Andreas Siegmund Marggraf (1709-1782)

Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Naissance :03-03-1709
Mort :07-08-1782
Note :
Traduisait aussi de l'allemand en latin et en français
Chimiste
Autres formes du nom :Andreas Sigismund Marggraf
Andreas Siegmund Marggraff
ISNI :ISNI 0000 0001 0857 1957

Ses activités

Auteur du texte1 document

  • Contenu dans : Die Sprache der Chymie

    Abhandlung, wie man den Phosphor [...] verfertigen [...] könne. - [4]

    Description matérielle : VII-582 p.
    Description : Note : Contient en appendice le texte des "Dicta Alani", des "Zwölff Schlüssel Fratris Basilii Valentini", des "Nützliche observationes" de Johann Kunckel, et du "Abhandlung, wie man den Phosphor [...] verfertigen [...] könne" de A. S. Marggraf
    Édition : Tübingen : M. Niemeyer , 1991

    [catalogue]

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Abhandlung, wie man den Phosphor... / A. S. Marggraf i̲n̲ Die Sprache der Chymie / Jörg Barke, 1991
  • Ouvrages de reference : Brockhaus, 17 Aufl.
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : Marggraff (Andreas Siegmund)

Autres formes du nom

  • Andreas Sigismund Marggraf
  • Andreas Siegmund Marggraff

Biographie Wikipedia

  • Andreas Sigismund Marggraf (3 mars 1709 à Berlin - 7 août 1782 dans la même ville) était le premier fils de Henning Christian Marggraf (1680-1754) et de Anna Martha Kellner (1685-1752), fut un chimiste allemand.Dans son laboratoire de Prusse il découvre en 1745 que la betterave fourragère - ancêtre de l'actuelle betterave sucrière - contient « non seulement un élément ressemblant au sucre », mais « du sucre véritable, parfaitement identique à celui que l'on connaît de la canne à sucre ».Il découvrit les acides formique et phosphorique. Il isola en 1746, après Anton von Swab, le zinc en chauffant de la calamine et du charbon et en 1754 l'alumine à partir de l'alun.Il fut associé étranger de l'Académie Royale des Sciences (Académie des sciences (France)) en 1777 à laquelle il avait fourni depuis 1745 plusieurs contributions dans les Mémoires de l'Académie des Sciences

Pages équivalentes