Madeleine-Sophie Barat (sainte, 1779-1865): nom en religion

Pays :France
Langue :français
Sexe :féminin
Naissance :Joigny (Yonne), 13-12-1779
Mort :Paris, 25-05-1865
Note :
Fondatrice de la Société du Sacré-Cœur de Jésus. - Béatifiée en 1908 ; canonisée en 1925
Domaines :Religion
Autres formes du nom :Madeleine-Sophie Barat (1779-1865)
Madeleine-Louise-Sophie Barat (1779-1865)
Sophie Barat (1779-1865)
Voir plus
ISNI :ISNI 0000 0001 0883 7022

Ses activités

Auteur du texte6 documents

  • Écrits de Poitiers, 1806-1809

    Description matérielle : 1 vol. (94 p.)
    Description : Note : Bibliogr. p. 93-94
    Édition : Poitiers : Association Gilbert de la Porrée , 2011
    Directeur de publication : Robert Favreau
    Éditeur scientifique : Maryvonne Duclaux, Jacques Marcadé

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43543845g]
  • Journal

    1806-1808

    Description matérielle : 2 vol. (158 p., 13 f. dont 1 dépl.-7 p. dont 1 dépl.)
    Édition : Poitiers : M.-T. Virnot , 1977
    Éditeur scientifique : Maison du Sacré-Cœur. Poitiers

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36257954p]
  • Pensées et maximes de Sainte Madeleine Sophie

    fondatrice de la Société du Sacré-Coeur de Jésus

    Description matérielle : 1 vol. (94 p.)
    Édition : Rome : Maison mère [de la Société du Sacré-Coeur de Jésus] , 1925

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41025494h]
  • Recueil de pensées et de maximes de la très révérende mère Madeleine-Louise-Sophie Barat, fondatrice de la Société du Sacré-Coeur

    Description matérielle : In-18, 70 p.
    Édition : Paris : impr. de V. goupy , (1866)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30053090x]
  • Recueil de pensées et de maximes de la très révérende mère Madeleine-Louise-Sophie Barat, fondatrice de la Société du Sacré-Coeur

    Description matérielle : In-18, III-130 p.
    Édition : Paris : impr. de V. goupy , (1873.) 2e éd.

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300530918]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'auteur Madeleine-Sophie Barat (sainte; 1779-1865)

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Congrégation enseignante de droit diocésain (1805) puis pontifical (1825) fondée en 1800 par sainte Madeleine Sophie Barat et le père Varin, de la Société des Pères du Sacré-Coeur (1794). La fondation se fit à Paris, mais les premières religieuses commencèrent à enseigner à Amiens en 1801 sous le nom de Dames de l'Instruction Chrétienne. La congrégation prit une grande extention : de 1824 à 1856 elle absorba 9 autres congrégations enseignantes. En 2001, elle compte 3523 religieuses réparties dans 524 maisons, sur les 5 continents

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Documents de cet auteur : Journal : 1806-1808 / sainte Madeleine-Sophie Barat ; texte intégral présenté avec introd., notes et documents d'archives par Marie-Thérèse Virnot, 1977
  • Ouvrages de reference : DBF : BARAT (sainte Madeleine-Sophie)
  • Catalogues de la BnF : BN Cat. gén. : BARAT (Madeleine-Louise-Sophie)

Autres formes du nom

  • Madeleine-Sophie Barat (1779-1865)
  • Madeleine-Louise-Sophie Barat (1779-1865)
  • Sophie Barat (1779-1865)
  • Madeleine-Sophie (sainte, 1779-1865)

Biographie Wikipedia

  • Madeleine-Sophie Barat (12 décembre 1779, Joigny (Yonne) - 25 mai 1865, Paris) est une religieuse française, fondatrice en 1800 de la Société du Sacré-Cœur de Jésus (Congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur). Elle fut béatifiée par Pie X, le 24 mai 1908, puis canonisée par Pie XI, le 24 mai 1925.Issue d'une famille d'artisan tonnelier, Sophie a reçu une solide éducation chrétienne de la part de son frère Louis. À l'initiative du père Joseph Varin (1769-1850), jésuite, auprès de qui œuvrait son frère Louis, elle fonda le 21 novembre 1800 la Société du Sacré-Cœur de Jésus dont l'objet était de développer l'enseignement pour les jeunes filles. Très attirée à la fois par une vie de prière mais aussi par le désir d’aider la société de son temps, elle fut une femme étonnamment ouverte aux besoins de son époque, très attentive à y répondre de son mieux. Elle a cherché à donner aux femmes un rôle de premier plan pour la reconstitution du tissu social. Elle a aussi révélé de remarquables qualités relationnelles, manifestant de l'aisance aussi bien avec les grands de ce monde qu'avec les enfants et leur familles. L'ouverture des lycées napoléoniens puis républicains aux filles, œuvre du ministre de l'Instruction publique Victor Duruy est, en un certain sens, un hommage rendu à l'intuition de Sophie.Élue supérieure de la congrégation dès le 18 janvier 1806 alors qu'elle n'avait que 26 ans, elle le restera jusqu'à sa mort le 25 mai 1865. Comptant alors 3 539 religieuses réparties en 99 communautés, la congrégation s'était déjà considérablement développée à travers le monde, notamment en Amérique du Nord dès le 19 mars 1818, grâce à Philippine Duchesne, religieuse de la congrégation qui sera béatifiée par le pape Pie XII le 12 mai 1940 et canonisée le 3 juillet 1988 par le pape Jean-Paul II.

Pages équivalentes