Johan Sebastian Welhaven (1807-1873)

Pays :Norvège
Langue :norvégien
Naissance :1807
Mort :1873
Note :
Poète
ISNI :ISNI 0000 0001 0866 8505

Ses activités

Auteur du texte3 documents

  • Samlede verker

    Description matérielle : 5 vol.
    Édition : Oslo : Universitetsforlaget , 1990-1992
    Éditeur scientifique : Ingard Hauge

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35478934x]
  • Contenu dans : Twenty-two Songs with piano

    The Nightingale. - [14]

    Description matérielle : VII, 70 p. : 31 cm
    Description : Note : Date de composition : 1885-1891, 1893, 1898
    Édition : [London] : Stainer and Bell , 1987
    Compositeur : Frederick Delius (1862-1934)

    [catalogue]
  • Contenu dans : Udvalgte Sange, af Emil Hartmann. [A 1 voix et piano]

    Nökken. - [14]

    Description matérielle : In-fol., 35 p. couv. orn.
    Description : Note : Samfundet til Udgivelse af dansk Musik. Bilag for 1898
    Édition : Kjøbenhavn : W. Hansen , 1898
    Auteur du texte : Bernhard Severin Ingemann (1789-1862)
    Compositeur : Emil Hartmann (1836-1898)

    [catalogue]

Parolier1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Johan Sebastian Welhaven (1807-1873)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Samlede verker / J. S. Welhaven, 1990

Biographie Wikipedia

  • Johan Sebastian Cammermeyer Welhaven est un poète et écrivain norvégien, né en 1807 à Bergen et mort à Christiana en 1873. Fils d'un pasteur norvégien et d'une mère danoise, le jeune étudiant en théologie est d'abord un bon camarade de Henrik Wergeland. Lorsque ce dernier se lance en littérature avec son opus programme La Création, l'Homme et le Messie et suscite un émoi de société par son ardeur tonitruante, le jeune homme réfléchi et prudent prend parti pour l'école danoise, fidèle à son maître en écriture, l'écrivain et professeur de logique Johann Ludwig Heiberg. Avec une intelligence remarquée, il se porte à la tête des défenseurs de la langue et de la haute culture danoise, face aux sauvages patriotes emportés par les excès de l'auteur Wergeland. Ce défenseur de la beauté formelle et de l'harmonie a laissé des poèmes subtils pour traduire le sentiment amoureux. Ancien lecteur, puis professeur de philosophie à l'Université de Christiana, ce grand bourgeois esthète et raffiné a laissé des écrits historiques de valeur ainsi que des poèmes revisitant le thème des mythes nordiques et gréco-romains.

Pages équivalentes