Gaspard Abeille (1648-1718)

Illustration de la page Gaspard Abeille (1648-1718) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Riez (Basses-Alpes), 1648
Mort :Paris, 22-05-1718
Note :
Abbé de Riez. - Poète. - Auteur dramatique. - On lui attribue aussi les pièces de théâtre signées par le comédien Jean-François Juvénon, dit de La Thuillerie. - Membre de l'Académie française (élu en 1704)
Autres formes du nom :Abeille (1648-1718)
Abbé Abeille (1648-1718)
ISNI :ISNI 0000 0000 4746 9827

Ses activités

Auteur du texte20 documents9 documents numérisés

  • A Monseigneur le Dauphin

    Description matérielle : 4 p.
    Description : Note : Titre de départ. - Signé : "Abeille" = Gaspard Abeille. - Sans doute publié à Paris. - Bandeau aux armes du Dauphin et lettrine gravés sur cuivre ; il existe une autre émission, avec une composition typogr. identique, mais avec un bandeau aux armes de France et une lettrine gravés sur bois. - Louanges adressées au Dauphin pour son rôle de promoteur des lettres classiques, sans doute lors des débuts de la collection "Ad usum Delphini" (premiers volumes en 1675) : probablement publié en 1676 ou 1677, peu après la prise de Bouchain par Louis XIV (1676), citée, et alors que les Jésuites projetaient de collaborer à la collection. - Adaptation libre en vers français du poème latin de Jean Lucas, "Ad Serenissimum Delphinum eius esse, literas, dum pater regnum amplificat, promovere"
    Édition : , 1676-1677
    Auteur ou responsable intellectuel : Jean Lucas (jésuite, 1638-1716)
    Dédicataire : Louis (dauphin de France, 1661-1711)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30000570x]
  • Argélie, reyne de Thessalie

    Description matérielle : [14]-102-[1] p.
    Description : Note : Par l'abbé Abeille
    Édition : Paris : C. Barbin , 1674

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30000572m]
  • Au Roy. Sonnet. (Signé : l'abbé d'Abeille.)

    Description matérielle : In-4° . Pièce
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300005749]
  • Au Roy, sur la campagne de M. le Prince, au mois de juillet de l'année 1674. (Signé : l'abbé d'Abeille.)

    Description matérielle : In-4° . Pièce
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30000575n]
  • La constance ou fermeté de courage

    Description matérielle : 8-[2] p.
    Description : Note : Titre de départ. - Privilège du 2 juillet 1693 à Jean-Baptiste II Coignard pour les impressions de l'Académie française. - Ode dédiée à Louis de Bourbon Condé (1668-1710)
    Édition : , 1708
    Imprimeur-libraire : Jean-Baptiste Coignard (1667?-1735)
    Dédicataire : Louis Condé III de Bourbon (prince de, 1668-1710)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300005760]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Gaspard Abeille (1648-1718)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Les devoirs de la terre et du ciel / Abbé Abeille, 1675
  • Ouvrages de reference : Cioranescu, 17 s.
    DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Abeille (1648-1718)
  • Abbé Abeille (1648-1718)

Biographie Wikipedia

  • Gaspard Abeille, né à Riez (Alpes-de-Haute-Provence) en 1648 et mort à Paris le 22 mai 1718, est un homme d'Église, poète et auteur dramatique français.Venu jeune à Paris, il est successivement secrétaire du maréchal de Luxembourg, du duc de Vendôme et du prince de Conti. « L'abbé Abeille, écrit d'Alembert, admis dans cette société brillante, se fit goûter par les agréments de son esprit, par sa gaieté naturelle, par des plaisanteries auxquelles il savait donner une forme piquante, et cependant assez mesurée pour ne sortir jamais des bornes de la circonspection et de la décence ». Il écrit des tragédies, d'abord sous son nom, puis, parce qu'on lui reproche de manquer à la dignité de son état d'ecclésiastique, sous le nom du comédien La Thuillerie, qui tient le rôle principal dans plusieurs de ses pièces. Son Coriolan connaît près de vingt représentations et le fait remarquer par Corneille et Racine. Mais sa tragédie Lyncée est un échec et l'on fait circuler sur son auteur de méchantes épigrammes. Devenu membre de l'Académie française en 1704, il présente aux séances publiques de l'Académie des odes et des épîtres en vers, mais celles-ci sont jugées tout aussi médiocres que ses pièces. D'Alembert lui rend pourtant cet hommage : « Bienfaisant et désintéressé, il n'usa jamais de son crédit que pour obliger ceux qui avaient recours à lui ; tout ce qui souffrait avait droit sur son cœur ; et quoique sa position lui offrît des occasions fréquentes d'augmenter sa fortune, il mourut dans cette médiocrité honnête qui donne tant d'éclat à la vertu. »

Pages équivalentes