Louis Giry (1596-1665)

Illustration de la page Louis Giry (1596-1665) provenant de Wikipedia
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Paris (France), 08-02-1596
Mort :Paris (France), 28-07-1665
Note :
Avocat au Parlement de Paris. - Membre du Conseil privé de Mazarin. - Membre de l'Académie française (élu en 1636)
ISNI :ISNI 0000 0001 1648 1943

Ses activités

Traducteur14 documents7 documents numérisés

Auteur du texte1 document

  • Harangue faite au Louvre par Me Giry, advocat du Roy de la Chambre des amortissements establie à Paris : sur la présentation de la Déclaration de Sa Majesté du dix-neufiéme avril mil six cens trente-neuf

    Description matérielle : 31 p.
    Description : Note : Avec mention d'enregistrement dudit acte. - Armes de France et de Navarre gr. sur bois au titre
    Sources : Rép. 17e s., t. 1, p. 100
    Édition : , 1642
    Imprimeur-libraire : Pierre Fabry (imprimeur-libraire, 15..-16..)
    Autre auteur du texte : France. Chambre des amortissements

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33745631z]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Pierre de touche politique / traduite en françois [par Louis Giry] de l'italien de Trajano Boccalini, 1626
    Des orateurs illustres : dialogue de Cicéron intitulé Brutus / traduit de latin en françois (par Louis Giry), 1653
  • Ouvrages de reference : GDEL
    Cioranescu, 17e s.
    DBF
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Biographie Wikipedia

  • Louis Giry, né à Paris le 8 février 1596 et mort à Paris le 28 juillet 1665, est un avocat, traducteur et homme de lettres français.Il est avocat général près les chambres d'amortissement et les francs-fiefs au Parlement de Paris et membre du Conseil privé de Mazarin. Il fait partie de la Société des amis de Conrart et il est le premier membre de l'Académie française à occuper le fauteuil 39, en 1636.On lui doit surtout des traductions de l'italien, du grec et du latin, dont la plupart connaissent de nombreuses éditions. Il traduit de l'italien la Pierre de touche politique, tirée du mont de Parnasse de Trajano Boccalini. Il traduit du grec deux dialogues de Platon et un texte d'Isocrate. Il traduit du latin Sulpice-Sévère, Cicéron, Tacite, Quintilien, Tertullien, dont l'Apologétique pour la première fois en français. De Tertullien également, il traduit le Traité de la résurrection de la chair, « où, d'après Vaugelas, il a su, par les charmes de son éloquence, « transformer les rochers et les épines de l'auteur latin en jardins délicieux. » Afin de parfaire sa traduction de La Cité de Dieu de saint Augustin, laquelle est également une première en français, il confie à son ami La Fontaine le soin de mettre en vers français les vers latins cités par saint Augustin.

Pages équivalentes