Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles Lambert (marquise de, 1647-1733): nom d'alliance

Illustration de la page Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles Lambert (marquise de, 1647-1733) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris, 1647
Mort :Paris, 12-07-1733
Note :
A tenu un salon littéraire à Paris
Domaines :Littératures
Autres formes du nom :Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles (1647-1733)
Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles (1647-1733)
Marquise de Lambert (1647-1733)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 8346 0096

Ses activités

Auteur du texte54 documents5 documents numérisés

Auteur de lettres1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles Lambert (marquise de; 1647-1733)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Oeuvres morales / de Mme de Lambert, 1843
    Métaphisique d'amour, par Mme la Mise de L** , 1729
  • Ouvrages de reference : GDEL
    DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.
    BN Cat. gén., 1960-1969

Autres formes du nom

  • Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles (1647-1733)
  • Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles (1647-1733)
  • Marquise de Lambert (1647-1733)
  • Madame de Lambert (1647-1733)
  • Madame de L** L ** (1647-1733)
  • Marquise de L ** (1647-1733)

Biographie Wikipedia

  • Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, par son mariage madame de Lambert, marquise de Saint-Bris, généralement appelée la marquise de Lambert, née à Paris en 1647 et décédée à Paris le 12 juillet 1733, est une femme de lettres et salonnière française.Sous la Régence, quand la cour de la duchesse du Maine, au château de Sceaux, s'amusait à des frivolités et quand celle du duc d'Orléans, au Palais-Royal, se livrait à des débauches, le salon de la marquise de Lambert passait pour le temple des bienséances et du bon goût, en réaction contre le cynisme et la vulgarité de l'époque. Pour les beaux esprits du temps, c'était un véritable honneur d'être admis aux célèbres « mardis », où l'on respirait encore l'esprit de dignité et le bon ton du Grand Siècle.

Pages équivalentes