Carmes

Image non encore disponible
Création :11..
Adresse :Maison généralice : via Giovanni Lanza, 138, 00184 Roma, Italia.
Note :
Ordre mendiant fondé au XIIe siècle à partir de communautés d'ermites situées sur le Mont Carmel en Palestine, dont la règle fut édictée entre 1206 et 1214 par saint Albert Avogadro, patriarche de Jérusalem. L'ordre commence à émigrer en Occident dès l'origine, approuvé par Honorius III en 1226, et cesse d'exister en Orient après la reconquête musulmane du royaume latin de Jérusalem en 1291. En 1432 le pape Eugène IV adoucit la règle de saint Albert, les Carmes l'acceptant s'appelant Carmes mitigés, ou conventuels, devenus Grands Carmes après une réforme née à Rennes en 1604. Depuis la Révolution cet ordre n'existe plus qu'hors de France
Autres formes du nom :Carmelitani
Carmelitani dell'antica osservanza
Carmelite fathers
Voir plus

Ses activités

Auteur du texte39 documents

  • Dizionario carmelitano

    Description matérielle : 1 vol. (XXVIII-1031 p.)
    Édition : Roma : Città nuova , cop. 2008
    Auteur du texte : Carmes déchaux
    Éditeur scientifique : Emanuele Boaga, Luigi Borriello (1947-....)

    disponible en Haut de Jardin

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41277545f]
  • Analecta Ordinis Carmelitarum

    Description matérielle : In-8°, 32 p., fig.
    Description : Note : A ne pas confondre avec les "Analecta Ordinis Carmelitarum" 8-H-9504, qui, en 1954, deviennent "Carmelus". Afin que le titre "Analecta..." ne soit pas perdu, il est redonné à l'ancienne publication "Vinculum Ordinis Carmelitarum" dont la B.N. ne possède pas de collection
    Édition : Roma, Via Sforza Pallavicini 10

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb338699978]
  • Aurea et saluberrima Ordinis fratrum Deiparae virginis Mariae de Monte Carmelo statuta... Isagogicon... ad reformationem vitae regularis et sanctimoniae patrum Carmeli Montis. Constitutiones ordinatae per R. Magistrum Jo. Soret generalem, approbatae et publicatae per diffinitores Capituli generalis Bruxellensis, celebrati anno MCCCCLXVI, et correctae ac emendatae per R. Magistrum Nicolaum Audet,... priorem generalem, et diffinitores capituli generalis celebrati Venetiis, anno Domini MDXXIIII

    Description matérielle : In-4°
    Description : Note : La preface de l'"Isagogicon" en donne pour auteur Nicolas Audet
    Édition : Venetiis : imp. per J.-A. et fratres de Sabio , 1524

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33804533g]
  • Breviarium Carmelitarum. - Breviarium fratrum Carmelitarum, venustioribus typis excussum quam unquam, a fratre Ivone Le Vaillant, theologorum minimo recognitum...

    Description matérielle : In-16. Cahiers A-Z, Aa-Zz et AA-FF. Caractères gothiques. A deux colonnes
    Édition : Parisiis : apud Hieronymum et Dionysium de Marnef fratres , 1551

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36821755f]
  • Ceremoniale Divine Officii, Secundum ordinem Fratrum B. Virginis Mariae de monte Carmeli...

    Édition : Romae : G. Faciottus , 1616

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36822112r]

Éditeur scientifique4 documents3 documents numérisés

  • Livre liturgique pré-Vatican II contenant l'ensemble des textes (psaumes, hymnes, leçons, homélies) récités quotidiennement par le clergé et par certains religieux pour la célébration de l'Office divin (celui-ci est réparti en huit "Heures" pour l'ensemble de la journée : matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies)

    Le "Breviarium Romanum" fixé sous Pie V (1568) a servi de base aux réformes et refontes ultérieures. A côté de l'office romain existent toujours d'autres offices propres à une Église, à un ordre religieux ou à un autre rite, soit complet (ex.: Bréviaire ambrosien) soit comme supplément (Propre de l'office. Franciscains)

    Bréviaire : rite romain avec Carmes comme éditeur scientifique

  • Livre liturgique pré- et post-Vatican II, qui contient les instructions et textes pour célébrer la messe ou y participer, tout au long de l'année, selon le rite latin. Il existe un missel de la semaine et un missel du dimanche. - La dernière version du missel, après Vatican II, a été publiée en 1970. Elle est utilisée dans les différentes langues. - La 3e édition typique, en latin, date de 2002. - Le missel actuel contient, après la présentation générale et le calendrier, le propre du temps (messes des dimanches et de chaque jour de la semaine), l'ordinaire de la messe (les prières qui reviennent à chaque messe), le propre des Saints et le commun des Saints, les messes rituelles, les messes pour diverses nécessités, les messes votives et les messes pour les défunts

    Le missel du célébrant ne contient plus les lectures, qui sont rassemblées dans le Lectionnaire de la messe

    Missel : rite romain avec Carmes comme éditeur scientifique

  • Ordo à l'usage de la B.V.M. du Mont-Carmel selon la réforme de sainte Thérèse...

    Description : Note : Préciser en sous-cote l'année désirée
    Les années 1895-1947 manquent
    Édition : Créteil : Carmel de Paris
    Éditeur scientifique : Carmélites déchaussées

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32940915j]

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Carmes

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Voir aussi

  • Ordre religieux mendiant issu de l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, après la réforme de sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix (24 août 1562-28 novembre 1568). La réforme se heurta à l'opposition, parfois violente, des Carmes mitigés, mais en 1580 un bref de Grégoire XIII permit la constitution d'une province séparée pour les Déchaussés, puis en 1593 Clément VIII permit la séparation totale et la formation d'un ordre indépendant

  • Sainte Thérèse entreprit la réforme des Carmélites en ouvrant le 24 août 1562 à Avila le monastère Saint-Joseph, pour retourner à la règle primitive de saint Albert. A sa mort en 1582, 200 moniales étaient déjà réformées ; les Carmélites déchaussées entrèrent en France en 1604, à Paris, grâce à Pierre de Bérulle et Mme Acarie. En 2000, elles y possèdent 102 couvents ; l'ordre du Carmel non réformé n'existant plus en France

    Le Carmel réformé par sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix réunit les Carmes déchaux (1er ordre), les Carmélites déchaussées (moniales, 2e ordre) et un tiers ordre

  • Les Carmélites apparurent à Gueldre (actuels Pays-Bas) où des Béguines demandèrent à être affiliées à l'ordre du Carmel. Jean Soreth, prieur général de l'ordre les accepta le 10 mai 1452, Nicolas V donna son approbation le 7 octobre. Bientôt d'autres maisons suivirent à Liège, Huy, Namur, Vilvorde, en Belgique, à Vannes en France

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

  • L'atelier de data.bnf.fr vous propose un espace expérimental, pour découvrir ses données. Frises chronologiques, cartes, galeries d'images vous conduisent vers les ressources de la BnF.

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Diz. degli ist. di perfezione, 2, 1975, col. 460-521
    Annu. pontificio, 2001, p. 1243
    ACOLIT, t. 2, Ordini religiosi, p. 95
    Dictionnaire historique des ordres religieux / Agnès Gerhards, 1998
  • + CORELI

Autres formes du nom

  • Carmelitani
  • Carmelitani dell'antica osservanza
  • Carmelite fathers
  • Carmes conventuels
  • Carmes de l'ancienne observance
  • Carmes de l'antique observance
  • Carmes de l'observance de Rennes
  • Carmes mitigés
  • Carmes observantins
  • Frères de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Grands Carmes
  • Karmeliten
  • Karmelitenorden
  • OC
  • O. Carm.
  • Ordo Fratrum Beatae Mariae Virginis de Monte Carmelo
  • Ordo Fratrum B. Mariae V. de Monte Carmelo (latin)
  • Ordo Fratrum Camelitarum
  • Ordo Fratrum Camelitarum Antiquae Observantiae
  • Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel
  • Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Ordre du Carmel

Biographie Wikipedia

  • L'Ordre du Carmel est un ordre religieux catholique contemplatif. Ses membres sont appelés Carmes (pour les hommes) et Carmélites (pour les femmes). Fondé par des ermites sur le mont Carmel en Palestine à la fin du XIIe siècle, les premiers carmes quittent leurs ermitages au début du XIIIe siècle pour se réfugier en Europe. Après bien des tribulations, l'ordre érémitique se transforme en ordre monastique. Il connaît de nombreuses réformes dont la plus marquante est la réforme instituée par Thérèse d'Avila au XVIe siècle.Il existe aujourd'hui deux branches principales : les Grands carmes (n'ayant pas suivi la réforme de sainte Thérèse d'Avila) et la branche issue de la réforme thérèsienne, les Carmes déchaux. Ces deux branches sont découpées en trois ordres : les carmes (pour les hommes) les carmélites (pour les femmes), appelées le second ordre (du carmel) car leur ordre a été créé après l'ordre des carmes le Tiers-Ordre carmélite (pour les laïcs), appelé le troisième ordre car créé dans un troisième tempsL'Ordre du Carmel est porteur d'une tradition spirituelle riche, qui a une grande importance pour l'Église catholique tout entière, notamment grâce à plusieurs docteurs de l'Église issus de l'Ordre : Thérèse d'Avila, Jean de la Croix, Thérèse de l'Enfant-Jésus. Ils sont spécialement connus pour leur enseignement sur l'oraison, centre de la vie spirituelle du Carmel. De nombreux mystiques ont également laissé des écrits ayant éclairé leur époque et même faisant parfois référence jusqu'à nos jours (Jean de Saint-Samson, Laurent de la Résurrection, Marie-Madeleine de Pazzi, Élisabeth de la Trinité, Maria Candida dell’Eucaristia, Maria Petyt).

Pages équivalentes