Matthias Jakob Schleiden (1804-1881)

Illustration de la page Matthias Jakob Schleiden (1804-1881) provenant de Wikipedia
Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Naissance :1804
Mort :23-06-1881
Note :
Botaniste et philosophe
ISNI :ISNI 0000 0001 0900 4794

Ses activités

Auteur du texte8 documents5 documents numérisés

  • Beiträge zur Botanik

    [Reprod.]
    Description matérielle : 3 microfiches
    Édition : Leiden : IDC , 1985

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372694099]
  • Grundriss der Botanik zum Gebrauch bei seinem Vorlesungen

    [Reprod.]
    Description matérielle : 3 microfiches
    Édition : Leiden : IDC , 1985

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37269783j]
  • Grundzuge der wissenchaftlichen Botanik nebst einer methodologischen Einleitung als Anleitung zum Studium der Pflanze

    [Reprod.]
    Description matérielle : 11 microfiches
    Édition : Leiden : IDC , [19??]

    2 documents numérisés : Volume 1 - Volume 2
    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37269904z]
  • La plante et sa vie

    leçons populaires de botanique à l'usage des gens du monde

    Description matérielle : 1 vol. (342 p.)
    Édition : Paris : Schultz et Thuillié ; Bruxelles : A. Schnée , 1859

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31317212g]
  • Ueber die Natur der Kieselhölzer

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Édition : Leiden : IDC , 1985
    Auteur du texte : Ernst Erhard Schmid (1815-1885)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37269799x]

Éditeur scientifique2 documents

  • 3. Reihe, 1. Bd., Nr. 1 (1847, Jan.) - 11. Bd., Nr. 22 (1849, Dec.)

  • Schelling's und Hegel's Verhältnis zur Naturwissenschaft

    zum Verhältnis der physikalistischen Naturwissenschaft zur spekulativen Naturphilosophie

    Description matérielle : 87 p.
    Édition : Weinheim : VCH, Acta Humaniora , 1988

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35104755d]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Matthias Jakob Schleiden (1804-1881)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Wissenschaftsphilosophische Schriften / Matthias Jakob Schleiden ; hrsg. von Ulrich Charpa, 1989

Biographie Wikipedia

  • Matthias Jakob Schleiden est un botaniste allemand célèbre pour être l’un des fondateurs de la théorie cellulaire, né le 5 avril 1804 à Hambourg et mort le 23 juin 1881 à Francfort-sur-le-Main.Il fait ses études à Heidelberg de 1824 à 1827 et commence à pratiquer le droit à Hambourg, mais il se consacre bientôt à plein-temps à sa passion : la botanique. Il enseigne alors la botanique à Iéna, Tartu (en Estonie), Dresde, Wiesbaden, Francfort-sur-le-Main.Dans son livre, Beiträge zur Phytogenesis (Contributions à la phytogenèse, 1838, écrit pendant sa période comme professuer à l'Université d'Iéna), il examine les différentes parties constituant une plante et détermine qu’elles sont composées de cellules. Il affirme l’importance du noyau de la cellule découvert par le botaniste écossais Robert Brown (1773-1858) et son rôle dans la division cellulaire. Contrairement aux autres botanistes de l’époque, qui s’intéressaient principalement à la description d’espèces nouvelles et aux questions de taxinomie, Schleiden utilise principalement le microscope pour étudier les végétaux. C’est lui qui incite Carl Zeiss (1816-1888) à Iéna à produire des microscopes d’une façon industrielle.Schleiden est l’un des premiers Allemands à adhérer aux thèses de Charles Darwin (1809-1882).Il est notamment l’auteur de : Beiträge zur Phytogenesis (1838). Grundzüge der wissenschaftlichen Botanik (deux volumes, 1842-1843). Grundzüge der wissenschaftlichen Botanik (1861). Die Bedeutung der Juden für Erhaltung und Wiederbelebung der Wissenschaften im Mittelalter (1877).

Pages équivalentes