BnF
BnF

Marlene Dumas

Country :
Language :
Gender :
feminin
Note :
Peintre, dessinateur, aquarelliste. - Expressionniste. - Vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. - Enseignante à "De ateliers" à Amsterdam (en 2006)
Field :
ISNI :

Occupations

Éditeur scientifique1 document

Loading information

Auteur du texte1 document

  • Contenu dans : Marlene Dumas

    Barbara Bloom in conversation with Marlene Dumas. - [1]

    [2nd ed., revised and expanded]
    Material description : 1 vol. (238 p.)
    Note : Note : Contient : "Barbara Bloom in conversation with Marlene Dumas" ainsi que des extraits de textes de l'artiste. Contient des extraits de : "The fisherman and his soul" d'Oscar Wilde et de "The thief's journal" ("Journal du voleur") de Jean Genet. - Bibliogr. p. 232-237. Notes bibliogr.
    Edition : cop. 2009 London. - New-York. - [Lagny-sur-Marne] Phaidon press. - [Sodis diff.]
    Auteur du texte : Barbara Bloom

    [catalogue]
Loading information

Documents about this author

Documents about the author Marlene Dumas

Pages in data.bnf.fr

Related authors

This page in data.bnf.fr lab

  • This experimenting space presents innovating visualizations of data.bnf.fr data: diagrams, timelines, maps. This data is available and freely usable (Open license), in RDF or JSON.

Sources and references

Sources for the record

  • Marlene Dumas / texte de Ilaria Bonacossa, impr. 2006
    Marlene Dumas : intimate relations : [exhibition], Iziko South African national gallery, Cape Town, 7 November 2007-13 January 2008, the Standard bank gallery, Johannesburg, 5 February-29 March 2008 / [editors Marlene Dumas, Emma Bedford], cop. 2007
  • Bénézit, 1999
    LCNA (2009-05-14)

Wikipedia Biography

  • Marlene Dumas, née en 1953 au Cap, est une artiste originaire d'Afrique du Sud. En 1976, elle quitte l’Afrique du Sud pour la Hollande. Elle poursuit des études artistiques aux Ateliers 63 de Haarlem, puis s’inscrit en psychologie à l’Université d’Amsterdam. Sa première exposition personnelle a lieu en 1979 à Paris. En 1982, elle est invitée à participer à la Documenta VII de Kassel. En 2001 Le Centre Pompidou, présente dans la galerie d’art graphique une rétrospective consacrée à son travail sur papier. Ses dessins et ses peintures s’inscrivent dans la tradition expressionniste. Elle y mêle une distanciation contrôlée, manifeste dans les titres, précis et incisifs, qu’elle donne à ses œuvres. Pour elle : « Mots et images sont logés à la même enseigne. Il n’y a aucune pureté à protéger. » Dans sa peinture, et plus encore dans ses dessins, la thématique du corps humain lui permet de traiter les thèmes essentiels de la vie. S’y surimposent des questionnements liés à sa propre histoire : le monde de l’art, le racisme et l’Afrique. Elle travaille d’après des photographies qu'elle prend elle-même, des documents glanés dans des magazines ou des cartes postales. Elle est l’une des figures marquantes de la peinture actuelle, Marlene Dumas explore des thémes existentiels, comme la mort, la violence, la sexualité, avec une économie de moyens toujours plus grande. Elle travaille la question du travail et du corps, un corps plus souvent confronté à des désirs obscurs, corps humilié, corps offert, dans une perspective sociale et sexuée. Un corps qui se heurte à sa représentation. Sa peinture est forte en émotion. Marlene Dumas s’est aussi fait rapidement connaître grâce à ses réflexions très personnelles sur l’esthétique. Elle utilise le plus souvent le système du glacis et aussi de motifs de l’histoire de l’art et de la littérature, qui servent de point de départ pour sa composition picturale. De même, en plus du titre, elle insère dans le tableau des mots, ou encore des phrases entières, qui placent ses motifs dans un champ de tensions polysémique. Cette stratégie artistique ne débouche pas sur une forme d’expressionnisme qui tenterait à faire croire à une authenticité première. En fait, ce qui est actif dans ses tableaux, c’est une sorte de sentiment réfléchi, d’une certaines sensualité, mais riche de sens. Mais l’œuvre de Marlene Dumas reste une œuvre très simple, voire dépouillée : un visage, un corps, quelques couleurs, le plus souvent délavées, voire épuisées. Avec des moyens limités, elle crée des tableaux aussi excessifs dans un sujet que dans leur dynamique. Non seulement elle peint une troupe interminable de corps nus saisis dans des poses pornographiques, mais elle portraiture aussi des enfants malades, des corps torturés, des victimes de la terreur. Toutes sa carriére, elle a frayé un chemin avec le danger et la catastrophe, bien avant que ces sujets ne deviennent courants dans l’art contemporain. Qui plus est, Marlene Dumas a exploré les liens qui unissent passion et violence sans vraiment devoiler ses intentions. Marlene Dumas est un peintre limpide, mais ses personnages semblent se tenir dans une zone obscure, des sortes de créatures étranges. Des œuvres clairement provocateurs, ses portraits n’en demeurent pas moins mystérieux, même ambigus.

Closely matched pages

Last update : 21/02/2014