Société des amis de la Constitution

Image non encore disponible
Pays :France
Langue :français
Création :1789
Fin d'activité :12-11-1794
Note :
Le plus connu des clubs de la Révolution a pour origine le club breton fondé à Versailles, au Café Amaury, par un groupe de députés aux Etats généraux élus de la Bretagne auquel se joignirent des représentants d'autres provinces. - Le club s'établit en octobre 1789 dans le Couvent des Jacobins (dominicains) de la rue Saint-Honoré, qui donna son nom populaire à la Société des amis de la Constitution, véritable appellation du club breton une fois dans la capitale. - Formé au départ de 200 députés le club breton s'ouvrit rapidement à tous. - Très vite se créèrent des succursales en province : il y en avait 152 en juil. 1790 ; le club parisien comptait alors 1200 membres
Après la fusillade du 17 juil. 1791, les membres les plus modérés firent sécession et fondèrent le club des Feuillants. - En septembre 1791, le club comptait près de 1000 sociétés provinciales affiliées. - Le club et ses filiales provinciales furent rendus responsables de la Terreur, la Convention interdit toute affiliation entre clubs puis décida l'interdiction pure et simple et la fermeture du club des Jacobins, le 12 novembre 1794
Domaines :Histoire de la France
Autres formes du nom :Amis de la Constitution
Amis de la liberté et de l'égalité
Club breton
Voir plus

Ses activités

Éditeur scientifique138 documents44 documents numérisés

  • Adresse de la Société des amis de la constitution, de Paris aux sociétés qui lui sont affiliées.

    Description matérielle : 7 p.
    Description : Note : Par Maximilien de Robespierre, d'après Hervé Leuwers (Robespierre, Paris, 2014). - Daté du 20 juin 1791. - Vignette au titre gr. sur bois
    Édition : , 1791
    Auteur du texte : Maximilien de Robespierre (1758-1794)
    Imprimeur-libraire : Imprimerie nationale. France (1789-1805)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb363072557]
  • Adresse des citoyens de la ville de Caen, département du Calvados, à l'Assemblée nationale ; Au roi

    adresse des citoyens de la ville de Caen, département du Calvados

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Édition : [S.l.] : Micro Graphix , cop. 1993
    Auteur du texte : Société des amis de la Constitution. Caen

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372479956]
  • Contenu dans : Discours prononcé à la Société des amis de la Constitution, le 6 octobre 1790, sur les impositions, par un de ses membres, & imprimé avec l'approbation de la société

    Autre discours prononcé par M. Constantini, à la Société des amis de la Constitution de Paris, le 6 octobre 1790, sur cette question : l'impôt foncier doit-il être payé en nature ou en argent ?. - [1]

    [Reprod.]
    Description matérielle : 1 microfiche
    Description : Note : Contient un autre discours de M. Constantini prononcé le même jour
    Édition : [S.l.] : Maxwell , cop. 1992
    Auteur du texte : Antoine Constantini (1754-18..)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica]
  • Société des amis de la liberté et de l'égalité. Discours contre la défense de Louis Capet, dernier roi des François

    Description matérielle : 19 p.
    Description : Note : Titre de départ
    Édition : , 1793
    Auteur du texte : Jean-Louis Carra (1742-1793)
    Imprimeur-libraire : Louis Potier de Lille (1750?-1794)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301991256]
  • Discours de Camille Desmoulins, notable, au Conseil général de la Commune, dans la séance du 24 juillet, l'an 4 de la liberté ; sur la situation de la capitale

    Description matérielle : 34 p.
    Description : Note : Séance du 25 juillet 1792
    Édition : [Paris] : impr. du Patriote français , [1792]
    Auteur du texte : Camille Desmoulins (1760-1794)

    [catalogue, Visualiser dans Gallica][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30333299p]

Auteur du texte20 documents9 documents numérisés

Commanditaire du contenu1 document

  • Couplets chantés en présence de M. Fauchet, evêque du Calvados

    Description matérielle : 4 p.
    Description : Note : Titre de départ. - Aux p. 3-4: Couplets dédiés a M. Fauchet, évêque constitutionnel du Calvados, par un membre de la Société des amis de la Constitution à Caen. - Daté de 1791, année de l'élection de Claude Fauchet au siège épiscopal de Caen et de sa venue en cette ville (11 mai), qu'il quitta définitivement le 28 septembre, d'après le Dictionnaire de biographie française. - Filets typogr, culs-de lampe
    Imprimeur-libraire : Pierre-Jean-Aimé Chalopin (1740?-1822?)

    [catalogue][http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40028711d]

Destinataire de l'envoi1 document

Documents à propos de cet auteur

Documents à propos de l'organisation Société des amis de la Constitution

Pages dans data.bnf.fr

Auteurs reliés

Thèmes en relation

Cette page dans l'atelier

Sources et références

Voir dans le catalogue général de la BnF

Sources de la notice

  • Adresse des citoyens de la ville de Caen... à l'Assemblée nationale... / [publ. par la] Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, à Paris, 1995 [document électronique : reprod. de l'éd. de 1792]
  • Histoire et dict. de la Révolution française : 1789-1799 / par J. Tulard, J. - F. Fayard et Alfred Fierro, 1981

Autres formes du nom

  • Amis de la Constitution
  • Amis de la liberté et de l'égalité
  • Club breton
  • Club des Jacobins
  • Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, à Paris
  • Société des amis de la liberté et de l'égalité
  • Société des Jacobins

Biographie Wikipedia

  • La Société des amis de la Constitution, appelé d'abord Club breton, plus connue ensuite sous le nom de club des Jacobins, est le plus célèbre des clubs de la Révolution française[citation nécessaire]. « C’est ici que s’est préparée la Révolution, dit Georges Couthon en 1793, c’est ici qu’elle s’est faite, c’est ici que se sont préparés tous les grands événements »[citation nécessaire].Le club tient son nom du couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré (Collège des Jacobins) où il s’est installé en 1789, rue Saint-Jacques (Jacobus en latin).Le Club des Jacobins est une société de pensée qui a constitué, pendant la Révolution française, à la fois un groupe de pression et un réseau d’une remarquable efficacité[citation nécessaire]. L’action du club, essentielle dès le début de 1790[citation nécessaire], devient dominante entre 1792 et 1794[citation nécessaire]. À cette époque, l’adjectif « jacobin » signifie partisan de la politique du Comité de salut public[citation nécessaire]. À la fin de 1793, environ 6 000 sociétés de même type sont en correspondance avec lui dans toute la France[citation nécessaire]. La chute de Robespierre marque la fin du grand rôle politique exercé par le club et entraîne sa dissolution en novembre 1794[citation nécessaire].Depuis cette époque, le nom et l’adjectif s’appliquent à un homme, une femme ou un courant politique hostile à toute idée d’affaiblissement et de démembrement de l’État.

Pages équivalentes