Mujeres libres. Espagne

Image non encore disponible
Pays :Espagne
Langue :espagnol; castillan
Création :04-1936
Fin d'activité :02-1939
Note :
Mouvement libertaire féministe espagnol (1936-1939)
Domaines :Science politique

Ses activités

Éditeur scientifique1 document

  • "Femmes libres"

    "Mujères libres", Espagne 1936-1939

    Description matérielle : II-203-[12] p.
    Description : Note : Recueil de textes traduits de l'espagnol, extraits pour la plupart de "Mujères libres", 1936-1939
    Édition : [Claix] : la Pensée sauvage ; Lyon : diffusion Fédérop , 1977
    Autre : Clément Riot
    Éditeur scientifique : Mary Nash

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb347104860]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Mujeres libres. Espagne

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • "La vie sera mille fois plus belle" : les Mujeres libres, les anarchistes espagnols et l'émancipation des femmes, 2010

Biographie Wikipedia

  • Mujeres Libres (« Femmes libres » en espagnol) est une organisation féministe libertaire espagnole.Créée en avril 1936, dans le sillage des premières féministes catalanes telles Teresa Claramunt et Soledad Gustavo, et dissoute en février 1939, Mujeres Libres est active durant la Révolution sociale espagnole de 1936 et la guerre d'Espagne.Mujeres Libres est la première organisation féministe autonome prolétarienne en Espagne. Son but est de mettre au fin au « triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes ». Si quelques-unes des fondatrices exerce des professions libérales, la vaste majorité de ses membres (20000 environ en juillet 1937) sont issues des classes ouvrières. Les femmes de Mujeres Libres visent à la fois à surmonter les obstacles de l’ignorance et de l’inexpérience qui les empêchent de participer en tant que égales à la lutte pour une société meilleure, et à combattre la domination des hommes au sein même du mouvement libertaire.Mujeres Libres met en place des campagnes d’alphabétisation, des cours techniques et professionnels ainsi que des formations politiques pour les femmes, en plus d’organiser collectivement la production alimentaire pour les milices révolutionnaires qui résistent aux franquistes, de mettre sur pied des cliniques médicales et de participer à la formation des infirmières et des miliciennes.Avec ses 20000 adhérentes provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un « féminisme proléta­rien » dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs « camarades » n'étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.

Pages équivalentes