Calixthe Beyala

Illustration de la page Calixthe Beyala provenant de Wikipedia
Pays :Cameroun
Langue :français
Sexe :féminin
Note :
Romancière
Domaines :Littératures
ISNI :ISNI 0000 0001 0886 3378

Ses activités

Auteur du texte43 documents3 documents numérisés

  • Le Christ selon l'Afrique

    roman

    Description matérielle : 1 vol. (264 p.)
    Édition : Paris : A. Michel , impr. 2014

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb437658671]
  • Le roman de Pauline

    roman

    Description matérielle : 1 vol. (185 p.)
    Édition : Paris : Librairie générale française , impr. 2011

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42703644z]
  • Seul le diable le savait

    Description matérielle : 1 vol. (280 p.)
    Édition : [Paris] : le Pré aux Clercs , 1990

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35092458t]

Présentateur11 documents

Éditeur scientifique3 documents

Préfacier1 document

  • Georges

    Description matérielle : 404 p.
    Description : Note : La couv. porte en plus : "le roman contre l'esclavage"
    Édition : Paris : Éd. 1 , 1998
    Auteur du texte : Alexandre Dumas (1802-1870)

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36704926j]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Calixthe Beyala

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • C'est le soleil qui m'a brûlée / Calixthe Beyala, 1987
  • Dictionnaire Black / Christiane Passevant, Larry Portis, 1995
    Libération, 2011-03-30, [portrait]
    Passages et ancrages en France / sous la direction de Ursula Mathis-Moser et Birgit Mertz-Baumgartner, 2012, p. 165-170

Biographie Wikipedia

  • Calixthe Beyala, née en 1961 à Douala au Cameroun[réf. souhaitée]<span />, est une romancière française d’origine camerounaise.En 1987, elle publie son premier roman, C’est le soleil qui m’a brûlée. En 1994, elle obtient le grand prix littéraire d'Afrique noire pour Maman a un amant ; en 1996, le grand prix du roman de l'Académie française pour Les Honneurs perdus et en 1998, le grand prix de l’Unicef pour La Petite Fille du réverbère. Outre sa carrière d’écrivain (ponctuée de polémiques, notamment d'accusations de plagiat), elle milite auprès de nombreuses associations pour la reconnaissance des minorités, le développement de la francophonie et la lutte contre le sida. Elle est faite chevalier des Arts et des Lettres en 1997[réf. souhaitée]<span /> et chevalier de la Légion d’honneur en 2010, promotion du 14 juillet[réf. souhaitée]<span />.

Pages équivalentes