Jean-Baptiste Isnard (1726-1800)

Pays :France
Langue :français
Naissance :1726
Mort :1800
Note :
Facteur d'orgues provençal, neveu de Jean-Esprit Isnard
ISNI :ISNI 0000 0001 4023 4387

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jean-Baptiste Isnard (1726-1800)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Les Isnard : une révolution dans la facture d'orgues / J. - R. Caïn, 1991

Biographie Wikipedia

  • Jean-Baptiste Isnard, neveu du célèbre Jean-Esprit et frère aîné de Joseph, tous trois facteurs d'orgues, est né à Bédarrides, département du Vaucluse, en 1726 et mort à Orléans en 1800.Contrairement à son frère Joseph, on ne lui connait pas d'autre formateur que son oncle Jean-Esprit qu'il seconde dès 1745, à 19 ans, et probablement avant. Obéissant à la tradition selon laquelle on ne se fait pas concurrence au sein d'une même famille, comme Adrien Lépine un peu après lui, il quitte le Vaucluse en 1745, âgé de 28 ans, et s'arrête au Puy-en-Velay où il restaure à la cathédrale Notre-Dame l'orgue construit en 1691 par Jean Eustache.Il s'installe ensuite à Blois en 1756 et s'y marie en 1762. De là il rayonne dans toute la région : 1756 : réparations à la collégiale Saint-Aignan d'Orléans 1757 à 1760 : construction pour l'abbaye Saint-Laumer de Blois, de nos jours église saint-Nicolas, (disparu) 1766 : restauration à N.D. de Saint-Calais (Histoire des orgues de Saint-Calais) 1774 : réparations à la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans (disparu) 1776 : retour à la cathédrale Notre-Dame-de-l'Annonciation du Puy-en-Velay pour une reconstruction cette fois 1777 : travaux à l'abbaye Notre-Dame de Bourg-Moyen à BloisEn 1777 il se fixe définitivement à Orléans où il habite et travaille rue d'Illiers. Il construit alors, en deux étapes, son seul chef-d'œuvre parvenu jusqu'à nous, l'orgue de la paroisse Saint-Salomon de Pithiviers: de 1782 à 1784 il fournit un orgue de huit pieds doté d'un seul clavier et de quinze jeux, puis de 1786 à 1789, il l'agrandit en étendant latéralement le grand corps en seize pieds et en ajoutant un positif de dos de 11 jeux, l'orgue passant à 4 claviers et pédale et totalisant 43 jeux.

Pages équivalentes