BnF
BnF

Tae-Woo Roh

Country :
Language :
Gender :
masculin
Note :
Président de Corée du Sud depuis le 25 fév. 1988
Variants of the name :
泰愚 盧 (coréen)
Roh Tae Woo
태우 노
See more

Occupations

Auteur du texte2 documents

  • Korea, a nation transformed

    selected speeches of President Roh Tae Woo

    Edition : 1990- [Seoul] The Presidential secretariat

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35073698f]
  • Korea in the pacific century

    selected speeches 1990-1992

    Material description : XXXVIII-344 p.-[8] p. de pl.
    Note : Note : Index
    Edition : 1992 Lanham (Md.). - New York. - London University press of America

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb366613801]
Loading information

Documents about this author

Documents about the author Tae-Woo Roh

Pages in data.bnf.fr

This page in data.bnf.fr lab

  • This experimenting space presents innovating visualizations of data.bnf.fr data: diagrams, timelines, maps. This data is available and freely usable (Open license), in RDF or JSON.

Sources and references

Sources for the record

Variants of the name

  • 泰愚 盧 (coréen)
  • Roh Tae Woo
  • 태우 노
  • T'ä-U No

Wikipedia Biography

  • Roh Tae-woo est un ancien général et un homme politique sud-coréen, né le 4 décembre 1932 à Daegu. Suite aux manifestations de 1987, qui rassemblèrent jusqu'à personnes le 8 juillet à Séoul, le chef de l’État sud-coréen, le général Chun Doo-hwan, accepta l'élection du nouveau président de la République au suffrage universel direct. Choisi comme le successeur de Chun Doo-hwan, le général Roh remporta l'élection organisée le 16 décembre 1987 (avec 35,9 % des voix) à la faveur notamment de la division de l'opposition entre Kim Young-sam (27,5 %) et Kim Dae-jung (26,5 %). Son mandat (1988-1993) a été marqué par l'organisation des Jeux de la XXIV olympiade à Séoul, et l'entrée conjointe des deux Corées à l’ONU en 1991. Par ailleurs, une nouvelle Constitution a été adoptée en 1988. La même année, 2000 prisonniers politiques ont été libérés. Suite à la campagne anti-corruption menée après 1993 par son successeur Kim Young-sam, et de la mise en cause de leur rôle dans le soulèvement de Kwangju en 1980, Roh Tae-woo a été condamné, ainsi que son prédécesseur Chun Doo-hwan. La peine de Roh Tae-woo, de vingt-deux ans et demi de prison, a été réduite à dix-sept ans en appel, avant qu'il ne soit libéré début 1998, sur l'intervention du nouveau président Kim Dae-jung.

Closely matched pages

Last update : 04/07/2014