Marie-Elisabeth (archiduchesse d'Autriche, 1680-1741)

Illustration de la page Marie-Elisabeth (archiduchesse d'Autriche, 1680-1741) provenant de Wikipedia
Pays :Autriche
Naissance :13-12-1680
Mort :1741
Note :
Régente des Pays-Bas autrichiens de 1725 à 1741
Autre forme du nom :Maria Elisabeth (archiduchesse d'Autriche, 1680-1741) (allemand)
ISNI :ISNI 0000 0001 2101 9630

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Marie-Elisabeth (archiduchesse d'Autriche; 1680-1741)

Pages dans data.bnf.fr

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Wiener Quellen zu den Österreichischen Niederlanden / Franz Pichorner, 1990
  • Maria Elizabeth, Archduchess of Austria, 1680-1741 : LCNA, 1993-06

Autre forme du nom

  • Maria Elisabeth (archiduchesse d'Autriche, 1680-1741) (allemand)

Biographie Wikipedia

  • Marie-Élisabeth d'Autriche (Linz, 12 décembre 1680 - Mariemont, 26 août 1741) est un membre de la Maison de Habsbourg, fille de Léopold Ier d'Autriche, empereur germanique, et de sa troisième épouse Eléonore de Neubourg. Elle était la sœur des empereurs Joseph Ier et Charles VI du Saint-Empire.Elle fut gouvernante des Pays-Bas autrichiens de 1725 à sa mort. Esprit autoritaire et dévote, elle s'arrogea beaucoup de pouvoirs et trancha à plusieurs reprises des affaires pour lesquelles elle aurait dû en référer à Vienne. Sous son gouvernorat, les ministres plénipotentiaires chargés d'exécuter la politique viennoise étaient appelés grand maître. Il s'agit de : 1725-1725 : le comte Wirich de Daun 1726-1732 : le comte Giulio de Visconti 1732-1743 : le comte Friedrich August de Harrach-RohrauElle occupa et fit agrandir le château de Mariemont et assista, impuissante, à l'incendie du palais ducal de Bruxelles qui fut ravagé par les flammes en 1731.Gouvernante dévote, elle fréquentait régulièrement les messes données à la cathédrale Sainte-Gudule et faisait représenter des œuvres pieuses au Théâtre de la Monnaie. Elle était également une mélomane avertie.

Pages équivalentes