Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (1775-1854)

Illustration de la page Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (1775-1854) provenant de Wikipedia
Pays :Allemagne avant 1945
Langue :allemand
Sexe :masculin
Naissance :27-01-1775
Mort :20-08-1854
Note :
Philosophe
Domaines :Philosophie
Autre forme du nom :Friedrich Wilhelm Joseph Schelling (1775-1854)
ISNI :ISNI 0000 0001 2282 7680

Ses activités

Auteur du texte181 documents4 documents numérisés

Éditeur scientifique2 documents

  • Kritisches Journal der Philosophie

    [Faks.-Ausg.]
    Description matérielle : 2 vol. en un [pagination multiple]
    Édition : Hildesheim : G. Olms , 1967
    Postfacier : Hartmut Buchner
    Éditeur scientifique : Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37387943z]
  • Zeitschrift für spekulative Physik

    Description matérielle : 2 vol. (XLVII-459, XLIII-228 p.)
    Description : Note : Réunit : "Zeitschrift für spekulative Physik", Bd. 1, Heft 1 (1800)-Bd. 2, Heft 2 (1801). - Notes bibliogr.
    Édition : Hamburg : F. Meiner , cop. 2001
    Éditeur scientifique : Manfred Durner

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb389721812]

Directeur de publication1 document

Auteur présumé du texte1 document

  • Contenu dans : La différence entre les systèmes philosophiques de Fichte et de Schelling

    De la Relation entre la philosophie de la nature et la philosophie en général. - [1]

    Description matérielle : 1 vol. (226 p.)
    Description : Note : Bibliogr. p. 77-79. Index
    Édition : Paris : J. Vrin , 1986
    Auteur présumé du texte : Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)

    [catalogue]

Contributeur1 document

Autre1 document

  • Le Guide dans les études philosophiques et théologiques

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33410526r]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (1775-1854)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Beitrag zur Geschichte des Tages / Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling, 1843
    Vorlesungen über die Methode (Lehrart) des akademischen Studiums / Friedrich Wilhelm Joseph Schelling, 1990
  • Ouvrages de reference : Brockhaus, 19. Aufl.
    GDEL
    Dictionnaire des philosophes, 1984
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autre forme du nom

  • Friedrich Wilhelm Joseph Schelling (1775-1854)

Biographie Wikipedia

  • Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (né le 27 janvier 1775 à Leonberg près de Stuttgart, dans le Wurtemberg, en Allemagne, et mort le 20 août 1854 à Bad Ragaz, en Suisse) est un philosophe allemand, grand représentant de l'idéalisme allemand et proche du romantisme. Il eut pour collègues d'études au Tübinger Stift le philosophe Hegel et le poète Hölderlin. Disciple de Kant et de Fichte, il tente de dépasser la philosophie transcendantale en élaborant son propre système qui rompt avec la pensée de ses maîtres, mais qui se rapproche du spinozisme, la Naturphilosophie (ou philosophie de la nature).L'ensemble de sa vie intellectuelle sera marquée par la quête d'un système qui réconcilierait la Nature et l'Esprit, les deux versants (inconscient et conscient) de l'Absolu. Cette quête le conduit dans un premier temps à construire sa « philosophie de l'identité », qui sera critiquée de manière polémique par son ex-ami Hegel, dans la préface à la Phénoménologie de l'Esprit (1807).Schelling abandonne ensuite ce projet d'une philosophie de l'identité pour se consacrer aux Recherches sur la liberté humaine (1809) et aux Âges du Monde (1811-1815), qui tentent de rendre compte de la déchirure originelle de l'Absolu, sur laquelle se bâtit l'existence humaine. Ce projet, également inachevé, influencera profondément l'ontologie de Heidegger, et plus récemment, le matérialisme de Žižek.S'ensuit alors la Spätphilosophie (dernière philosophie) de Schelling : ses leçons sur la « philosophie de la mythologie », puis sur la « philosophie de la Révélation », qui analysent la relation de l'Absolu aux manifestations religieuses telles que le polythéisme et le christianisme. Le projet de Schelling dans la dernière partie de sa vie est d'arriver à penser le « fait de l'existence », le caractère concret de la vie par opposition aux abstractions dialectiques de son ancien confrère Hegel.De futurs grands penseurs assistent aux leçons de la Spätphilosophie, notamment le philosophe et théologien Søren Kierkegaard ou Schopenhauer qui en reviendront déçus, le physiologiste Johannes Müller et son homonyme le philologue Max Müller, et le militant révolutionnaire et théoricien de l'anarchisme Michel Bakounine, qui s'inspirera de ses tendances matérialistes et de sa vision de l'esprit comme activité.

Pages équivalentes