Aimé Du Boisguy (1776-1839)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Fougères (Ille-et-Vilaine), 15-03-1776
Mort :Paris, 25-10-1839
Note :
Officier chouan. - Maréchal de camp (1814). - Commandant du département des Ardennes (1816)
Domaines :Art et science militaires
Histoire de la France
Autres formes du nom :Aimé Casimir Du Boisguy (1776-1839)
Aimé Picquet du Boisguy (1776-1839)
Aimé Piquet du Boisguy (1776-1839)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0000 6156 1320

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Aimé Du Boisguy (1776-1839)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Un chouan, le général Du Boisguy / Vicomte Du Breil de Pontbriand, 1994
  • ABF: Picquet du Boisguy, Aimé Casimir: ou: Piquet; ou: de Boisgny

Autres formes du nom

  • Aimé Casimir Du Boisguy (1776-1839)
  • Aimé Picquet du Boisguy (1776-1839)
  • Aimé Piquet du Boisguy (1776-1839)
  • Aimé de Boisgny (1776-1839)

Biographie Wikipedia

  • Aimé Casimir Marie Picquet, chevalier du Boisguy, né le 15 mars 1776 à Fougères, et mort le 25 octobre 1839 à Paris, est un militaire français et un général de la Chouannerie pendant la Révolution française.Surnommé « le petit général » par ses hommes en raison de son jeune âge et encore enfant lorsque débute la Révolution française, du Boisguy se distingue par un engagement royaliste précoce. À 15 ans, il rejoint l'Association bretonne et devient aide de camp de Armand Tuffin de La Rouërie, à 17 ans il prend la tête des chouans du pays de Fougères et de Vitré, et à 19 ans il est promu général.Chef actif et excellent tacticien, Boisguy fait des pays de Fougères et de Vitré la zone la plus importante de la chouannerie en Ille-et-Vilaine et l'une des principales de Bretagne. Il commande des troupes disciplinées, bien organisées, souvent en uniforme mais entravées par un manque de cavalerie et surtout une absence totale d'artillerie.Aussi bien à la pacification de 1796 qu'à celle de 1800, Boisguy est le dernier général chouan à déposer les armes, ce qui en fait l'une des figures majeures de la chouannerie.Après près la pacification, il refuse de rallier l'armée impériale et vit paisiblement à Paris sous l'Empire. Il reprend du service en 1816, lors de la Restauration et reçoit le commandement du département des Ardennes en tant que Maréchal de camp. En 1830, il refuse de rallier la Monarchie de Juillet et prend sa retraite. Du Boisguy se retire alors à Paris où il meurt de la goutte en 1839.

Pages équivalentes