Howard Barker

Pays :Grande-Bretagne
Langue :anglais
Sexe :masculin
Note :
Dramaturge. - Poète. - Peintre. - Metteur en scène. - Utilise de nombreuses identités fictives dont : "Houth, Eduardo (1946-....)"
Domaines :Peinture
Littératures
ISNI :ISNI 0000 0001 2140 9962

Ses activités

Auteur du texte87 documents5 documents numérisés

Scénariste3 documents

Auteur adapté2 documents

Metteur en scène2 documents

Dialoguiste1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Howard Barker

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Prétendu photographe chilien, créateur d'images publicitaires pour la compagnie théâtrale de "Barker, Howard (1946-....)" dont il est le pseudonyme. - Également modèle du personnage éponyme de la pièce de Barker "Actress with an unloved child"

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Tableau d'une exécution ; Les possibilités / Howard Barker ; trad. de : "Scenes from an execution" par Jean-Michel Déprats, et de : "The possibilities" par Sarah Hirschmuller et Sinéad Rushe, 2001
    Ces tristes lieux, pourquoi faut-il que tu y entres / Howard Barker ; photographies d'Eduardo Houth ; traduction et postface de Daniel Loayza, impr. 2009 [biogr. p. 83]
  • BL integrated catalogue : Barker, Howard (2009-01-22) (Site archivé par la BnF depuis le 16/10/2005)
    Contemporary authors, 2009-01

Biographie Wikipedia

  • Howard Barker, né en 1946 à Dulwich (Angleterre), est un dramaturge et poète britannique.Issu d'un milieu populaire et marqué par l'après-guerre de son enfance, Howard Barker est de la même génération qu'Edward Bond et Harold Pinter.Son œuvre, largement traduite en français, comprend plus d'une cinquantaine de pièces, des recueils de poésie et des textes réunis sur le théâtre, ainsi qu'un livret d'opéra.Son « théâtre de la catastrophe », expression forgée par Howard Barker lui-même, décrit une humanité cruelle par nature et, paradoxalement, toujours séduisante d'intelligence et de lucidité. Le dramaturge n'épargne personne, pas même le poète, qui « se dissimule souvent dans la métaphore comme une créature timide se réfugie dans les bois » (in Treize objets, traduit par Jean-Michel Déprats, éditions Théâtrales/Maison Antoine Vitez).Les thèmes très présents de la mutilation, de l'arrogance de l'establishment, des violences spectaculaires ou invisibles font de son théâtre une œuvre puissante, nouvelle. Cette violence a aussi longtemps éloigné ses pièces de la scène, en Angleterre et ailleurs. Il devient aujourd'hui plus fréquentable et a été monté à Nanterre, à Besançon, à Rouen ou à Bordeaux.

Pages équivalentes