Partido dos trabalhadores. Brésil

Image non encore disponible
Pays :Brésil
Langue :portugais
Création :1980
Note :
Parti fondé en 1980 par des dirigeants syndicaux réunissant trois courants : syndicalisme, communautés de base (catholicisme de gauche) et groupuscules gauchistes ; présidé par "Lula" (Luís Inácio Lula da Silva)
Autres formes du nom :Parti brésilien des travailleurs (français)
Parti des travailleurs. Brésil (français)
PT (portugais)

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Partido dos trabalhadores. Brésil

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • LCNA, 1977-1986
    Political parties of the world, 1984

Autres formes du nom

  • Parti brésilien des travailleurs (français)
  • Parti des travailleurs. Brésil (français)
  • PT (portugais)

Biographie Wikipedia

  • Le Parti des travailleurs est le parti de la présidente brésilienne Dilma Roussef, élue pour la première fois le 31 octobre 2010 et réélue le 26 octobre 2014. Elle a succédé à Luís Inácio da Silva, qui a remporté l'élection présidentielle d'octobre 2002. Le Parti des travailleurs est membre de la COPPPAL.Ce parti, d'essence marxiste, dispose de 91 députés sur 513 et de 13 sénateurs sur 81.Son arrivée au pouvoir s'est inscrite dans un certain basculement à gauche qui s'opérait sur une partie du continent sud-américain, notamment en Argentine et au Venezuela. Il annonçait sa volonté de rupture avec des décennies de régression sociale et politique, mais surtout de pratiques concussionnaires sur un continent où la corruption était devenue un sport national.Les 825 461 adhérents du parti élisent les directions nationale et municipales, et celles des États fédérés. Les membres de ces instances sont élus à la proportionnelle, mais leurs présidents à la majoritaire. Dix listes se disputent les 81 sièges de la direction nationale, et sept candidats, la présidence du parti. Le principal courant du PT est le Camp majoritaire (modéré), qui contrôlait 65 % de la direction nationale grâce à son alliance avec d'autres tendances modérées. À gauche, le principal courant est Démocratie socialiste (trotskiste), qui détient 14,8 % des sièges de la direction nationale.

Pages équivalentes