Jacques-René Hébert (1757-1794)

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Sexe :masculin
Naissance :Alençon, 15-11-1757
Mort :Paris, 24-03-1794
Note :
Révolutionnaire. - Pamphlétaire. - Créateur du journal satirique "Le Père Duchesne"
Domaines :Histoire de la France
Autres formes du nom :Jacques Hébert (1757-1794)
Le Père Duchesne (1757-1794)
Le Père Duchesne (1757-1794)
ISNI :ISNI 0000 0001 1572 6996

Ses activités

Auteur du texte68 documents7 documents numérisés

  • Périodique : Le Chien et le chat

    Deux fois par semaine (mention aux n° 2 et 4)

    (N°. 1.) - (N°. 4.)

  • [Novembre 1790] - [décembre 1790]. 1 ([1er janvier 1791]) - 355 ([23 ventôse an II = 13 mars 1794])

  • Grand détail de l'exécution de tous les conspirateurs et brigands, détenus dans les prisons de l'abbaye Saint-Germain, de la Conciergerie, du Châtelet, de l'hôtel de la Force, de Bicêtre et autres lieux...

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Édition : [S.l.] : Micro Graphix , cop. 1993

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372376448]
  • Grande colère du Père Duchesne contre les jean-foutres de calomniateurs des Dames de la Halle, & des bouquetières du Palais-Royal, au sujet du beau discours qu'elles ont fait au roi

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Édition : [S.l.] : Micro Graphix , cop. 1992

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37236457t]
  • Grande relation du siège et de la prise du château des Tuileries

    détail de tous les événemens arrivés depuis le 10 août dernier...

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Édition : [S.l.] : Micro Graphix , cop. 1993

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37237614b]

Autre3 documents

  • Journal du soir, sans réflexions. Courrier des trois armées et correspondance étrangère, faisant suite au journal ci-devant imprimé chez Tremblay

    Description matérielle : In-4 °
    Description : Note : 23 juin-9 septembre 1792. - A partir du 16 août : "Journal du soir, rédigé par J.-R. Hébert,... et par J.-C. Marquet pour la partie politique"
    Édition : Porte St-Denis (Paris,), rue des Filles-Dieu, n °8

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36463056g]
  • [J.-R. Hébert,...], à Camille Desmoulins et compagnie

    Description matérielle : In-8 °. Pièce
    Description : Note : Réponse au "Vieux Cordelier" du 5 nivôse
    Édition : (Paris,) : Impr. de la rue Neuve de l'Égalité , (s. d.,)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36444989r]
  • Réponse de J. R. Hébert,... à une atroce calomnie

    Description matérielle : In-F°. Plano
    Édition : (S. l. n. d.,)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb340279831]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Jacques-René Hébert (1757-1794)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Vie privée de l'abbé Maury, écrite sur des mémoires fournis par lui-même / [Jacques-René Hébert], 1794
    Le Père Duchesne à Messieurs les électeurs sur le choix d'un évêque / [signé : le véritable Père Duchesne], 1791
  • Ouvrages de reference : DBF
    GDEL
    Michelet, 1979
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén.

Autres formes du nom

  • Jacques Hébert (1757-1794)
  • Le Père Duchesne (1757-1794)
  • Le Père Duchesne (1757-1794)

Biographie Wikipedia

  • Jacques-René Hébert, né à Alençon le 15 novembre 1757 et guillotiné à Paris le 24 mars 1794, est un homme politique et journaliste français.Pamphlétaire très populaire, membre du club des Cordeliers, il a été un des grands animateurs de la Révolution française par son journal, Le Père Duchesne, fondé à l’été 1790, où les événements politiques sont présentés dans un langage populaire, souvent jugé grossier, entremêlé de jurons.Ses articles ont contribué à créer dans les milieux sans-culottes le climat propice à de nombreux évènements révolutionnaires[réf. nécessaire] : chute de la royauté, massacres de Septembre, chute des Girondins, grande manifestation du 5 septembre 1793 qui impose la Terreur. Le tirage de son journal atteint 600 000 exemplaires en 1793 grâce aux abonnements du ministère de la Guerre qui le diffuse aux armées. Son programme est de « pourchasser les traîtres ».Non-éligible aux premières assemblées en raison de son manque de fortune, il échoue aux élections de septembre 1792 à la Convention et doit se contenter d’un poste secondaire à la Commune de Paris. Fin 1793, désireux de jouer un rôle politique plus important, au moment où la crise des subsistances, aggravée par la loi sur le maximum général[réf. nécessaire], marque une reprise de l’agitation populaire, Hébert entre dans l’opposition au Comité de salut public et prépare avec les chefs cordeliers une nouvelle journée révolutionnaire qui, mal organisée, échoue. Présentés comme des complices du « complot de l’étranger », tous sont exécutés le 24 mars sans que les sans-culottes bougent. Mais la base populaire sur laquelle le gouvernement révolutionnaire s'appuie s'en trouve rétrécie. « La Révolution est glacée », comme le dit alors Saint-Just.Les historiens ont donné après coup le nom d’hébertistes à cette faction de révolutionnaires radicaux — Hébert, Chaumette et leurs amis des Cordeliers, Momoro, Vincent, Ronsin — partisans à l’extérieur de la guerre à outrance jusqu’à la victoire complète et à l’intérieur, de mesures sociales radicales comme l’application de la loi du maximum et de la déchristianisation.

Pages équivalentes