Matatias Carp (1904-1953)

Pays :Roumanie
Langue :roumain; moldave
Sexe :masculin
Naissance :1904
Mort :1953
Note :
Avocat et pianiste. - Historien, chroniqueur et archiviste des persécutions juives
ISNI :ISNI 0000 0000 6649 0293

Ses activités

Auteur du texte2 documents

  • Cartea neagra

    le livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie, 1940-1944

    Description matérielle : 1 vol. (706 p.-[48] p. de pl.)
    Description : Note : Contient un choix de documents. - Notes bibliogr. Index
    Édition : [Paris] : Denoël , DL 2009
    Éditeur scientifique : Alexandra Laignel-Lavastine

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb414374628]
  • Holocaust in Rumania

    facts and documents on the annihilation of Rumania's Jews, 1940-1944

    Description matérielle : 339 p.
    Description : Note : L'éd. anglaise est la trad. des 3 premiers vol. de l'éd. roumaine publ. en 4 vol.
    Édition : [Budapest] : [Primor] , [1994]

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35789877w]

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Holocaust in Rumania / Matatias Carp ; [transl. by Seán Murphy], 1994
    Cartea neagra : le livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie, 1940-1944 / Matatias Carp, DL 2009
  • BN Service roumain

Biographie Wikipedia

  • Matatias Carp (1904-1953) est né à Bucarest dans une famille juive assimilée. La Roumanie possède une tradition antisémite était solidement établie : C'est d'ailleurs le dernier pays d'Europe à avoir émancipé ses Juifs, en 1919. Le père de Matatias, Horia Carp, est une des grandes figures de la vie intellectuelle roumaine de l'entre-deux-guerres. Matatias Carp devient avocat doublé d’un virtuose du piano. En décembre 1937, un gouvernement pronazi se forme, sous la direction d'Octavian Goga, et prive 120 000 juifs de leur nationalité roumaine . Le gouvernement Goga est renversé peu après, mais ses successeurs poursuivent la politique antisémite, excluant les Juifs des chemins fer, imposant des quotas dans la main-d'œuvre industrielle et révoquant une partie des fonctionnaires de confession israélite. Matatias Carp est exclu du barreau parce que juif.Durant l'été 1940, la Roumanie est obligée de céder la Transylvanie à la Hongrie, la Bucovine du Nord et la Bessarabie à l'URSS, la Dobroudja méridionale à la Bulgarie. Le pays est humilié. Le mécontentement populaire force le roi Carol à abdiquer. En septembre 1940, le général Antonescu forme un gouvernement dit national-légionnaire. Ce gouvernement s'allie avec le IIIIème Reich ce qui à des conséquences tragiques pour les juifs de Roumanie.Matatias Carp décide alors de devenir l'archiviste des persécutions des Juifs de Roumanie.Matatias Carp est président de l'Union des juifs roumains. Cette position lui permet de bénéficier de nombreux contacts dans tout le pays. Il collecte de nombreux rapports et photos envoyés par ses correspondants juifs victimes de persécutions et de massacres. Il réussit à soudoyer un officier allemand pour lui acheter des photos.Matatias Carp consigne tout au fur et mesure que les informations lui arrivent. Il a au ministère de l'intérieur un ami ce qui lui permet de se rendre au ministère, le dimanche, pour y recopier les archives. Il travaille en collaboration avec sa femme. Dans l'immédiat après-guerre, Carp obtient, grâce à des amis juristes qui instruisent les procès de Bucarest pour crimes contre l'humanité, divers dossiers d'instruction. De tous ces documents, il tire une série de récits publiée en trois volumes après la guerre en faible nombre d'exemplaires entre 1946 et 1948 à Bucarest, sous le titre de Cartea Neagra. Il dit: « La Roumanie n’a abrité sur son sol ni chambre à gaz ni fours crématoires, et elle n’a pas non plus procédé à l’exploitation industrielle des dents, des cheveux ou de la graisse des victimes. Ayant adopté des méthodes de tueries "classiques", pratiquées depuis la nuit des temps, le fascisme roumain s’est cependant singularisé dans l’extermination des Juifs par un certain nombre de techniques originales : des hommes battus à mort ou asphyxiés dans des wagons plombés, d’autres vendus au beau milieu des colonnes des marches de la mort pour être tués et leurs vêtements vendus au plus offrant ; d’autres littéralement coupés en morceaux et dont le sang servait à graisser les roues des charrettes ».Le livre est mis très vite à l'index par le parti communiste car il révèle antisémitisme profond du peuple roumain. Matatias Carp émigre en Israël en 1952. Il meurt l'année suivante. Le livre traduit et édité en France pour la première fois en 2009, reste la principale source d'information sur l'extermination sauvage, par l'armée et la gendarmerie roumaines, de plus de 350 000 Juifs roumains et ukrainiens.

Pages équivalentes