Thadée Gabrielli (1856-1940)

Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Tralonca (Haute-Corse), 07-08-1856
Mort :Compiègne (Oise), 10-04-1940
Note :
Magistrat. - Sénateur
ISNI :ISNI 0000 0000 0016 7768

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • La Corse

    ses luttes pour l'indépendance, son annexion à la France, ses représentants ...

    Description matérielle : XI-237 p.
    Édition : Paris : Librairie Jacques Lanore , 1937

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35044343z]
  • Proposition de loi tendant à ouvrir au Ministre de l'Agriculture un crédit de 100000 francs destiné à venir en aide aux petits propriétaires, ouvriers et travailleurs agricoles de la commune de Petreto-Bicchisano (Corse)... présentée par M. gabrielli,... [28 mars 1907.]

    Description matérielle : In-4 °, 2 p.
    Description : Note : Chambre des Députés. 9e législature. Session de 1907. N ° 918
    Édition : Paris : Impr. de Motteroz et Martinet , (s. d.)
    Éditeur scientifique : France. Chambre des députés (1876-1942)

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb362233684]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : La Corse, ses luttes pour l'indépendance ... / Thadée Gabrielli, 1937
  • Ouvrages de reference : DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Thadée Gabrielli est un homme politique français né le 7 août 1856 à Tralonca (Corse) et décédé le 10 avril 1940 à Compiègne (Oise).Avocat à Bastia puis à Corte, il entre dans la magistrature en 1892, comme procureur à Sartène, puis à Ajaccio et comme avocat général à la cour d'Appel de Bastia. Conseiller général du canton de Sermano en 1886, il est député de la Corse de 1902 à 1909, inscrit au groupe de l'Union démocratique et sénateur de la Corse de 1909 à 1920, inscrit au groupe de la Gauche démocratique. Il se consacre surtout à la défense des intérêts de la Corse. Quelques semaines avant la fin de son mandat de sénateur, il réintègre la magistrature comme juge au tribunal civil de la Seine. Il prend sa retraite en 1926.

Pages équivalentes