Chartreuse du Liget. Chemillé-sur-Indrois, Indre-et-Loire

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :1178
Fin d'activité :1790
Site Web :http://www.corroirie.org (Site archivé par la BnF depuis le 29/03/2002)
Note :
Couvent fondé vers 1178 à la demande de Henri II d'Angleterre en expiation du meurtre de Thomas Becket, avec des Chartreux établis vers 1170 dans la paroisse de Chemillé. Fondation confirmée en 1199 par Jean sans Terre, et en 1234 par saint Louis. La chartreuse du Liget fut une des plus riches de l'ordre de Saint-Bruno, cumulant de nombreux dons, privilèges et exemptions. A l'origine fondée pour 12 religieux, puis pour 25 à partir de 1363. La Révolution expulsa 11 religieux en 1790. - Il reste de la chartreuse des ruines, la maison de la Corroirie (anciens communs) et la chapelle Saint-Jean
Autres formes du nom :Chartreuse de Liget
Chartreuse de Notre-Dame et Saint-Jean du Liget
Chartreuse de Sainct Jean de Liget
Voir plus

Ses activités

Ancien possesseur1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Chartreuse du Liget. Chemillé-sur-Indrois, Indre-et-Loire

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Cottineau
    La chartreuse du Liget et la Corroirie / Jean Vallery-Radot, 1949
    Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire / J. X. Carré de Busserolle, 1878
  • CORELI

Autres formes du nom

  • Chartreuse de Liget
  • Chartreuse de Notre-Dame et Saint-Jean du Liget
  • Chartreuse de Sainct Jean de Liget
  • Chartreuse de Saint-Jean du Liget
  • Couvent du Liget

Biographie Wikipedia

  • L'ancienne Chartreuse du Liget était un monastère de moines-ermites Chartreux fondé en 1178, en Touraine, par Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou et roi d'Angleterre, en expiation possible du meurtre perpétré sur son ordre de Thomas Becket, archevêque de Canterbury. Le Liget fait partie des cinq chartreuses fondées avant le XVe siècle en Europe occidentale. Il ne reste que quelques vestiges du monastère médiéval, ruiné par la Guerre de Cent Ans et les Guerres de Religion. Reconstruit à la fin de l'Ancien Régime, il a été en grande partie démoli à la Révolution.De nombreux vestiges de la chartreuse elle-même font partie de l'inventaire des monuments historiques, soit au titre de « monument classé » (portails), soit au titre de « monument inscrit » (sol de l'ancienne chartreuse, mur et tourelles d'angle, vestiges de l'église et du cloître, toiture des communs) ; dans tous les cas, la mesure de protection a été acquise le 13 mars 1972.Pour ce qui concerne la Corroirie, la porte fortifiée, la chapelle et l'ancienne prison ont fait l'objet d'une inscription à l'inventaire des monuments historiques dès le 9 juillet 1926. La chapelle Saint-Jean du Liget, enfin, est classée monument historique par la liste de 1862.

Pages équivalentes