Abbaye royale de Chaalis. Fontaine-Chaalis, Oise

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :1136
Site Web :http://www.chaalis.fr (Site archivé par la BnF depuis le 23/11/2006)
Adresse :Abbaye royale de Chaalis-Fondation Jacquemart-André, 60300, Fontaine-Chaalis.
Note :
Abbaye de Cisterciens fondée en 1136 par des moines de l'abbaye de Pontigny, elle est consacrée en 1219 par l'évêque de Senlis, frère Guerin, garde des sceaux de Philippe-Auguste. Elle est née de la volonté de Louis VI le Gros, qui dota les lieux en mémoire de son cousin Charles le Bon assassiné en 1127. De nombreuses autres donations en firent un riche établissement. - Fermée à la Révolution et ruinée. Il en reste le palais abbatial et une chapelle, acquis en 1902 par Nélie Jacquemart-André qui en fit un musée légué à l'Institut de France. - Parfois située de manière erronée à Ermenonville. - La fondation Jacquemart-André gère ce musée-abbaye
Autres formes du nom :Abbaye de Chaalis. Ermenonville, Oise
Abbaye de Chaalis. Fontaine-Chaalis, Oise
Abbaye de Cisterciens. Fontaine-Chaalis, Oise (Chaalis. 1136-179.)
Voir plus

Ses activités

Ancien possesseur2 documents1 document numérisé

Auteur du texte1 document

  • Institut de France. Abbaye de Chaalis et Musée Jacquemart-André. Monographie-guide

    Description matérielle : In-16, 9 p.
    Édition : Senlis : Impr. réunies de Senlis , 1957

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33927066c]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Abbaye royale de Chaalis. Fontaine-Chaalis, Oise

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Fondée le 19 février 1912, elle rassemble le musée Jacquemart-André et l'Abbaye royale de Chaalis que Nélie Jacquemart-André avait légué par testament à l'Institut de France. Cette fondation gère notamment l'Abbaye royale de Chaalis

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

Autres formes du nom

  • Abbaye de Chaalis. Ermenonville, Oise
  • Abbaye de Chaalis. Fontaine-Chaalis, Oise
  • Abbaye de Cisterciens. Fontaine-Chaalis, Oise (Chaalis. 1136-179.)
  • Institut de France. Abbaye royale de Chaalis

Biographie Wikipedia

  • L’abbaye royale de Chaalis est une ancienne abbaye cistercienne située à Fontaine-Chaalis, au centre de la forêt d'Ermenonville, face à la Mer de sable, dans le département de l’Oise, à environ quarante kilomètres au nord-est de Paris.Elle est fondée en 1136 par le roi de France Louis VI et confiée aux moines de l'abbaye de Pontigny. Une abbatiale de grande dimension est construite au début du XIIIe siècle et bénéficie de dons considérables et de faveurs. L'abbaye devient un centre économique et intellectuel important, accueillant à plusieurs reprises les rois de France et comptant plusieurs intellectuels parmi ses membres. Elle possède par ailleurs un très grand nombre de dépendances sous la forme de granges monastiques qui contribuent à lui assurer des revenus colossaux. Après une période de déclin à la fin du Moyen Âge, l'abbaye connaît une période de renaissance artistique avec ses premiers abbés commendataires venus d'Italie. Hippolyte d'Este fait ainsi venir des artistes tels que Sebastiano Serlio ou Le Primatice. Au XVIIIe siècle, de nouveaux bâtiments conventuels sont construits par l'architecte Jean Aubert, sans jamais être achevés. À la suite de sa vente comme bien national pendant la Révolution et de la destruction de l'abbatiale, le domaine est transformé au XIXe siècle en résidence de chasse. Nélie Jacquemart, grande collectionneuse et dernière propriétaire du domaine, le lègue à l'Institut de France avec les œuvres d'art qui y sont conservées.Le domaine, classé au titre des monuments historiques le 9 septembre 1965, contient actuellement les ruines de l'ancienne abbatiale et du cloître, l'ancienne chapelle abbatiale et ses fresques de la Renaissance, une roseraie et un parc, ainsi que le musée Jacquemart-André et ses collections de peintures, sculptures et arts décoratifs installées dans le château.

Pages équivalentes