Joseph Priestley (1733-1804)

Image non encore disponible
Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :masculin
Naissance :13-03-1733
Mort :06-02-1804
Note :
Théologien, philosophe et scientifique
Domaines :Philosophie
Chimie
Autre forme du nom :Joseph Priestly (1733-1804)
ISNI :ISNI 0000 0001 2104 1029

Ses activités

Auteur du texte81 documents2 documents numérisés

  • Histoire de l'électricité

    Description matérielle : 3 tomes (XLVI-[2]-432 p. ; [4]-531-[1] p., [1] f. de pl. dépl. ; [4]-474-[4] p., 8 f. de pl. dépl.)
    Description : Note : Traduit par M.-J. Brisson, d'après Barbier. - Privilège royal du 13 janvier 1771 octroyé à Jean-Thomas Hérissant. - Bandeaux (dont un signé "Caron" et un signé "Beugnet" ) et culs-de-lampe ornés sur bois
    Sources : Barbier
    Édition : , 1771
    Imprimeur : Pierre-Alexandre Le Prieur (1722-179.?)
    Graveur : Jean Beugnet (17..-1803)
    Traducteur : Mathurin-Jacques Brisson (1723-1806)
    Imprimeur-libraire : Jean-Thomas Hérissant (imprimeur-libraire, 174.?-179.?)

    3 documents numérisés : Tome 1 - Tome 2 - Tome 3
    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31151297q]
  • Letters to right honourable Edmund Burke

    Description matérielle : XIII-155 p.
    Édition : Birmingham : J. Johnson , 1791

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb311513045]
  • Political writings

    Description matérielle : XXXIX-147 p.
    Description : Note : Notes bibliogr. p. XXXI-XXXVIII. Index
    Édition : Cambridge : Cambridge university press , 1993
    Éditeur scientifique : Peter N. Miller

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb374396385]
  • Additional experiments and observations relating to the principle of acidity, the decomposition of water, and phlogiston, by Joseph Priestley,... with letters to him on the subject, by Dr. Withering and James Keir,...

    Description matérielle : In-4° , 20 p.
    Description : Note : From the "Philosophical transactions"
    Édition : (S. l. n. d.)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31151266f]
  • A Chart of biography...

    Édition : (London) , 1765. Gr. in-fol.

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb325461273]

Préfacier1 document

Autre1 document

  • Letters to the right honourable Edmund Burke, occasioned by his "Reflections on the revolution in France", etc. The second edition, corrected

    Description matérielle : In-8 °
    Édition : London : J. Johnson , 1791. 3th ed.

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb363048555]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Joseph Priestley (1733-1804)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : An essay on the first principles of government and on the nature of political, civil and religious liberty / by Joseph Priestly [″sic″], 1768
    Experiment and observations on different kinds of air / by Joseph Priestley, 1774
  • Ouvrages de reference : Encycl. britannica, 15e ed.
    GDEL
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autre forme du nom

  • Joseph Priestly (1733-1804)

Biographie Wikipedia

  • Joseph Priestley (24 mars 1732 ((O.S.) à Birstall, West Yorkshire – 6 février 1804 à Northumberland, Pennsylvanie) est un théologien, pasteur dissident, philosophe naturel, pédagogue et théoricien de la politique britannique qui publia plus de cent cinquante ouvrages. Connu pour ses travaux de chimiste et de physicien, on lui attribue généralement la découverte de l'oxygène qu'il a isolé dans son état gazeux. C'est en 1774 que Priestley produisit pour la première fois de l'oxygène. Cependant, en tant que partisan de la théorie phlogistique, il nomma ce nouveau gaz, l'air « déphlogistiqué », et ne se rendit pas compte de l'importance de sa découverte. Carl Wilhelm Scheele, lui aussi partisan de la phlogistique, revendiqua la découverte de l'« oxygène », mais c'est le chimiste français Antoine Lavoisier, père de la chimie moderne et démystificateur de la théorie phlogistique, qui identifia et donna à l'oxygène son nom.De son vivant, la réputation scientifique de Priestley résulte de sa « découverte » de l'eau gazeuse, de ses traités sur l'électricité et de ses études sur les différents « airs » (gaz), le plus connu étant celui qu'il baptise « l'air déphlogistiqué » (oxygène). Cependant, sa détermination à défendre la théorie phlogistique et son rejet des concepts qui vont conduire à la révolution chimique l'ont isolé au sein de la communauté des savants.Les recherches scientifiques de Priestley sont intimement liées à sa réflexion théologique et, de manière constante, il s'efforce de proposer une synthèse entre le rationalisme des Lumières et le théisme chrétien. Dans ses textes métaphysiques, il tente de rendre compatibles théisme, matérialisme et déterminisme, projet jugé « audacieux et original ». Il pense qu'une bonne compréhension du monde naturel fera progresser l'être humain et finira par entraîner l'avènement du millénarisme. Fervent partisan d'un libre échange d'idées, il plaide en faveur de la tolérance religieuse et de l'égalité des droits pour les dissidents religieux, ce qui le conduit à apporter son soutien à la fondation de l'Unitarisme en Angleterre. La nature controversée de ses publications, tout autant que son net soutien à la Révolution française lui valent d'éveiller la méfiance du public et du gouvernement. Il est finalement contraint de se réfugier aux États-Unis après l'incendie de sa maison et de son église, par des émeutiers, en 1791.Chercheur et enseignant tout au long de son existence, Priestley contribue également au développement de la pédagogie, notamment par la publication d'un ouvrage sur la grammaire anglaise et l'invention de l'historiographie moderne. Ces écrits sur l'éducation sont parmi ses œuvres les plus populaires. Cependant, ce sont ses travaux métaphysiques qui connaissent l'influence la plus durable : des philosophes de renom, tels Jeremy Bentham, John Stuart Mill et Herbert Spencer, les citent comme références principales de l'utilitarisme.

Pages équivalentes