante, la morale est plutôt élevée que pratique. Chaque sujet est composé et développé avec une certaine ampleur épique dont le défaut est un peu de redondance.Plusieurs de ses fables sont toutes personnelles cl ont nu cachet entièrement allemand. Ses contes sont d’une simplicité agréable, avec plus de prolixité. Ses poésies lyriques comprennent des Odes et Chants religieux (Oden und geistliche Lieder, 1758), où l’on trouve plutôt un sentiment intime, une foi sincère, qu’un véritable éclat poétique, furent reçus avec une égale considération par les catholiques et les protestants. Beethoven composa 6 Chants sacrés op. 48 sur ces textes.De ses comédies, die Betschwester (la Bigote, 1745), Das Loos in der Lotterie (le Gros Lot, 1746), Die zärtlichen Schwestern (les Tendres Sœurs, 1747), la première seule mérite d’être remarquée ; elle est calquée sur le Tartuffe.Gellert avait aussi composé un roman domestique sentimental : Das Leben der Schwedischen Gräfin von G*** (Vie de la Comtesse suédoise von G*** ; Leipzig, 1746, 2 vol.), imitée de la Pamela de Richardson, notable en tant comme première tentative allemande de roman psychologique.Il a laissé des Moralische Vorlesungen (Leçons morales), qui n’ont été publiées qu’après sa mort (1770) et qui ont pour but de répandre dans le peuple l’amour du juste et les sentiments élevés. Ses Briefwechsel Christian Fürchtegott Gellert's mit Demoiselle Lucius : nebst einem Anhange ... Sämmtlich aus den bisher meist noch ungedrukten Originalen, publiées par Friedrich Adolf Ebert (Lettres à Mlle Lucius de Dresde), ont été les premiers modèles, en Allemagne, du style épistolaire.Il a été donné plusieurs éditions générales de ses Œuvres (Gellerts Sämmtliche Werke ; Leipzig, 1769-1774, 10 vol. ; 1841, 6 vol. in-12).Ses Fables ont été traduites en prose par Toussaint, Berlin, 1768, et mises en vers par Marianne Wilhelmine Mercier de Stevens, Breslau, 1777 ; sa Morale a été traduite par Louis Ésaïe Pajon de Moncets, Utrecht, 1775.Ses Œuvres complètes en 10 vol. in-8° ont paru à Leipzig, 1784, 1841, etc.Deux statues ont été élevées à Gellert en 1865, dans sa ville natale et à Leipzig. Il est le frère du savant métallurgiste Christlieb Ehregott Gellert.

Pages équivalentes