André L'Hénoret

Pays :France
Langue :français
Note :
Traduit aussi du japonais en français sous le pseudonyme de Jean-Louis Folgoët
Prêtre ouvrier, ayant séjourné au Japon de 1971 à 1991
ISNI :ISNI 0000 0000 3646 3032

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Le clou qui dépasse

    récit d'un prêtre-ouvrier au Japon

    Description matérielle : XI-174 p.
    Description : Note : La couv. porte en plus : "récit du Japon d'en bas". - Bibliogr. p. 172-173. Glossaire
    Édition : Paris : la Découverte , 1997
    Préfacier : Jean-François Sabouret

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36183794v]
  • Le clou qui dépasse

    récit d'un prêtre-ouvrier au Japon

    Description matérielle : 174 p.
    Description : Note : La couv. porte en plus : "récit du Japon d'en bas". - Bibliogr. p. 172-173
    Édition : Paris : Ed. la Découverte , 1993
    Préfacier : Jean-François Sabouret

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355589727]

Traducteur1 document

  • Toyota

    l'usine du désespoir

    Description matérielle : 1 vol. (256 p.)
    Édition : Paris : Demopolis , impr. 2008
    Auteur du texte : Satoshi Kamata
    Préfacier : Paul Jobin

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb412252751]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur André L'Hénoret

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Traduit du japonais en français

    Prêtre ouvrier, ayant séjourné au Japon de 1971 à 1991. - Pseudonyme d'André L'Hénoret

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Le clou qui dépasse : récit d'un prêtre-ouvrier au Japon / André L'Hénoret, 1993

Biographie Wikipedia

  • André L'Hénoret est prêtre ouvrier. Ordonné prêtre en 1963, et Aumônier de la Jeunesse ouvrière chrétienne, il participe activement à mai 68. Membre du syndicat sacerdotal "Echanges et Dialogue", il réclame aux évêques le droit pour les prêtres de travailler et de se marier. En 1970, il part au Japon, à la demande de l'évêque de Yokohama. Il y vit vingt ans et devient un des meilleurs connaisseurs du Japon. Proche du monde ouvrier et du syndicalisme japonais, il réussit à implanter une section syndicale dans l'entreprise où il travaille.

Pages équivalentes