Georges-Jacques Danton (1759-1794)

Illustration de la page Georges-Jacques Danton (1759-1794) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Arcis-sur-Aube (Aube), 28-10-1759
Mort :Paris, 05-04-1794
Note :
Homme politique
Autre forme du nom :Danton (1759-1794)
ISNI :ISNI 0000 0001 0918 4393

Ses activités

Auteur du texte32 documents7 documents numérisés

  • Au nom de la République française

    Description matérielle : 1 placard
    Description : Note : Les Membres de la Convention Nationale, ses Commissaires près l'armée et dans les pays de la Belgique, de Liège, etc., considérant que le récent échec survenu par surprise près d'Aix-la-Chapelle aux troupes françaises, trop peu nombreuses pour porter un grand coup aux ennemis, oblige à faire marcher à l'ennemi les troupes qui sont actuellement en garnison en Belgique, et à les remplacer par les gardes nationales des départements voisins, mises en état de réquisition par l'arrêté du 17 février, arrêtent que Gossuin et Merlin de Douai "se rendront sur le champ dans les Départemens du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l'Aisne et des Ardennes, pour... faire arriver aux lieux et aux époques qui vont être déterminées, le plus grand nombre qu'il sera possible de Citoyens armés, savoir : Ceux du Département du Nord, à Bruxelles le 18 Mars, présent mois ; Ceux du Département du Pas-de-Calais, à Anvers le 24 ; Ceux du Département de la Somme, à Gand le 26 ; ceux du Département de l'Aisne, à Tournay le 28 ; Ceux du Département des Ardennes, à Mons le 30 du même mois". Même traitement que les volontaires nationaux. "Fait à Bruxelles le 5 Mars, mil sept cent quatre-vingt-treize... Signé Delacroix, Danton, Gossuin, & Merlin, (de Douay).". - Placard imprimé. Ce placard, dont nous ne connaissons pas d'autre exemplaire, présente au sujet de Danton un particulier intérêt. C'est pour surveiller les armées de Dumouriez que le tribun avait été envoyé en Belgique par la Convention Nationale. Lorsque survint l'échec d'Aix-la-Chapelle, Danton rentra aussitôt à Paris afin d'y rendre compte de la situation et d'organiser des moyens de défense. Mais il y fut l'objet de vives attaques de Marat, qui l'accusait de s'être approprié en grande partie les quatre millions mis à sa disposition durant sa mission en Belgique. Danton fit décréter la levée en masse et la création d'un tribunal criminel extraordinaire ; celui-ci devint le Tribunal Révolutionnaire qui l'envoya, un an plus tard, à l'échafaud
    Auteur du texte : Charles Delacroix de Constant (1741-1805), César-Eugène Gossuin (1758-1827), Philippe-Antoine Merlin (1754-1838)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41513012d]
  • Aux tribunaux

    Description matérielle : 14 p.
    Édition : [Paris] : impr. de A.-J. Gorsas , [1792?]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb302996232]
  • Collection de documents inédits sur l'histoire de France publiée par ordre du Roi et par les soins du ministre de l'Instruction publique. Rapports au Ministre. [Signé Danton...]

    Description matérielle : In-4 °, 369 p.
    Édition : Paris : Impr. royale , 1839

    [catalogue, Visualiser dans Gallica, table des matières][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb362817638]
  • Discours civiques de Danton

    Description matérielle : XXVII-271 p.
    Édition : Paris : E. Fasquelle , 1920
    Directeur de publication : Hector Fleischmann (1882-1913)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb321108901]
  • Lettre du citoyen Danton au citoyen Servan (13 septembre 1792)

    Description matérielle : 3 p.
    Édition : [Paris] : Impr. nationale , [1792?]

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31356298m]

Éditeur scientifique1 document

  • Discours de Danton

    Description matérielle : 1 vol. (XXXVII-274 p.)
    Édition : Paris : Hachette , 1910
    Préfacier : Gustave Lanson (1857-1934)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb340203663]

Auteur de lettres1 document

  • III Lettres de Danton, Félicien David, maréchal Davoust, duc Decazes, Eugène Delacroix, Desaix, Camille Desmoulins, André Doria, Alexandre Dumas père et fils, Dumouriez, Abraham Duquesne, prince Eugène de Savoie, maréchal Fabert, Fénelon, Ferdinand Ier, empereur d'Allemagne, Esprit Fléchier, Florian, Nicolas Foucquet, François Ier, roi de France, François Ier de Lorraine, empereur d'Allemagne, S. François de Sales, Frédéric II, roi de Prusse, etc.

    Cote : NAF 22736
    Description matérielle : 258 f.
    Contenu dans les archives et manuscrits : Collection d'autographes, de dessins et de portraits de personnages célèbres français et étrangers du XVIe au XIXe siècle, formée par Alexandre Bixio.XVIe-XIXe siècle.
    Auteur de lettres : Camille Desmoulins (1760-1794)

    [catalogue BnF archives et manuscrits][ark:/12148/cc4092h/cd0e737]

Auteur ou responsable intellectuel2 documents1 document numérisé

Autre1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Georges-Jacques Danton (1759-1794)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Oeuvres de Danton / [éd.] par A. Vermorel, 1866
  • Ouvrages de reference : DBF
    GDEL
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.
    BN Cat. gén. suppl.
    BN Cat. gén. 1960-1969

Autre forme du nom

  • Danton (1759-1794)

Biographie Wikipedia

  • Georges Jacques Danton, né le 26 octobre 1759 à Arcis-sur-Aube et mort guillotiné le 5 avril 1794 (16 germinal an II) à Paris, est un avocat au Conseil du Roi et un homme politique français.Danton est une des figures emblématiques de la Révolution française, tout comme Mirabeau, avec qui il partage un prodigieux talent oratoire et un tempérament impétueux, avide de jouissances (les ennemis de la Révolution l'appellent « le Mirabeau du ruisseau »), ou comme Robespierre, à qui tout l’oppose, le style, le tempérament et le type de talent. Il incarne la « Patrie en danger » dans les heures tragiques de l’invasion d’août 1792, quand il s'efforce de fédérer contre l'ennemi toutes les énergies de la nation et d'user de tous les expédients : pour vaincre, dit-il, « il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la France sera sauvée ! », et il n'hésite pas, par pragmatisme, à entamer des négociations secrètes avec les monarques coalisés pour négocier une paix rapide.Comme pour Robespierre, il s’est vite constitué autour de sa personne une légende. Et s’est déchaînée entre historiens robespierristes et dantonistes une polémique idéologique et politique qui a culminé sous la IIIe République. Pour les premiers, Danton est un politicien sans scrupules, vénal, capable de trahir la Révolution ; pour les seconds, il est un ardent démocrate, un patriote indéfectible, un homme d’État généreux.

Pages équivalentes