Richard S. Lindzen

Country :États-Unis
Language :anglais
Note :
Météorologiste. - Professeur au Department of earth, atmospheric and planetary sciences, Massachusetts institute of technology, Cambridge, Massachusetts, USA (en 1990)
ISNI :ISNI 0000 0001 1577 9270

Occupations

Auteur du texte1 document

  • Dynamics in atmospheric physics

    lecture notes for an introductory graduate-level course

    Material description : X-310 p.
    Note : Note : Bibliogr. p. 300-310
    Edition : Cambridge ; New York ; Port Chester [etc.] : Cambridge university press , cop. 1990

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb373812814]

Éditeur scientifique1 document

  • The atmosphere - a challenge

    the science of Jule Gregory Charney

    Material description : VXII-321 p.-[1]f. de front. : 1 portr.
    Note : Note : Bibliogr. à la fin de chaque chap.
    Edition : Boston (Mass.) : American meteorological society , cop. 1990
    Éditeur scientifique : Edward N. Lorenz (1917-2008), George W. Platzman (1920-2008)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37465553f]

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources

  • Dynamics in atmospheric physics / Richard S. Lindzen, 1990
  • LCNA (CD OCLC), 1993-03

Wikipedia Biography

  • Richard Siegmund Lindzen, né le 8 février 1940, est un physicien américain, professeur de météorologie au Massachusetts Institute of Technology. Lindzen est connu pour son travail sur la dynamique de la moyenne atmosphère, les effets de marée atmosphérique et la photochimie de l'ozone. Il a publié plus de 200 papiers et ouvrages scientifiques. Il est l'un des principaux auteurs du chapitre 7, "Processus climatiques physiques et rétroactions", du troisième rapport d'évaluation du GIEC sur le changement climatique. Il est un climatosceptique bien connu, dénonçant l'alarmisme en matière de réchauffement climatique et un critique de ce qu'il affirme être des pressions politiques exercées sur les climatologues pour les conformer à ce qu'il appelle l'alarmisme climatique. Il a émis en 2001 l'hypothèse de l'effet iris.

Closely matched pages