John Hurford Stone (1763-1818)

Pays :Grande-Bretagne
Naissance :1763
Mort :1818
Activité commerciale :Imprimeur libraire
Note :
Autre(s) graphie(s) : Stône. - Imprimeur ; imprimeur de l'administration des droits réunis. - Né à Taunton (Somerset) ; élevé par son oncle, négociant en charbon à Londres, à qui il succède. Adepte de l'unitarisme ; membre de la "Society of Friends of the Revolution [of 1688]". Enthousiasmé par la Révolution française, il séjourne à Paris à partir de 1792 et y fréquente les cercles politiques. Aurait été condamné à mort en Angleterre, où ses biens étaient confisqués. Emprisonné par deux fois en oct. 1793 et avril 1794 pour ses sympathies girondines, il doit s'exiler un temps en Suisse. De retour peu après à Paris, il reste politiquement engagé sous le Directoire. - D'abord agent à Paris des poteries O'Reilly de Creil, il se lance vers 1805 dans l'imprimerie (dès 1798 selon l'enquête de déc. 1810). Auteur entre 1795 et 1807 de plusieurs brochures à caractère confessionnel dont une a été publiée sous le pseudonyme "Photinus". Breveté en janv. 1811 comme imprimeur, il doit se démettre dès mars 1813 suite à de mauvaises affaires. Naturalisé français en 1817, il mourra ruiné l'année suivante
Autre forme du nom :Photinus (1763-1818)
ISNI :ISNI 0000 0000 2496 7065

Ses activités

Imprimeur-libraire1 document

  • Notice abregée des principaux livres de Bernard, libraire de l'Ecole Polytechnique, et de celle des Ponts et Chaussées, quai des Augustins, n° 31, porte cochère près la rue Gît-le-Coeur, au premier étage, à droite. An XIII.-1805.

    Description matérielle : 15 p.
    Description : Note : Titre de départ. - Selon Delalain, John Hurford Stone (1763-1818) est à cette adresse en mars 1805. - Avec prix en francs. - Notices commentées de livres de fonds et listes d'assortiment, récents ou nouveaux, sur divers sujets : chimie, astronomie, optique, géographie, physique, mathématiques, mécanique, architecture, perspective, métaphysique, morale, littérature ; "Cours complet de littérature" sous presse
    Sources : Catalogues de libraires BnF, n° 332
    Édition : , 1805
    Rédacteur : Jean-Baptiste Bernard (1747-1808)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb359396002]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Manuel de la librairie, 1807
    Quérard : dates biogr. erronées 1765-1821
    DNB
    Alger
    Delalain, Paris, 1789-1813

Sources sur les imprimeurs-libraires

  • Répertoire d'imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810) réalisé par le Service de l'Inventaire rétrospectif des fonds imprimés de la Bibliothèque nationale de France. Dernière édition : Répertoire d'imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), par Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, avec la collaboration d'Antoine Monaque. - Paris : Bibliothèque nationale de France, 2004. Notice dans le Catalogue général de la BnF :
    http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb391796300

Formations en ligne de l'École nationale des chartes

Autre forme du nom

  • Photinus (1763-1818)

Biographie Wikipedia

  • John Hurford Stone (1763 – 1818) était un homme politique radical et éditeur britannique, qui passa la majeure partie de sa vie en France.Stone est né à Taunton, dans le Somerset. Après la mort de son père, il s'installa chez son oncle, William Hurford, un marchand de charbon de Londres. Avec son frère cadet William, il reprit l'affaire de son oncle après la mort de celui-ci. Il se lia d'amitié avec Joseph Priestley dans l'Église de Richard Price à Hackney. Il devint membre de la London Revolution Society ; en février 1792, il proposa son aide à Talleyrand pour obtenir la neutralité britannique dans les guerres révolutionnaires. Avec sa femme, il quitta l'Angleterre pour la France en avril et intégra la communauté des expatriés britanniques, au sein de laquelle il noua une liaison amoureuse avec Helen Maria Williams. Bien qu'attristé par les massacres de Septembre, il estime que la violence est nécessaire et célèbre les victoires françaises. Stone ouvrit l'Imprimerie anglaise, qui publia Joel Barlow (The Vision of Columbus). Il fut arrêté avec sa femme en vertu du décret du 9 octobre 1793. Durant la phase de Terreur, il paya 12 000 francs pour aider le mari de Stéphanie de Genlis à s'échapper de prison, mais elle refusa plus tard de rembourser sa dette. En avril 1794, Stone fut dénoncé comme agent de William Pitt mais il fut libéré en échange de son exil de France. Le couple s'enfuit en Suisse où se trouvait aussi Helen Maria Williams. En juin, il fut autorisé à revenir en France pour obtenir le divorce. Pendant cette période troublée, Stone continua d'écrire des lettres à son frère William, qui fut accusé de trahison en 1796 sur la base de cette correspondance. Après la Terreur, Stone et Helen Maria Williams retournèrent ensemble à Paris. En 1798, William Cobbett publia les lettres que Stone a écrit à Priestley. Son imprimerie publia des œuvres de Thomas Paine, Thomas Jefferson ou Constantin Volney. Elle fit faillite en 1812 et Stone mourut en 1818. Il fut enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « John Hurford Stone » (voir la liste des auteurs).Portail de la politique Portail de la politique Portail du Royaume-Uni Portail du Royaume-Uni Portail de l’édition Portail de l’édition

Pages équivalentes