Pierre Marie (1853-1940)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Naissance :09-09-1853
Mort :1940
Note :
Agrégé de médecine. - Membre de l'Académie de médecine
ISNI :ISNI 0000 0000 8103 0682

Ses activités

Auteur du texte8 documents3 documents numérisés

Préfacier3 documents

  • Le sympathique et les systèmes associés

    anatomie clinique, sémiologie et pathologie générale du système neuro-glandulaire de la vie organique

    Description matérielle : 1 vol. (160 p.)
    Édition : Paris : Masson et Cie , 1920
    Auteur du texte : André-Charles Guillaume (1891-1963)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32206650n]
  • Technique des autopsies et des recherches anatomo-pathologiques à l'amphithéâtre

    Description matérielle : 1 vol. (VIII-432 p.)
    Édition : Paris : O. Doin et fils , 1910
    Auteur du texte : Pierre Ameuille (1880-1947), Gustave Roussy (1874-1948)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312601351]
  • Travaux pratiques d'anatomie pathologique

    14 séances de lectures de coupes microscopiques

    2e éd
    Description matérielle : VII-240 p.
    Description : Note : Ex-libris du Dr Robert Proust. _ Legs Le Masle
    Édition : Paris : Masson , 1920
    Auteur du texte : Ivan Bertrand (1893-1965), Gustave Roussy (1874-1948)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35901060q]

Auteur de lettres1 document1 document numérisé

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Sur la spondylose rhizomélique / par Pierre Marie, 1986 [reprod. de l'éd. de 1898]
  • Berthelot

Biographie Wikipedia

  • Pierre Marie né le 9 novembre 1853 à Paris et mort le 14 avril 1940 à Cannes est un médecin neurologue français.Il est à l'origine de la découverte de plusieurs entités cliniques nouvelles comme l'atrophie musculaire progressive en 1886, l'acromégalie en 1886, l'ostéoartropathie hypertrophique « pneumique » en 1890, l'hérédoataxie cérébelleuse en 1893, la spondylarthrite ankylosante (sous le nom de « spondylose rhizomélique ») en 1898, ce qui lui vaut une réputation internationale. À la clinique neurologique de la Salpêtrière, il succède en 1917 à Dejerine à la Chaire inaugurée par Jean-Martin Charcot.

Pages équivalentes