Georg Kaiser (1878-1945)

Image non encore disponible
Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :25-11-1878
Mort :04-06-1945
Note :
Auteur dramatique
ISNI :ISNI 0000 0001 1067 4883

Ses activités

Auteur du texte45 documents

Auteur adapté4 documents

Librettiste2 documents

Scénariste1 document

  • Spectacle : Cinémaquette

    Avignon (France) : Eglise des Célestins - 12-07-1995

Auteur ou responsable intellectuel9 documents

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Georg Kaiser (1878-1945)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Die Bürger von Calais / Georg Kaiser, 1960
  • Ouvrages de reference : Laffont-Bompiani, Auteurs
    Deutsche Biographie (2013-02-20)
    GDEL
    Brockhaus 19. Aufl.
    Oxford German lit.
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. suppl.
    BN Cat. gén. 1960-1969

Biographie Wikipedia

  • Georg Kaiser, de son vrai nom Friedrich Carl Georg Kaiser, est un écrivain allemand, à la fois auteur de drames et de comédies, essayiste et poète né à Magdebourg (Allemagne) le 25 novembre 1978 et mort à Ascona (Suisse) le 4 juin 1945.Cet poète et écrivain prolixe de dialogues philosophiques et de drames historiques, de tragi-comédie et de roman s'est fait connaître pendant la Grande Guerre. Auteur de plus de 74 pièces modernes, dont la plupart furent parmi les plus jouées en Allemagne entre 1919 et 1933, il est communément considéré comme un des membres éminents du courant littéraire expressionniste, surtout par les pièces de théâtre nées de ses écrits dialogués, et jouées de 1917 à 1922. Il a poursuivi sa carrière au début des années 1920 en s'attachant au retour à la sobriété et à l'objectivité fonctionnelle prônée par les avant-gardes dont il s'est pourtant méfié des irréductibles adhésions idéologiques. La capacité de recul sur le monde littéraire l'a rendu immédiatement suspect au régime nazi qui l'a voué à la solitude de la création, d'abord par la relégation contrainte hors du monde de la culture officielle puis par un odieux rejet public de ses œuvres. La clandestinité de la résistance le mène à choisir l'exil individuel.

Pages équivalentes