Joseph Vacher (1869-1898)

Country :France
Language :français
Gender :masculin
Birth :Beaufort (Isère), 16-11-1869
Death :Bourg-en-Bresse (Ain), 31-12-1898
Note :Tueur en série. - Guillotiné le 31 décembre 1898 à Bourg-en-Bresse
Field :Problèmes et services sociaux. Criminologie
Variant of the name :Le Tueur de bergers (1869-1898)
ISNI :ISNI 0000 0000 4239 2891

Occupations

Auteur du texte1 document

  • Écrits d'un tueur de bergers

    Material description : 1 vol. (157 p.)
    Note : Note : Bibliogr. p. 151-153
    Edition : Lyon : À rebours , impr. 2006
    Éditeur scientifique : Philippe Artières

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb402144990]

Documents about this author

Documents about the author Joseph Vacher (1869-1898)

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

Sources and references

Sources

  • Écrits d'un tueur de bergers / Joseph Vacher, impr. 2006
  • Vacher l'assassin / Jean-Pierre Deloux, 1995

Variant of the name

  • Le Tueur de bergers (1869-1898)

Wikipedia Biography

  • Joseph Vacher, surnommé le « tueur de bergers » ou le « Jack l'Éventreur du Sud-Est » (né à Beaufort dans l'Isère, le 16 novembre 1869 – exécuté à Bourg-en-Bresse, le 31 décembre 1898), est un sergent réformé devenu vagabond, considéré, après Martin Dumollard, comme l'un des premiers tueurs en série français. Auteur présumé d'une trentaine de meurtres, dont l'égorgement d'au moins vingt femmes et adolescents, par la suite mutilés et violés, il avoue en tout onze meurtres et une tentative de viol. Finalement jugé pour un seul assassinat, il est reconnu coupable, ce en dépit d'un séjour en institution psychiatrique et d'un comportement excentrique, et guillotiné. Son cas, dès son procès, fera l'objet d'un vif débat sur le thème « santé mentale et responsabilité pénale », et il sera également évoqué dans bon nombre de réflexions sur les manières d'aborder le problème du vagabondage à la charnière entre les XIXe et XXe siècles en France. Joseph Vacher a laissé plusieurs lettres, adressées pour la plupart à sa famille, aux médecins chargés de l'examiner ou à ses juges.

Closely matched pages